Paris Match Belgique

Google a (enfin) fait la paix avec le mot « lesbienne »

lesbienne google

Image d'illustration. | © Pexels

Société

Enfin presque.

Avant, en tapant les 9 lettres du mot « lesbienne » dans sa barre de recherche, Google nous renvoyait automatiquement (et presque exclusivement) vers des sites pornographiques. Mais ça, c’était avant. Car si le géant des moteurs de recherche a toujours eu un sérieux problème avec le mot « lesbienne », il semblerait que la situation soit en train de changer.

Comme le rapporte le site Numerama ce jeudi, Google a modifié son algorithme pour ne plus afficher – du moins en premier lieu – de résultats pornographiques ou autres contenus « participant à une sexualisation dangereuse du corps des femmes ». Même alors que Safe Search n’est pas actif, précise le site spécialisé. Désormais, le premier résultat qui s’affiche n’est autre que la page Wikipédia du lesbianisme. Signe que le géant américain veut participer à l’amélioration de la visibilité en ligne de l’homosexualité féminine.

Changement d’algorithme

Une initiative saluée par l’association SEO Lesbienne qui dénonce depuis plusieurs mois le traitement différencié du mot « lesbienne » sur des plateforme telles que Facebook, YouTube ou même Instagram. « C’est un réel changement de paradigme. Et on n’a pas eu besoin de faire de pétition », s’enthousiasme Fanchon, l’initiatrice du mouvement auprès de Têtu« Une adolescente qui va taper lesbienne dans sa barre de recherche Google aura enfin des contenus pertinents. De l’information, du loisir, bref ce qu’il aurait toujours fallu avoir », ajoute-t-elle.

Lire aussi > Sexisme, racisme… Les algorithmes face aux préjugés

En effet, parmi les premiers résultats s’affichent notamment un article sur « la sexualité lesbienne expliquée à toutes » ou un autre sur « la promotion de la santé lesbienne ». Un changement d’algorithme à surveiller de près, estime Fanchon. « C’est important de savoir réellement ce qu’a décidé Google », précise-t-elle. « Car si c’est un changement d’algorithme, les experts en référencement pourraient quand même tenter de le contourner et faire remonter les sites pornographiques. » 

Un pas en avant… à nuancer

« C’est aussi une vraie preuve que les géants de la tech peuvent agir, quand ils sont mis devant leurs contradictions, et que ce n’est pas juste la loi des algorithmes », écrit de son côté, sur Twitter, la rédactrice en chef de Numerama. « Je pense à toutes ces femmes lesbiennes, les jeunes surtout, qui vont googler ce mot et ne plus se voir représentées uniquement comme des objets de désir pornographique », ajoute-t-elle, saluant un « énorme pas en avant » qui demeure à nuancer.

Lire aussi > La « femme parfaite » des amateurs de porno dépite les internautes

Car comme le souligne Têtu, plusieurs contenus reflétant « une image sexuelle des lesbiennes » restent encore visible sur le moteur de recherche, comme cet article sur le kamasutra lesbien ou via l’onglet « vidéos » de Google qui renvoie (encore et toujours) vers des contenus pornographiques, affichant des lesbiennes « sexy et en chaleur ». Sollicité par le magazine français, Google ne s’est pas encore exprimé sur le sujet. Affaire à suivre ?

CIM Internet