Paris Match Belgique

La ruée des touristes sur Uluru, le rocher le plus célèbre d’Australie, entraîne une vive polémique avant l’interdiction de le gravir

uluru

Image d'illustration. | © Unsplash / Holger Link.

Société

Certains clichés aberrants rappellent les scènes du Mont Everest.

L’interdiction prochaine de l’ascension d’Uluru, célèbre formation rocheuse au coeur du désert australien, provoque une ruée problématique vers ce site considéré comme sacré dans la culture aborigène, ont estimé les autorités du tourisme vendredi.

Lire aussi > Les influenceurs se précipitent à Tchernobyl suite au succès de la série, le réalisateur les met en garde [PHOTOS]

De nombreux touristes pensent que l’escalade d’Uluru, également appelé Ayers Rock, est un immanquable lorsque l’on visite le pays des kangourous. Mais les aborigènes Anangu, propriétaires traditionnels du site, s’opposent à son ascension, laquelle sera totalement interdite dés octobre.

Des files démesurées

Ces derniers mois, le nombre de visiteurs a nettement augmenté, en particulier les familles qui viennent en camping car et autres 4×4, ce qui pose de gros soucis aux autorités. En plus des problèmes liés aux infrastructures, des files hallucinantes ont été aperçues sur le rocher, rappelant les scènes vues sur le Mont Everest.


« On a tellement de fréquentation sur ce segment particulier, on n’a pas suffisamment d’infrastructures pour faire face aux voyageurs automobilistes« , a déclaré à l’AFP Stephen Schwer, directeur général de Tourism Central Australia Stephen Schwer.

Un bond de 20% de fréquentation

Les sites réservés au camping légal sont pleins et les touristes qui n’ont pas réservé à l’avance font en conséquence du camping sauvage. « Les gens ne se rendent pas compte que lorsqu’ils sortent des routes, ils pénètrent illégalement dans des terres d’élevage, des terres aborigènes ou des terres protégées« , a ajouté M. Schwer. « Malheureusement, les gens déversent les eaux des toilettes de leurs véhicules sur ce qu’ils croient être des terrains déserts mais qui en fait sont des terrains privés« .

Dans les 12 mois précédant le mois de juin, plus de 395 000 personnes ont visité le Parc national Uluru-Kata, soit 20% de plus que l’année précédente, selon l’organisme gouvernemental Parks Australia. Seuls 13% d’entre eux cependant ont fait l’ascension d’Uluru.

Lire aussi > Séduits par sa couleur turquoise, les instagrammeurs se ruent vers ce lac véritable « poubelle chimique »

Les Aborigènes Anangu vénèrent le site depuis des dizaines de milliers d’années et celui-ci revêt à leurs yeux une énorme importance spirituelle et culturelle.

Avec Belga

CIM Internet