Paris Match Belgique

Amélie Mauresmo admet avoir beaucoup souffert des attaques sur son physique

amélie mauresmo

Amélie Mauresmo. | © Lucas Barioulet / AFP.

Société

Dans un entretien avec France Inter, Amélie Mauresmo s’est confiée sur les critiques dont elle a été victime au cours de sa carrière professionnelle. 

 

Amélie Mauresmo est une joueuse de tennis française qui a foulé les courts du monde entier pendant sa carrière professionnelle. En 2004, alors âgée de 25 ans, la jeune sportive devient numéro un mondial. Mais pour en arriver là, l’athlète a « galéré ». Dans un entretien publié le 6 juillet 2019 et enregistré avec Léa Salamé lors de la dernière édition de Roland-Garros, elle est revenue sur sa belle carrière : ses débuts compliqués et les épreuves qu’elle a traversées. « Au début, j’ai galéré. J’avais la sensation de ne pas avoir le droit de perdre. J’ai dû apprendre à perdre pour gagner », a-t-elle confié. Mais au fur et à mesure, elle est parvenue à se faire une place de haut rang dans le monde du tennis.

Les Guignols m’ont fait beaucoup de mal.

Pour y parvenir, elle a dû s’affirmer en tant que femme féminine et sportive, un réel défi. « On a beaucoup parlé et écrit sur votre physique quand vous jouiez », commence la journaliste de France Inter avant de poursuivre : « Mais vous êtes extrêmement féminine, pas tellement musclée. » « Oui », a-t-elle dit avant d’avouer qu’un certain média lui a causé beaucoup de tort : « Je crois qu’il y a un truc qui m’a fait beaucoup de mal, ce sont ‘Les Guignols’ (émission de Canal +). Et puis forcément, une femme qui est en train de faire du sport, bah oui … elle est mois féminine, les cheveux, la transpiration, les muscles qui sont forcément un peu plus saillants dans l’effort … Donc voilà, je pense que ‘Les Guignols’ finalement, c’est la marionnette qui m’a fait énormément de mal ». En effet, la marionnette en question donnait un aspect très caricatural de la jeune joueuse avec des muscles démesurés et un visage masculinisé. Ces pantins de célébrités étaient la marque de fabrique du show de Canal +. Amélie Mauresmo a ensuite expliqué pourquoi ça l’a autant affectée : « Parce que je crois que quand on touche, en plus pour un sportif ou une sportive, quand on touche à son corps, c’est très important, la représentation que l’on s’en fait, ce que les gens en pensent … Moi j’étais quand même très sensible à ça. »

J’ai joué face à la moitié d’un homme.

Lire aussi > Wimbledon sous le charme d’un coming out inédit et belge

À l’époque, « Les Guignols » n’ont pas été les seuls à s’arrêter sur le physique de la joueuse. Une de ses adversaires avait, au cours d’une interview, lancé : « J’ai joué face à la moitié d’un homme. » Une phrase qu’Amélie Mauresmo n’oublie pas. D’autant plus qu’à cette période, elle avait également fait l’objet de vives attaques sur son homosexualité. « C’était un tsunami », a-t-elle dit à ce sujet, « un mélange de violence et de soutien ». Une épreuve qu’elle a finalement traversée haut la main avec l’aide de sa compagne de l’époque, Sylvie.

CIM Internet