Paris Match Belgique

Samaha Sam de Shaka Ponk, victime de racisme elle pousse un violent coup de gueule

racisme

Samaha Sam en concert avec Shaka Ponk le 31 mars 2018 à Dijon. | © JC Tardivon / MAXPPP

Société

Samaha Sam, chanteuse phare du groupe Shaka Ponk, dit avoir été victime d’une agression raciste lundi. Un acte qu’elle n’a pas laissé passer.

 

Samaha Sam, star du groupe Shaka Ponk, révèle avoir fait les frais le 10 juin d’une agression discriminatoire particulièrement violente. Assise en terrasse, un homme a tenté de lui arracher les cheveux en criant à tout va que c’était une perruque. Loin d’avoir été interrompue par les passants, l’agression en a même fait rire certains. Cette scène absurde a été décrite par la chanteuse elle-même. Révoltée, elle n’a pas hésité à s’emparer de son compte Instagram pour dénoncer cet acte. Hors d’elle, Samaha n’a pas mâché pas ses mots : « Sur scène, les gens m’autorisent la différence. Dans la vie, mes cheveux génèrent de l’admiration, mais aussi de la haine. Des blancs, des arabes plus encore, des noirs aussi bizarrement… Ils rient de mes cheveux, gueulent « c’est les Jackson Five » en riant fort, se moquent, me traitent parfois de singe, m’accusent de porter une perruque. Parfois quand une connasse ou un connard me demande si je porte une perruque, je dis « oui j’ai un cancer. » Juste pour les mettre face à leur connerie », s’injure-t-elle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Sur scène , les gens m’autorisent la différence. Dans la vie, mes cheveux génèrent de l’admiration, mais aussi de la haine. Des blancs, des arabes plus encore, des noirs aussi bizarrement. ..Ils rient de mes cheveux, gueulent “c’est les Jackson Five” en riant fort, se moquent, me traitent parfois de singe, m’accuse de porter une perruque. Parfois quand une connasse ou un connard me demande si je porte une perruque, je dis “oui j’ai un cancer” Juste pour les mettre face à leur connerie. [silence] Aujourd’hui, c’est un putain de connard qui s’attaque à mes cheveux, je suis en terrasse et veut me les arracher, en gueulant que c’est une perruque. Ça a fait rire quelques personnes. Moi tu me touches pas, personne ne me touche. Heureusement que je peux me défendre car on peut difficilement compter sur les gens pour réagir. Faut dire que le mec est une masse. Je viens d’être attaquée physiquement par un connard . J’aurais dû le filmer pour montrer sa gueule au monde .J’encule tous ceux qui ont un problème avec ma negritude. J’encule tous ceux qui ont un problème avec la différence. Je ne rentrerai jamais dans vos rangs . Je ne me raidirai pas les cheveux, ni mettrai un voile pour avoir l’air “normale” et passer incognito. Si tu m’aimes pas regarde ailleurs, le coup que je t’ai foutu dans les jambes auraient dû arriver ailleurs. Je t’aurais bien empêché de te reproduire. Je suis un putain de soleil et ta gueule je la crame. Quelque soit ta couleur. #fuckyou #freespirit #racisme Pour tous ceux qui subissent le racisme, l’homophobie, l’antisemitisme, la haine d’être habillé, maquillé ou de manger différemment, défendez vous, appelez les flics, dénoncez..ou apprenez à vous défendre. Même si ignorer est souvent la plus puissante des armes.

Une publication partagée par Samaha Sam Shaka Ponk (@samaha_sam_shakaponk) le

« Je ne rentrerai jamais dans vos rangs »

Fière de ses origines et d’être ce qu’elle est, Samaha Sam prône avant tout la différence : « J’encule tous ceux qui ont un problème avec la différence. Je ne rentrerai jamais dans vos rangs. Je ne me raidirai pas les cheveux, ni mettrai un voile pour avoir l’air « normale » et passer incognito. » Pour terminer son coup de gueule, l’artiste en profite pour passer un message à toutes les personnes qui ont été ou qui seront victimes de discrimination comme elle : « Pour tous ceux qui subissent le racisme, l’homophobie, l’antisémitisme, la haine d’être habillé, maquillé ou de manger différemment, défendez vous, appelez les flics, dénoncez… ou apprenez à vous défendre. Même si ignorer est souvent la plus puissante des armes », écrit-elle.

Lire aussi > « Le racisme, la misogynie et l’homophobie » prospèrent sur Twitter, dénonce Amnesty

L’histoire de Samaha a touché des centaines d’internautes

Ce post Instagram a choqué les internautes qui ont largement apporté leur soutien. D’autres y ont trouvé une occasion de partager leur histoire tristement similaire. Au-delà des réseaux sociaux, l’histoire de Samaha a été reprise dans la presse française et a touché de nombreux lecteurs. Surprise de la portée de son histoire et reconnaissante des centaines de messages bienveillants pour l’accompagner dans cette épreuve, la star a posté une nouvelle publication, mercredi, pour les remercier : « Merci de tout mon cœur pour tous vos messages de soutien. Je fais ma guerrière mais j’ai aussi et surtout le cœur ému. Les cons et l’ignorance me fatiguent et j’espère de tout cœur que les gens agissent face à toute injustice. (…) Il y a « toujours » moyen d’agir, appeler les flics, filmez, intervenez à votre façon, intelligemment, prenez la plaque d’immatriculation. Agissez car j’ai terriblement peur du jour où les gens ne s’indigneront plus face à l’injustice. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Je ne m’attendais pas à ce que mon post voyage autant et parle tristement à tant de personnes. Moi qui suis intolérante à l’intolérance… En vrai j’en tremble encore…de colère, d’humiliation peut-être . Je tente de dépasser mais il me faut du temps. Si ça peut en faire réfléchir certains c’est bien. Après je ne m’attends pas à ce que les sourds entendent. Dans tous les cas merci de tout mon cœur pour tous vos messages de soutien . Je fais ma guerrière mais j’ai aussi et surtout le cœur ému . Les cons et l’ignorance me fatiguent et j’espère de tout cœur que les gens agissent face à toute injustice. Arrêtons d’avoir peur face aux cons qui injurent notre quotidien, arrêtons de leur donner du pouvoir sous prétexte d ‘une plus grande force physique. Il y a “toujours” moyen d’agir, appeler les flics, filmez, intervenez à votre façon, intelligemment, prenez la plaque d’immatriculation. Agissez car j’ai terriblement peur du jour où les gens ne s’indigneront plus face à l’injustice. Un sincère merci à @huffingtonpostfr d’avoir partagé cette histoire , au nom de ceux qui ne peuvent se défendre, et ne sont pas défendus. #solidarité #fuckfear #fucktesmenaces #standup #agissez #solidarite #racisme #haine #stopracisme #stophomophobie #Stopantisemitisme #stopmaltraitanceshumainesetanimales #stopsexisme #stoptesconneries

Une publication partagée par Samaha Sam Shaka Ponk (@samaha_sam_shakaponk) le

Mots-clés:
racisme Shaka Ponk
CIM Internet