Paris Match Belgique

Franky Zapata réussit à traverser la Manche en 20 minutes [VIDÉOS]

zapata

Franky Zapata au départ de sa traversée à Sangatte, en France. | © Denis Charlet / AFP

Société

Après avoir fait sensation au défilé du 14 juillet, Franky Zapata relève le défi de traverser la Manche avec son « Flyboard ».

 

La deuxième tentative était la bonne ! Franky Zapata a réussi l’impensable ce dimanche : traverser la Manche à bord de son « Flyboard ». Dans un vol d’une vingtaine de minutes, « l’homme volant » a pu relier Sangatte (dans le nord de la France) à St Margaret’s Bay en Angleterre, confient des journalistes de l’AFP. Le sportif a volé à une moyenne de 140 km/h (pouvant aller jusqu’à 190 km/h), à environ 15 ou 20 mètres au-dessus du niveau de la mer. « Tout s’est bien passé ! Même si c’était encore compliqué (ndlr, pour le ravitaillement sur le bateau, raison de son premier échec)… Ensuite, je voyais l’Angleterre qui se rapprochait et j’ai essayé de prendre du plaisir pour ne pas penser à la douleur. Ça brûlait dans les jambes ! », a-t-il confié à la presse juste après son arrivée.


Le 25 juillet dernier, le champion du monde de jet-ski français avait déjà tenté cet exploit. Sa traversée s’était stoppée au bout de 18 km (sur 35 km au total) après avoir chuté dans l’eau au moment de se poser sur un bateau pour se ravitailler en kérosène. Cette date n’avait pas été choisie par hasard : Louis Blériot a été le premier à traverser la Manche en avion, 110 ans plus tôt jour pour jour. Franky Zapata avait tenté de franchir la Manche malgré un « avis défavorable » de la préfecture maritime, qui estimait la zone trop dangereuse.

zapata
Franky Zapata avait sensation au défilé du 14 juillet dernier. © Lionel BONAVENTURE / AFP

Bien qu’il soit champion du monde de jet-ski, Franky Zapata a été rendu célèbre grâce à sa démonstration lors du défilé du 14 Juillet dernier. Le monde entier l’a découvert en le voyant arriver sur les Champs-Élysées, équipé d’un fusil, et propulsé dans les airs avec son Flyboard doté de cinq mini-turboréacteurs.

CIM Internet