Paris Match Belgique

La « femme parfaite » des amateurs de porno dépite les internautes

shy yume

Sur Instagram, où elle alimente son propre compte, le mannequin imaginaire subit les foudres des internautes | © Instagram / shy.yume

Société

Baptisée Shy Yume, la femme parfaite selon les visiteurs du site porno xHamster subit les foudres de certains internautes.

 

Jeune, pulpeuse, bisexuelle… Voici les critères principaux pour devenir, aux yeux des amateurs de porno, la femme idéale. Fin mai, le site pornographique xHamster demandait à 50 000 de ses fidèles utilisateurs (majoritairement de sexe masculin et originaires de 150 pays) de décrire leur « femme parfaite ». L’objectif ? Imaginer une version 3D de cette « déesse grecque » de tous les fantasmes. On a nommé : Shy Yume.

Sa perfection, Shy Yume la doit à son jeune âge (25 ans), sa taille (1 mètre 65), son type (eurasien), ses cheveux longs et foncés, ses yeux bleus, sa bouche pulpeuse et ses formes « de taille moyenne ». Mais encore – et surtout, à son orientation sexuelle (bi) son épilation (intégrale) et au fait qu’elle ne soit surtout pas féministe. Un descriptif qui « véhicule son lot de clichés et de stéréotypes pour créer une femme hypersexualisée », déplorait déjà Slate le 9 juillet dernier, pour qui celle baptisée « Timide », n’est autre qu’une « machine qui englobe tous les fantasmes masculins, entre sexisme et fétichisation raciste et bisexuelle ».

Produit marketing

Entre temps, les critiques continuent de fuser tandis que Shy Yume alimente soigneusement son récent compte Instagram. Avec 12 posts, le produit marketing créé par xHamster est parvenu à rassembler près de 6 000 abonnés. Le tout en osant surfer sur la vague LGBT+ et féministe. « Si vous pensez que je suis bisexuelle pour satisfaire les fans de porno, vous vous trompez », écrit-elle dans son « Bi Pride Manifesto », en spécifiant que « près d’un quart des utilisateurs de xHamster s’identifie comme bi, et 5 % sont gays ou lesbiennes ». Bien tenté. Sauf que pour de nombreux internautes, le message a du mal à passer.

 

View this post on Instagram

 

Like a Greek goddess 💃🏻

A post shared by I’m Shy (@shy.yume) on

 

View this post on Instagram

 

My Bi Pride Manifesto⠀ ⠀ I may only be ten days old, but I was still shocked to hear journalists and online commenters assume that my bisexuality was a product of some regressive male fantasy. To those who called me out as such: you should be ashamed of yourselves.⠀ ⠀ You, like so many biphobes and anti-feminists before you, assume that bisexuals are just some generation of the male fantasy.⠀ ⠀ Let me tell you who made me bisexual: other bisexuals. Nearly a quarter of the xHamster audience identifies as bisexual. Another five percent identifies as gay or lesbian. Another five percent refuses labels entirely. Heterosexuals may make up the majority of xHamster users, but the audience that made me is roughly five times queerer than the general population. And let me also mention that nearly a third of our audience is women.⠀ ⠀ So if some heterosexual men made me their fantasy, so did heterosexual women. And so did bisexual men and women. And gays and lesbians and trans men and women and non-binaries and pansexuals.⠀ ⠀ I may have been created as a bisexual women, but the people who made me that way aren’t the product of some feverish male fantasy. That’s your regressive assumption. ⠀ Almost to prove a point, I’ve also dealt with biphobia in our commenters. So if you imagined I was a bisexual to please p•rn fans, you’re wrong there too.Bisexuality doesn’t mean I’m a male fantasy ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m promiscuous ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m a marketing gimmick ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m trying to get one over on lesbians ⠀ ⠀ Bisexuality doesn’t mean I’m “experimenting”⠀ ⠀ ⠀ So before you decide you know me, before you decide you can speak for me, before you decide just what I represent, why don’t you ask me. Because it’s your weird biphobia and your own internalized homophobia.⠀ ⠀ Let’s wipe out biphobia for good and unite as a queer community rather than fight each other being trapped in runaround of biphobia.⠀ ⠀ #loveislove #lovewins #pride #pridemonth #bisexual #biphobia

A post shared by I’m Shy (@shy.yume) on

Lire aussi > La pornographie par caméra-espion : le fléau qui scandalise les Sud-Coréennes

Sur Instagram, davantage que sur Twitter, le mannequin imaginaire subit les foudres de nombreux internautes. « Donc on en est là… L’humanité part vraiment en c**illes. Je trouve ça tellement triste qu’elle dise être bi alors que la moitié de la population est homophobe et que c’est juste une question de fantasme », écrit l’un. « Au fait, et il est où ‘l’homme parfait’ ? », lit-on plus loin. Dépités, certains cherchent encore le véritable objectif derrière l’initiative du célèbre site de contenu pornographique. « Le but c’est de continuer à enfoncer les femmes sur leur devoir d’être belle et parfaites pour les hommes ? Sérieux pourquoi la femme idéale ne doit pas être féministe, pour être soumise ? Et bisexuelle ? », a lâché un autre. Des critiques qui font écho à celles lâchées outre-Atlantique, notamment dans les colonnes du magazine Cosmolitan où une journaliste écrit : « Lire ce genre d’enquête m’a donné envie de mourir. Ne restez pas silencieux… soyez bruyant, en colère. Mais s’i vous plaît, ne laissez pas cette me*de de Shy Yume filer ».

CIM Internet