Le mannequin plus-size de Nike, la nouvelle victime des grossophobes

Le mannequin plus-size de Nike, la nouvelle victime des grossophobes

nike

Les médias sont volontairement sans hyperliens pour ne pas leur donner davantage de visibilité. | © Capture d'écran Twitter

Société

Dans son magasin à Londres, Nike a installé un mannequin grande taille pour présenter sa nouvelle collection. Une initiative inclusive qui fait du bien. Mais certains médias grossophobes ont directement accusé la marque de promouvoir l’obésité. Et comme d’habitude, les internautes leur ont répondu de la plus belle des manières.

 

La nouvelle avait été largement applaudie sur les réseaux sociaux. Surfant sur la vague body-positive, Nike a installé un mannequin grande taille dans les rayons de sa boutique d’Oxford Street, au cœur de Londres. Avec ce choix, le géant américain spécialisé dans l’équipement de sport a confirmé son engagement pour une mode réellement plus inclusive qui s’affranchit des standards de beauté complexants. « Avec l’incroyable élan que connaît actuellement le sport féminin, l’agencement de cet espace est une démonstration supplémentaire de l’engagement de Nike à inspirer et à servir les sportives », a déclaré Sarah Hannah, manager et vice-présidente de Nike Women en Europe et Afrique, à The Independent. Toutes les sportives. Nike montre ainsi que le sport n’est pas réservé à une seule morphologie.

Lire aussi > Nike ne pénalisera plus ses athlètes féminines qui veulent devenir mères

Attention, danger de grossophobie

Mais cette initiative n’est pas vue d’un bon oeil par certains médias, qui n’ont pas hésité à publier des articles grossophobes. C’est le cas du Telegraph qui a qualifié le mannequin d' »immense, gigantesque, vaste », avant d’ajouter : « Elle est, à tous égards, obèse et elle ne se prépare pas à courir dans son équipement Nike tout neuf. Elle ne peut pas courir. Elle est, plus probablement, pré-diabétique et sur le point de se faire remplacer une hanche », peut-on lire dans cet article intitulé « Les mannequins obèses vendent aux femmes un mensonge dangereux ». Un autre de Yahoo accuse la marque à la virgule de « promouvoir l’obésité et un mode de vie malsain », alors que Nike promeut la diversité… dans le sport, c’est-à-dire une activité saine.

Ceci n’est pas une blague. Lorsque les gros profitent d’une quelconque représentation positive, une armée auto-proclamée « spécialiste de la santé » se précipite sur son clavier pour appeler cette représentation « dangereuse ». « La grosseur est LE domaine dans lequel il est parfaitement acceptable d’être un fasciste odieux à propos du corps d’une personne, parce que, vraiment, vous le faites pour son bien, n’est-ce pas ? » ironise le média britannique Plus size. En 2017, une étude affirmait (enfin) que les mannequins féminins dans les magasins sont « irréalistes et médicalement malsains chez les humains ». Si ces mêmes trolls étaient vraiment si inquiets pour la santé des acheteurs, ils auraient déjà depuis bien longtemps critiqué ces mannequins trop maigres présentés dans toutes les vitrines.

Lire aussi > Nike met à l’honneur le football féminin et souhaite inspirer les jeunes filles

« Les gros et grosses sont victimes de moqueries et de brimades, on leur dit d’aller à la salle de sport et de perdre du poids, mais on nous dit également que nous ne méritons pas de porter des vêtements de sport. Voyez-vous à quel point c’est ridicule ? Ce qui prouve que cela n’a rien à voir avec un problème de santé et que tout à voir avec des préjugés », analyse la mannequin britannique Callie Thorpe sur Instagram. « Il n’est pas étonnant que les gens se tournent vers des mesures de perte de poids extrême, comme la chirurgie, car c’est la seule issue ». 

