Un bar israélien boycotté parce qu’il sert de la bière palestinienne

Un bar israélien boycotté parce qu’il sert de la bière palestinienne

La Shepherds est une bière lancée par des Palestiniens en territoire occupé à quelques dizaines de kilomètres de Haïfa. | © Flickr

Société

Un bar israélien propose la dégustation d’une nouvelle bière palestinienne et s’attire les foudres de l’extrême-droite israélienne.

Tous les mois, le Libira, brasserie branchée de Haïfa, ville côtière israélienne où vivent juifs et Arabes, propose une nouvelle bière. En proposant à la dégustation des bouteilles de Shepherds, une bière lancée par des Palestiniens en territoire occupé à quelques dizaines de kilomètres de Haïfa, le Libira s’est attiré les foudres de militants de la droite israélienne.

En hébreu mais aussi en russe, la langue d’une importante communauté originaire de l’ex-URSS, les mécontents se sont déchaînés sur la page Facebook de cet établissement couru. « Bar de traîtres ! Je conseille à tous de ne pas y aller », disait l’un. « Cette bière palestinienne est faite du sang juif », disait un autre.

Lire aussi : Netanyahu annonce la création d’un comité israélo-américain pour discuter des colonies

Erik Salarov avoue avoir été surpris par cette avalanche d’invectives. Dans le bar qu’il a ouvert avec des amis il y a quelques années sur le port dans la Vieille ville, « on ne fait pas de politique, on propose de quoi boire entre amis. On a présenté une bière écossaise, une bière de Tel-Aviv et la bière Taybeh », le plus connu des breuvages fermentés palestiniens.

Arik Salarov et Leonid Lipkin, propriétaires de la brasserie Libira. © Belga

Coexistence encore difficile

Ceux qui appellent à boycotter le Libira sont « une poignée de nationalistes racistes qui n’ont pas accepté l’idée de coexistence », analyse-t-il. Une valeur bien ancrée selon lui à Haïfa, troisième ville d’Israël, où 10% des 300 000 habitants sont des Arabes Israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leur terre à la création d’Israël en 1948. Cette coexistence, dit-il, est particulièrement visible dans la Vieille ville: juifs et Arabes se côtoient dans les bars et les restaurants du coin, en salle comme en cuisine, dit-il. Régulièrement, reconnaît-il, des militants de droite tentent d’empêcher juifs et Arabes de vivre ensemble. « On l’a vu à plusieurs reprises. Mais c’est une minorité, ce sont des chiens qui aboient mais ne mordent pas ».

Lire aussi : Les élections pourraient être anticipées en Israël

Les Arabes israéliens représentent 17,5% de la population israélienne. Très majoritairement musulmans dans un pays à prédominance juive, ils se revendiquent pour le plus grand nombre Palestiniens et solidaires des Palestiniens des Territoires occupés par Israël comme la Cisjordanie, où est produite la bière Shepherds. Se disant de longue date victimes de discriminations, ils ont des relations souvent tendues avec le reste des Israéliens.

(Avec Belga)

CIM Internet