Paris Match Belgique

Elle dessine des adultes à la place des enfants pour montrer l’absurdité de situations ordinaires

éducation

Image d'illustration. | © Pixabay / Hans Kretzmann

Société

Fanny Vella a eu l’idée de remplacer des enfants par des adultes pour montrer les problèmes de scènes quotidiennes vécues par les enfants.

 

Et si changer d’angle permettait de mieux ouvrir les yeux ? C’est le pari de Fanny Vella, une illustratrice française, qui a décidé de dénoncer les Violences Éducatives Ordinaires dans une série de dessins. En imaginant des adultes à la place d’enfants, elle souhaite montrer l’absurdité de certaines situations pourtant très fréquentes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Et on changeait d’angle sur les chutes de nos enfants ? Alors j’annonce la couleur tout de suite je fais partie de ces parents qui ont le reflexe de dire à leurs enfant, sitôt tombés, « c’est pas grave, c’est rien, relève toi » mais à chaque fois ça me heurte et j’essaye de transformer ça en « tu as eu peur ? tu as mal quelque part ? pleure tu as raison c’est pas drôle de tomber ». Parce que même si je ne m’attend pas à quelque chose d’aussi maternant lorsque je tombe moi même, ça me fait plaisir qu’on prenne en considération ma douleur, ma honte ou ma peur quand une des trois jaillit. Je crois qu’on peut résumer ça en ces termes « l’accueil des émotions ». Pour un peu plus d’empathie hip hip hip houra ! #education #éducationéclairée #cestpasgrave #arretetoncinema #illustration #illustratrice #parentalité #bienveillance #accueildesemotions #empathie #etsionchangeaitdangle

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

et si on changeait d’angle sur : Les gestes affectueux contraints. Même si dans une certaine conscience collective on attend des enfants qu’ils soient des petits êtres câlins et pas avares en bisous (puisque la politesse réclame à priori des baisers de bonjour, de merci, d’au revoir) personnellement je suis plus à l’aise (d’autant plus avec des gens que je ne connais pas ou peu) avec une verbalisation plutôt que des démonstrations physiques. Je ne pense pas en être impolie pour autant et bien sûr que si on me tend la joue je consens à une bise mais mais est ce que je l’ai appris sous la contrainte ou par simple observation sociale ? Est ce qu’au final attendre l’avis, l’accord ou même la décision spontanée de nos petits ne serait pas un premier pas vers la notion de consentement qu’il semble plus qu’urgent de faire assimiler à nos enfants dès le plus jeune âge ? Parce que NON, refuser un bisous ou un câlin ne fait de nous quelqu’un de sauvage ou de pas gentil.lle. Et encore une fois faisons-leur confiance je pense qu’on a quand même affaire aux êtres les plus démonstratifs en terme d’affection, et puis ça a quand même vachement plus de valeur quand ça vient directement d’eux non? #etsionchangeaitdangle #education #veo #stopveo #consentement #dessin #illustration #illustratrice #bd

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

Elle explique au HuffPost avoir remis en question ses certitudes pour avoir sa propre version de la parentalité. « Je me suis rendu compte que les valeurs qui me tenaient le plus à cœur dans l’éducation que je commençais à adopter, étaient le pied d’égalité sur lequel je souhaitais être avec ma fille. J’ai voulu respecter ses envies, ses besoins et ses refus de la même façon que je gère ceux d’adultes. » Elle développe d’ailleurs dans la légende du dessin ci-dessous sa vision de l’éducation et de son combat contre « l’éducation héréditaire ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

