Paris Match Belgique

Pairi Daiza : pour sa 24ème édition, le parc animalier prévoit de belles surprises à ses visiteurs

Vidéo Société

Après cinq mois de fermeture hivernale, Pairi Daiza s’apprête à rouvrir ses portes ce samedi 1er avril. Émotions et découvertes seront encore à vivre dans le parc animalier pour cette 24ème édition. 

Le printemps s’installe et les beaux jours riment avec la réouverture du plus grand parc de Wallonie : Pairi Daiza. Depuis la reconversion de Paradisio, spécialement dédié aux oiseaux, la pépite de Brugelette fait carton plein depuis six ans. Que le visiteur se rassure, ce « jardin clos » a prévu de nombreuses nouveautés pour cette 24ème édition.

Si le parc est agréable ne serait-ce que pour flâner, l’essentiel reste les animaux. Après la saison passée marquée par l’arrivée du bébé panda, le zoo a accueilli d’autres pensionnaires en 2017. À découvrir parmi les huit mondes : les jumeaux pandas roux, des diables de Tasmanie – qui étaient uniquement visibles au Danemark, les ours à collier et bien sûr, retrouver Tian Bao, l’adorable panda né en juin dernier. Autre surprise : Pairi Daiza devrait accueillir une famille d’orangs-outans mais ils ne rejoindront leur enclos qu’à partir de la première semaine des vacances de Pâques.

Temple bouddhiste, Pairi Daiza. © Parismatch.be

Lire aussi : En route pour la 24ème édition de Pairi Daiza !

Le meilleur jardin zoologique n’a pas non plus lésiné sur les moyens pour réaménager son décor. Pour accueillir les singes, un terrain de 1 400 mètres carrés, le temple Jaïn, a été construit. En plus de cette immense structure, la savane africaine a été agrandie et réaménagée : les animaux se baladeront sur les 13 000 mètres carrés qu’il leur sont offerts mais, comme dans la savane, ils devront aussi cohabiter ensemble. Une touche asiatique aura également été ajoutée sur les lieux qui accueillent depuis maintenant .. déjà les fameux pandas géants. La construction du jardin « Yin Yang » qui ce contiendra pas d’animaux mais plein d’énergies zen dans une ambiance 100% asiat.

Nouvelles mesures de sécurité

Autre nouveauté de cette saison, les rhinocéros… mais sans leur corne. Arrivé en 2012 à Pairi Daiza, le couple de rhinocéros s’est fait limer les cornes pour la prochaine ouverture. Une mesure de sécurité supplémentaire prise pour la première fois par le parc animalier. Suite à l’accident survenu dans l’enceinte du zoo de Thoiry, où un rhinocéros a été abattu par des braconniers pour sa corne, les responsables de Pairi Daiza ont décidé de prendre les mesures nécessaires pour dissuader les braconniers. « C’est la première fois dans l’histoire des parc animaliers d’Europe que des braconniers s’attaquent à des animaux dans des zoos », déplore Aleksxandra Didanovski de Pairi Daiza.

Lire aussi > Pairi Daiza raccourcit les cornes de ses rhinocéros en réaction à l’attaque du zoo de Thoiry

Face à cet accident, nous devions prendre cette mesure supplémentaire pour protéger la vie de l’animal.

Un mesure non définitive et indolore pour l’animal. Composée de kératine (comme les ongles ou les cheveux), la corne du rhinocéros repousse au bout de quelques mois, voire plusieurs années. Si la décision de couper les cornes de rhinocéros est décriée par certains – qui reprochent davantage un manque de sécurité mis en place dans les parcs animaliers -, les responsables de l’ancien Paradisio assument leur choix. « Si ce que les braconniers veulent (la corne) n’est pas nécessaire à l’animal – dans la nature, il en a besoin pour se défendre mais dans un zoo, il n’en a pas l’usage – alors pourquoi ne pas la lui couper pour le protéger, mais aussi protéger la vie du personnel de sécurité ? », explique Aleksandra Didanovski. « Chez nous, les animaux dorment la nuit dans des bâtiments surveillés », rassure-t-elle, « mais bien souvent, il en faut plus pour arrêter les braconniers ». « En Afrique, il y a chaque année des milliers de rangers tués par des braconniers que rien n’arrêtent », déplore-t-elle.

Lire aussi > Couper les cornes des rhinocéros : une solution pour les protéger du braconnage

À Pairi Daiza, le couple de rhinocéros et leur petit, né le 22 mars 2016. © Parismatch.be

Si la mesure semble exceptionnelle, une conséquence directe de l’accident de Thoiry, elle est pratiquée depuis longtemps, aussi bien pour les rhino que pour les éléphants. « C’est quelque chose qui se fait beaucoup dans les réserves africaines car c’est le seul vrai moyen dissuasif pour sauvegarder la vie des animaux », rappelle Mme Didanovski. Le même sort est réservé aux éléphants à qui on lime également les défenses, cette fois pour protéger les femelles des mâles reproducteurs. « Toutes ces mesures de sécurité sont prises d’abord en fonction de l’animal et des éventuels danger qui ont été évalués au préalable ».

Rhinocéros, éléphants d’Afrique et d’Asie, pandas géants et tous les autres sont à retrouver à Pairi Daiza dès le samedi 1er avril 2017 et ce jusqu’au 5 novembre 2017. Ouvert tous les jours de la semaine à partir de 10h du matin.

 

CIM Internet