Devant le siège de Facebook, des centaines de tétons contre la censure de la nudité

Devant le siège de Facebook, des centaines de tétons contre la censure de la nudité

tétons

Cachez ce téton que je ne saurais voir. | © Facebook/Fay Fox

Société

Le photographe Spencer Tunick a invité son armée de modèles nus à manifester contre la censure de la nudité sur Instagram et Facebook, devant le siège de ce dernier à New York, ce dimanche.

C’est bien connu, Facebook et Instagram ont un problème avec les tétons. Si ceux des hommes sont autorisés, ceux des femmes en revanche sont systématiquement censurés par les deux réseaux sociaux. Afin de protester contre cette censure, le photographe Spencer Tunick a invité près de 100 mannequins à poser nus devant le siège de l’entreprise de Mark Zuckerberg à New York ce dimanche.

Bien entendu, cet Américain a pensé à tout afin que son cliché puisse être partagé sans encombre sur les réseaux sociaux concernés. Étendus sur la route, les modèles tiennent toutes et tous une grande photo de tétons masculins en l’air, une autre couvrant leurs parties génitales. Les femmes ont, elles, des stickers collés sur leurs mamelons. Il n’y a donc aucune raison pour que Facebook ou Instagram censure cette vidéo, souligne le photographe sur les réseaux sociaux.

Lire aussi > Un compte à la gloire des seins, mais sans tétons, pour dénoncer la politique d’Instagram

Intitulée WeTheNipple, cette manifestation était organisée en collaboration avec la Coalition nationale contre la censure. « L’interdiction de la nudité empêche de nombreux artistes de partager leur travail en ligne. Cela nuit particulièrement aux artistes dont le travail est centré sur leur propre corps, dont les artistes queer et non-genrés, ainsi que sur le corps de ceux qui appartiennent à leurs communautés », explique la Coalition sur son site, avant d’appeler Facebook et Instagram à « créer une exception à leurs restrictions relatives à la nudité » afin de permettre aux photographes de publier leur art.

Lire aussi > Genderless nipples : des tétons « unigenre » sur Instagram

Les membres du groupe de défense des droits des femmes Grab Them By The Ballot étaient également présents lors de cette séance-photo militante. Le groupe a déclaré dans un communiqué qu’il s’agissait « d’une remise en question de la censure de la nudité féminine artistique par Facebook et des normes de la communauté d’Instagram ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Here’s the CNN piece of Grab Them By The Ballot and #wethenipple! Full article in bio and see our related webpage in the comments. Our Director, Dawn Robertson, is not only in this image but was quoted below. “Demonstrators, photographed by Spencer Tunick, bare nipples outside Facebook in censorship protest.” “Members of women’s rights group Grab Them By The Ballot took part in the demonstration. The group said in a statement it was « challenging the censorship of artistic female nudity by Facebook and Instagram’s ‘community standards.' » “Grab Them By The Ballot’s mission is to « empower women around body positivity and encourage female voter turnout in 2020, » it said in a statement.” “But the group’s founder, Dawn Robertson, said the group has been censored by Facebook after posting artistic nude images of women. Robertson said Facebook permanently disabled the group’s ad account after it posted a nude painting with a celebratory poem for Mother’s Day.” “She said her personal account had also been banned six times after she posted artistic images of naked women. In correspondence seen by CNN, Facebook apologized and said it was « wrong » to have done so, but Robertson said she was later banned again.” “But Robertson told CNN there was little consistency in Facebook and Instagram’s nudity policy. « It’s like playing Russian Roulette, » she said. « I never know, when I post, whether they’re going to take it down. » Robertson said she accepted that not all nudity was appropriate on social media, but said Facebook’s benchmark was « archaic. »” « Facebook is dictating how the world views the female nude body, and they’re treating it like it’s a crime and it’s shameful. Something has to be done. They have way more power than they should. » #grabthembytheballot #wethenipple @spencertunick @ncacensorship #censorship #stopcensorship #artistsoninstagram #facebook #feminism #nudeart #nudephoto

Une publication partagée par Grab Them By The Ballot (@grabthembytheballot) le

Les réseaux sociaux, coupables d’avoir censuré L’origine du monde de Gustave Courbet, prennent des mesures radicales. Sur Instagram, la nudité n’est pas autorisé, à quelques exceptions près. « Des photos, des vidéos et certains contenus générés numériquement montrant des rapports sexuels, des organes génitaux et des gros plans de fesses complètement nues » sont interdits. « Cela concerne également des photos de mamelons féminins, mais les photos de cicatrices post-mastectomie et d’allaitement actif sont autorisées », peut-on préciser quant à la politique d’Instagram.

Selon CNN, Facebook « limite l’affichage de la nudité ou de l’activité sexuelle » car « certaines personnes de notre communauté peuvent être sensibles à ce type de contenu ».

Artiste controversé

Spencer Tunick n’en est pas à son coup d’essai. Depuis le début des années 90, il photographie la nudité en masse dans des espaces publics du monde entier. Sans jamais tomber dans l’érotisme. Artiste politique, cet Américain a été arrêté à plusieurs reprises et a fait l’objet d’un affrontement majeur entre la Cour suprême des États-Unis et l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, qui lui a refusé le droit de prendre des nus dans la ville. Avec plus d’une centaine de projets similaires à son actif, Spencer Tunick tente de libéraliser notre attitude envers la nudité.

CIM Internet