J’ai fait partie de ces futurs parents qui disent « mon enfant ne sera jamais un enfant roi » « je ne me laisserai pas marcher sur les pieds » et autres « on sera pas que des parents » parce-que j’ai grandi en entendant que je n’étais qu’une enfant que je comprendrai quand je serai grande que j’étais vilaine pas sage qu’il fallait que j’attende que les grands me donne la parole à l’école à la maison, parce-que j’étais « à la table des petits » et qu’on me disait d’embrasser des gens que je n’avais jamais vu pour dire bonjour, parce-que je devais me coucher quand on me le disait, et que j’ai mâché des épinards froid à m’en faire vomir pendant des heures quand tout le monde était déjà sorti de table. Parce-qu’on m’a obligée à dormir nue « parce-qu’il fait trop chaud » que je pensais que tout ça c’était normal et qu’être un enfant c’était devoir vivre d’une façon contraignante en suivant les règles. Je pensais qu’être enfant c’était chercher comment contourner les règles avant d’être assez grand pour avoir le droit de suivre ses envies. Je pensais qu’être enfant c’était juste une étape chiante avant la vie la vraie. Ellie mon amour j’espère que tu chériera chaque jour de ton enfance qu’ils t’apprendront à façonner la personne que tu es et que tu nous verra comme tes béquilles et pas comme tes guides. J’espère que jamais tu n’auras à te cacher sous la couette pour lire un livre ni à faire semblant d’avoir avalé une bouchée imposée avant de la cracher dans la poubelle. Et si par malheur le modèle qu’on a connu nous rattrape quelques fois j’espère qu’il existera encore des initiatives comme cette semaine de sensibilisation sur l’adultisme pour nous rappeler à ton papa et moi qu’il n’y a pas de parentalité acquise et que c’est un combat quotidien contre l’éducation héréditaire. Merci encore aux incroyables mamans du #collectifmum et à vous qui commentez qui avez partagé nos remises en question à travers votre modestie vos doutes votre sensibilité votre force et votre bienveillance vous m’avez encore prouvé à quel point ce réseau social est d’une richesse et d’une bonté infini. #stopadultisme #stopveo #lenfantestunepersonne

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

Réfléchir sur « l’éducation héréditaire »

À travers plusieurs dessins postés sur son compte instagram, Fanny Vella souhaite sensibiliser les parents (mais aussi les futurs parents) aux répercussions que peuvent avoir certaines situations de la vie quotidienne. « On n’impose pas à un adulte qui pleure de gérer ça seul, dans une pièce, sous prétexte que si on le console à chaque fois qu’il est mal, il va s’y habituer », explique-t-elle au HuffPost. « On n’oblige pas un adulte à prêter quelque chose qui lui appartient à un parfait inconnu, dans le but de lui apprendre à partager ».

Bien que l’éducation soit un interminable débat, cette série de dessin a pour but de nous faire réfléchir sur notre manière d’interagir avec des enfants, et pourquoi pas modifier notre comportement. Si cette série vous intéresse, vous pouvez retrouver tous les dessins de Fanny Vella sur sa page Instagram (et aussi ci-dessous dans l’article). Elle sortira également une bande dessinée en janvier 2020 sur le thème des violences conjugales, donc vous pouvez retrouver les premières planches sur ce compte Instagram.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#etsionchangeaitdangle sur : la méthode du « je vais compter jusqu’à 3″ un des plus gros automatisme de notre éducation lié en parti à notre besoin d’immédiateté dans l’action. Dans un quotidien rempli de contraintes de timing il est compréhensible que l’adulte soit tenté de piocher dans les formules toutes faites entendues pendant l’enfance, mais est ce que l’on souhaite que l’enfant exécute notre demande parce qu’il la comprend (exemple : j’aimerai que tu te laves les mains parce qu’elles sont sales et que tu vas toucher ta nourriture avec » « il faut que nous quittions le parc parce que je suis fatigué.e et que j’aimerai rentrer me reposer ») ou part obéissance ? (« tu te laves les mains parce que je l’ai décidé » « on rentre parce que c’est comme ça et c’est tout »). Alors certes parfois on est dépassé.es je l’entends, je ne suis pas moi même un exemple de calme et de patience à chaque instant. Peut être qu’une solution serait de prendre de l’avance sur nos demandes pour avoir le temps d’expliquer la situation à nos enfants. Avec la logique des explications, quand elles sont assimilées, on aura pas besoin de prendre ce temps à chaque fois. D’autres fois avec la fatigue ou la frustration de l’enfant d’être stoppé dans une activité, l’explication nous paraîtra vaine (elle ne l’est jamais) et on pourrait être tenté d’avoir recours aux menaces qui ont rythmées nos éducations comme cette fameuse méthode du compte à rebours, alors ici on essaye de se mettre à la place de notre fille et d’imaginer notre réaction si on recevait des injonctions sous cette forme là. Et si pour mettre fin au rapport de force à l’âge adulte on commençait par ne plus l’exercer sur nos enfants ? et au fait il se passe quoi après le 3 ? #jecomptejusqua3 #education #veo #stopveo #rapportdeforce #obeissance #illustration #illustratrice #