 

View this post on Instagram

 

it’s so disheartening working in an industry where you think great strides are being made, only to be starkly reminded that fatphobia is rampant and no matter what we do we will never be respected Just last week we saw something incredible happen. @nike put a plus size mannequin in Nike Town. A representation of a body we never see in the fitness industry. It was powerful But yet again another think piece comes out. Another dehumanising, awful set of words to remind us fat people that we are despised by society. Tanya Gold the writer of the piece in the Telegraph describes the mannequin as “An immense, gargantuan, vast. She heaves with fat. She is, in every measure, obese, and she is not readying herself for a run in her shiny Nike gear. She cannot run. She is, more likely, pre-diabetic and on her way to a hip replacement.” I usually would write a response to this with a point to prove. something defending my point of view and those of my peers saying how outdated and disgusting these views are but quite honestly what’s the point? I’m that heaving with fat woman she is talking about. It’s ludicrous that fat people are mocked, bullied and told to get to the gym and lose weight yet we are also told, we don’t deserve the access to active wear. Do you see how ridiculous that is? Which goes to show It’s got nothing to do with health concern and everything to do with prejudice Prejudice and discrimination isn’t just harassment, or discriminatory behaviour. It’s living every day life watching as people stare at you whilst you eat. Move away from you when they think you will sit next to them, listening to countless jokes being made about your body shape on TV any film. It’s doctors not offering you care because of your weight or not getting jobs because of the size dress you wear. It’s no wonder people are turning to extreme weight loss measures like surgery because it feels like the only way out. If you are following this page and you aren’t plus size please use your platform to stand up against this especially and even more so for plus size people of colour. Hashtagging #bodypositivity isn’t enough. Please Speak out

A post shared by Callie Thorpe (@calliethorpe) on

« Si ce mannequin était dans un magasin de grande taille, drapé dans des vêtements démesurés, alors il n’y aurait pas un tel tumulte. C’est parce que ce mannequin représente une vision d’un corps gros qui s’écarte de ce à quoi nous nous attendons » qu’il suscite autant de critiques, explique la journaliste de Plus size, publiant une photo d’elle avant d’aller courir. D’autres internautes ont suivi son exemple pour prouver au Telegraph que oui, les gros font du sport.

L’influenceuse et auteure body-positive Megan Jayne Crabbe a préféré réagir à cette polémique avec humour. De passage dans la boutique londonienne, elle a posé à côté du mannequin en question. « Apparemment, une marque de fitness utilisant des mannequins de taille supérieure à 8 au Royaume-Uni est la chose la plus outrageusement offensante qui ait jamais eu lieu ! Ou pour citer certains des commentaires que j’ai vus – ‘dangereux’, ‘dégoûtant’ et ‘promouvant la mort’. Imaginez ma surprise quand je suis entré à @nikelondon et que le mannequin n’a pas essayé de me tuer ! » a-t-elle plaisanté sur Instagram. « Et savez-vous ce que j’ai remarqué lors de ma rencontre défiant la mort avec un morceau de plastique plus size ? Des gens de toutes formes et de toutes tailles se trouvaient dans le magasin. Certains plus grands que le mannequin, d’autres plus petits et chacun mérite de se voir représenté et pris en compte. Peu importe leur niveau de condition physique. Qu’ils fassent de l’exercice ou non ». La réaction qu’a suscité ce « morceau de plastique » prouve que des initiatives comme celle de Nike sont nécessaires pour espérer un changement de mentalité.

 

View this post on Instagram

 

I thought I’d go and visit the babe responsible for thousands of fatphobes on the internet losing their shit this week. Apparently a fitness brand using mannequins above a UK size 8 is the most outrageously offensive thing that’s ever happened! Or to quote some of the comments I’ve seen – « dangerous », « disgusting », and « promoting death ». Imagine my surprise when I entered @nikelondon and the mannequin did not, in fact, try to kill me! We actually got along great and fully rocked this impromptu photoshoot. • And do you know what I noticed during my death defying encounter with a plus size piece of plastic? People of all shapes and sizes were in the store. Some bigger than the mannequin, some smaller, and every single one deserves to see themselves represented and be catered for. Regardless of their fitness level. Whether they work out or not. Whatever fatphobic wankers want to say about who can and cannot wear a pair of fucking leggings. Every one of us is worthy of being represented, celebrated, and seen. This is a very small step in the right direction, and the reaction to it has shown exactly how necessary it is. • P.s. the mannequin is called Avril and she would like to remind you to drink some water and say something nice to yourself today. 💜💙💚🌈☀ • [image description: Megan is standing in a Nike store next to a plus size mannequin in black sportswear. She’s wearing a white crop top, pastel patterned trousers and pink trainers while smiling and leaning on the mannequin as if they’re besties] #bodypositivity #bodypositive #bodyconfidence #justdoit #nike #allbodiesaregoodbodies #fitnessmodel #plusisequal #bodyposi

A post shared by Megan Jayne Crabbe 🐼 (@bodyposipanda) on

CIM Internet