Paris Match Belgique

États-Unis : Après avoir reçu une balle dans le ventre, une femme est inculpée de la mort du fœtus

arrestation

| © niu niu/Unsplash

Société

Marshae Jones vient d’être reconnue coupable de la mort de son bébé. Celle qui lui a tiré dans le ventre est acquittée. 

C’est une histoire complètement aberrante qui s’est déroulée aux États-Unis. Dans l’État d’Alabama, qui a récemment adopté la loi anti-avortement la plus stricte jamais passée dans le pays, une jeune femme de 27 ans, Marshae Jones, vient d’être reconnue coupable de la mort de son bébé, rapporte Slate, d’après un article d’Al.com. Pourtant, c’est bien elle qui s’est fait tirer dessus par une autre femme, Ebony Jemison, à la suite d’une dispute. Marshae Jones a reçu une balle dans le ventre, ce qui a entraîné la mort de son bébé à naitre. Elle a été arrêtée mercredi pour homicide involontaire. Ebony Jemison, elle, est complètement libre.

Lire aussi > Avec son dernier défilé, Gucci s’engage fièrement pour le droit à l’avortement

« Elle a lancé la dispute »

Initialement, c’est Ebony Jemison, la tireuse, qui avait été accusée d’homicide involontaire, explique Al.com mais le grand jury n’est pas parvenu à l’inculper. Finalement, c’est la mère du bébé à naitre qui finira donc derrière les verrous. Les autorités estiment en effet qu’elle est à la base du conflit qui aurait poussé Jemison à se défendre et à tirer un coup de feu, d’après l’enquête. La jeune femme a pourtant reçu une balle dans le ventre et le fœtus n’a pas survécu.

« L’enquête a montré que la seule victime réelle dans cette affaire était le bébé à naître », a déclaré le lieutenant Danny Reid, de la police de Pleasant Grove, au moment des faits. « C’est la mère de l’enfant qui a initié et poursuivi la dispute qui a abouti à la mort de son propre bébé »,rapporte Al.com. « Ne perdons pas de vue que le bébé est la victime ici », a déclaré Reid. « Il n’avait pas le choix et a été amené inutilement dans une bagarre où il comptait sur sa mère pour le protéger ». Le lieutenant estime que le bébé « dépendait de sa mère pour essayer d’éviter la dispute et que celle-ci ne devrait pas chercher des altercations physiques inutiles ».

Lire aussi > Après l’Alabama et la Géorgie, la vague anti-avortement atteint aussi le Missouri

Les associations déjà au front

L’accusation de celle qui semblerait avant tout être la victime a indigné de nombreuses personnes. Le Fonds Yellowhammer, membre du Réseau national des fonds pour l’avortement, qui aide les femmes à accéder aux services d’avortement, n’a pas hésité à faire le lien avec la nouvelle loi sur l’avortement adoptée par l’État d’Alabama. « L’État d’Alabama a prouvé une fois de plus que dès le moment où une personne tombe enceinte, sa seule responsabilité est de donner vie à un bébé en bonne santé et considère que toute action de la part d’une femme enceinte qui pourrait être considérée comme un obstacle à la naissance est un acte criminel », a déclaré la directrice générale Amanda Reyes.

« Aujourd’hui, Marshae Jones est accusée d’homicide involontaire pour avoir été enceinte et s’être fait tirer dessus alors qu’elle se disputait avec une personne qui portait une arme à feu. Demain, ce sera une autre femme noire, peut-être parce qu’elle a bu un verre pendant sa grossesse. Et après cela, une autre, pour ne pas avoir eu accès aux soins prénataux adéquats », a déclaré la directrice. « Nous nous engageons à faire en sorte que Marshae soit libérée sous caution, à l’aider à se faire représenter par un avocat et à faire en sorte qu’elle obtienne justice pour les multiples attaques qu’elle a subies ».

CIM Internet