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

et si on changeait d’angle sur : les gens qui donnent leur avis dans la rue dans les parcs dans les supermarchés sur l’attitude de nos enfants. On part sur un exemple soft ici, on va pas lui en vouloir à cette petite dame c’est maladroit c’est franchement pas utile et clairement c’est pas parce que pour elle ça marchait comme ça que c’est le cas pour nous, mais y’en a qui en tiennent une sacrée couche. Pardon mais je me souviens d’une fois dans une rame de métro ma fille d’un mois en porte bébé qui pleurait et là 4 personnes (oui 4 et elles ne se connaissaient même pas entre elles) qui viennent me dire de la nourrir là maintenant que c’est le pleur de la faim et qu’elle a surement trop chaud là en porte bébé et c’est quoi cette nouvelle mode d’abord c’est pas qu’en Afrique qu’ils portent ? et puis elle peut pas respirer là dedans non non ça se voit elle suffoque regardez moi ça c’est n’importe quoi, moi j’ai élevé 3 enfants jeune fille je vais vous dire comment faire. et tout ça sur le temps d’un seul arrêt. Alors les conseils OK mais quand on vient les chercher ! C’est comme si moi là je vous collait mes illustrations sous les yeux quand je vous voit laisser pleurer vos bébés, ba non je ravale bien fort la boule dans ma gorge et je me rappelle de bien me mêler de mes fesses. <—-politesse à ne pas appliquer si vous voyez un enfant se prendre un trempe sous vos yeux (s’il vous plaît dites moi que c’est logique m’obligez pas à vous faire un dessin là dessus) sur ce joyeuse fête nationale 😀 #etsionchangeaitdangle #education #dessin #illustration #illustratrice #bd #instabd #conseils

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Dans la famille « et si on changeait d’angle » et après l’illustration de : « je te console pas après un cauchemar ma chérie si je le fais une fois tu vas me réclamer à chaque fois que ça n’ira pas » voilà le classique « finis ton assiette sinon tu ne sors pas de table ». Vous les connaissez ces phrases, vous les avez surement entendues petits et vous êtes tentés de les utiliser à votre tour ? peut être même vous en servez-vous en déjà avec vos enfants ? Et si sans se flageller ou se culpabiliser on se permettait de changer d’angle pour s’apercevoir qu’il n’y a pas de raison de traiter les jeune autrement que tel qu’on le ferait avec un adulte ? Pourquoi ces « menaces » ces « punitions » ces « c’est comme ça et puis c’est tout » nous sautent aux yeux quand elles visent un adulte et qu’elles ne nous titillent pas un tout petit peu lorsqu’il s’agit d’enfant ? Je ne suis pas là pour donner des leçons je trouve que ça peut être intéressant de se poser la question et de tenter de faire confiance à nos enfants qui aussi petits et jeunes soient ils n’en restent pas moins des personnes à part entière. Cette illustration me permets de vous annoncer que dès la semaine prochaine une brochette digne du casting d’Ocean Eleven version maternage proximal vous prépare une série d’articles et de post concernant l’adultisme. En cliquant sur l’image vous retrouverez tous les comptes des participantes. #adultisme #quinarienavoiravecladultere #memesimoncorrecteurorthographiqueatenté #stopadultisme #veo #stopveo #education #finistonassiette #illustration #illustratrice #lenfantestunepersonne #collectifMUM #etsionchangeaitdangle

