Paris Match Belgique

Belgian Pride : Voilà comment est née cette journée

belgian pride

La première Pride de Bruxelles date de 1996 | © DPA / Wiktor Dabkowski

Société

Ce samedi 18 mai aura lieu, comme chaque année depuis 23 ans, la Belgian Pride. Retour sur l’histoire d’une journée unique, entre lutte pour les droits LGBTI+ et festivités.

Défilés, concerts, spectacles, c’est toute la ville de Bruxelles qui sera pour une journée aux couleurs de l’arc-en-ciel. La Belgian Pride c’est la manifestation par excellence pour les personnes LGBTI+ et tous ceux qui souhaitent célébrer la diversité. Cette « fête des fiertés homosexuelles » existe depuis les années 90 et, avant de devenir un événement incontournable de la capitale Belge, n’avait lieu qu’une fois tous les deux ans dans des villes différentes. Petite leçon d’histoire avec Cyrille Prestianni, le président de l’asbl Belgian Pride.

©Eric Danhier

« La Pride de Bruxelles a débuté en 1996 »

« Tout a commencé il y a cinquante ans avec les émeutes de Stonewall à New York, indique Cyrille Prestianni, le président de l’asbl Belgian Pride. Ces émeutes, qui ont éclaté après des manifestations contre les persécutions homosexuelles, ont marqué le début symbolique des premières luttes menées par la communauté LGBT. » Rapidement, une multitude de marches voient le jour partout dans le monde. En Belgique, il faut attendre les années 70 pour voir les premiers mouvements émerger.

©RAF

« Ces mouvements se constituent plutôt en Flandre, entre autres parce que le milieu associatif y était beaucoup plus structuré à l’époque, » précise Cyrille Prestianni. C’est à Gand que la première « journée homosexuelle » a eu lieu le 18 mars 1978. Elle était organisée par le groupe féministe de gauche Rooie Vlinder. « Finalement, cette journée telle que nous la connaissons commence à prendre forme à Anvers, vers la fin les années 80. » Elle est alors appelée le « Samedi Rose » (Roze Zaterdag), et se tient tous les deux ans.

Lire aussi > La Belgique, deuxième pays le plus LGBT-friendly d’Europe

« La Pride de Bruxelles a débuté en 1996, » poursuit Cyrille Prestianni. Près de 2 500 visiteurs assistent à cet événement qui prend désormais le nom de Belgian lesbian and Gay Pride, et qui est organisé par 77 organisations et associations. « Le nom a ensuite été raccourci à « The Belgian pride » depuis 2010, qui permet d’englober beaucoup plus de monde. » Aujourd’hui, la Belgian Pride rassemble chaque année prés de 100.000 personnes à Bruxelles contre 2 000 pour la première édition et 6 000 en 1998.

 

Edition 2019: #AllforOne

Le thème de cette année est l’intersectionnalité. Selon Cyrille Prestianni « c’est un thème très important. Il part de l’idée que nous sommes tous au carrefour de plusieurs identités et, pour certains, au carrefour d’identités qui sont en fait discriminées. » Il prend comme exemple un séropositif gay, qui est le symbole d’une personne doublement discriminée. Avec #AllforOne, la Belgian Pride crie haut et fort que chaque personne est unique et a le droit d’avoir sa place dans la société, sans discrimination, pour quelque motif que ce soit.

Quant au programme, de nombreuses activités sont prévues dans la capitale ce 18 mai 2019 :

    • – 12 h: Ouverture du Pride Village au Mont des arts et du Rainbow Village au Quartier Saint-Jacques
    • – 13h45: Pride parade Kick-Off dans le Pride Village
    • – 14h30: Départ de la pride Parade depuis le Pride Village
    • – À partir de 12 h, présentation de plus de 60 organisations au pride Village et le Rainbow Village
    • – À partir de 17 h: Fin de la journée dans le Pride Village, Rainbow Village et lancement de plusieurs soirées dans Bruxelles

À noter que les transports publics seront impactés par le défilé, et ils seront interrompus de 12h à 19h dans la rue Ravenstein et de 14h à 19h sur le reste du parcours.

Lire aussi > Élections communales : Comment les listes s’engagent-elles sur les thématiques LGBT+ ?

CIM Internet