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

« Et si on changeait d’angle sur : L’attention portée aux enfants pendant leurs activités ? Avant tout je tiens à préciser que je ne suis pas de ces mamans qui adorent jouer tout le temps avec leurs enfants. J’avoue ma patience est très limitée quand il s’agit de refaire pour la 6ème fois de la matinée le même puzzle (pour ne donner que cet exemple). Mais dans mon cheminement vers le respect de l’enfant j’ai aussi appris à respecter mes propres envies donc quand je ne veux pas jouer à tel jeu, et pour que ce moment reste agréable pour nous deux j’oriente plutôt ma fille vers une activité qui me plaira aussi. Pour ma part j’adore les activités manuelles, pendant que son papa sera plus disposé à vouloir sortir se défouler avec elle. Et j’apprends aussi à lui faire entendre que parfois je ne veux juste pas jouer, je ne suis pas non plus dévouée à ses moindre désirs. En fait de la même façon que j’accepte son « non » quand elle ne veut pas quelque chose, je lui demande d’accepter le notre quand on a juste pas envie de participer à une activité. A mon sens la meilleure façon de lui apprendre qu’elle ne devra jamais s’oublier/se sacrifier ou à l’inverse, penser qu’elle obtiendra toujours ce qu’elle veut sans prendre en considération les envies des autres. Pour revenir à l’illustration ce que je tends à montrer ici c’est l’idée d’un regard attentif et bienveillant de la part de l’adulte face à une activité qui aura une grande importance aux yeux de l’enfant (assembler une tour de Lego, réussir à enfiler seul le vêtement d’un poupon, colorier sans dépasser ou presque etc..). Pour la confiance en lui et la fierté d’un enfant est ce que ça ne vaut pas la peine de repousser de quelques minutes ce qu’on était en train de faire ? Ce dessin a trouvé sa place au milieu d’une série d’illustrations commandées par la ludothèque du Grand Bassin qui se bat pour ramener le jeu au sein de la relation adulte/enfant. #etsionchangeaitdangle #education #veo #éducationéclairée #parentalité #bienveillance #illustration #illustratrice #dessin #bd

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#etsionchangeaitdangle sur les sorties de bain de nos bambins. #illustration # dessin #education #communication #veo #bain

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Dans la série « et si on changeait d’angle » voilà l’illustration que j’avais réalisée à la main (puisque démunie à ce moment là de ma tablette) pendant la semaine dédiée aux informations sur l’adultisme et que je viens de mettre au propre. J’en profite pour vous informer qu’une modeste rencontre autour de ce thème s’organise le dimanche 26 août au parc Poppy à Croix Rousse (Lyon) à 16h. J’organise ce petit temps de parole pour répondre aux demandes de certains d’entre vous qui aimeraient échanger autour de la définition de ce mot encore trop peu connu il y a quelques semaines. Je n’attends pas une communauté de gens qui pensent comme moi ni une armée de mamans uniquement, j’aimerai y voir des enfants, des adolescents, des parents, des futurs parents, des parents solo, des pas parents, des professionnels de l’enfance, des curieux, des pas contents, des soulagés, des sceptiques, des convaincus, mais surtout SURTOUT des gens bienveillants prêts à remettre en question leur vision des choses et de prendre du recul sur leurs opinions et leurs croyances. Pas de procès sur ce compte juste quelques pistes sur un éclairage tout neuf qui se fait sur nos enfants. De quoi changer d’angle et peut être comprendre ce qui s’est joué aussi pour nous plus jeune. #stopadultisme #stopveo #veo #adultisme #collectifmum #illustration #bd #etsionchangeaitdangle

Une publication partagée par Fanny Vella (@fannyvella) le

CIM Internet