Paris Match Belgique

Weight Watchers veut mettre les enfants de 8 ans au régime et provoque le scandale

weight watchers

Image d'illustration. | © Pexels / Markus Spiske temporausch.com

Société

Une pétition réclame à Weight Watchers de supprimer son application Kurbo, jugée dangereuse et inquiétante.

 

En février dernier, Weight Watchers (rebaptisée « WW » quelques mois plus tôt) déclenchait un séisme en offrant gratuitement son programme d’amincissement aux jeunes de 13 à 17 ans. Malgré la colère des parents et les sévères critiques des spécialistes, la société américaine ne démord pas. Désormais, elle permet aux enfants âgées de 8 à 17 ans de perdre du poids à l’aide d’une application nutrition inédite. Son petit nom : Kurbo.

Objectif : poids idéal

L’idée semblait partir d’une bonne intention. « Aider les jeunes, les adolescents et les familles à adopter des habitudes alimentaires saines, pour la vie », peut-on lire sur le site de l’application mobile. Le principe ? Proposer toute une série de fonctionnalités (exercices de respiration, séquences vidéo qui encouragent à faire du sport, etc.) permettant à l’enfant d’atteindre ses objectifs de poids, en fonction de son âge et de sa taille. En répertoriant tout ce qu’il mange, l’enfant est ensuite guidé par l’application qui lui indique les aliments bons (et moins bons) en affichant leur score nutritionnel. Ici les calories sont remplacées par des feux de signalisation. Vert pour les aliments sains, jaune pour ceux à consommer avec modération et rouge pour les écarts à éviter.

Lire aussi > « Keto diet » : Le régime à base de gras qui cartonne dans la Silicon Valley et à Hollywood

Un coaching personnalisé est également proposé à ceux qui souhaiteraient « traiter leurs troubles de l’alimentation ou éviter la perte de poids rapide et malsaine », lit-on plus loin. « Si nous voulons changer de trajectoires de santé, nous devons éduquer, inspirer et supporter beaucoup plus tôt », affirme la CEO de l’entreprise Mindy Grossman, citée par le magazine Time. « Il y a un besoin urgent d’aider les familles le plus tôt possible », estime-t-elle.

Une appli lourde de conséquences

Encensée par les uns, Kurbo fait néanmoins bondir certains nutritionnistes, inquiets de voir les enfants devenir mal dans leur corps et obsédés par les régimes. Cité par Le Miroir Mag, le nutritionniste Rhiannon Lambert estime que « le coût réel de cette application n’est pas de 69 dollars par mois, mais une bataille de toute une vie rythmée par une alimentation désordonnée et une mauvaise image de soi ».

Lire aussi > « C’est le diable » : Le nouveau coup de gueule de Jameela Jamil contre la retouche de photos

Plusieurs ont par ailleurs critiqué la démarche de WW en pointant du doigt l’âge particulièrement jeune du public visé. « Oh mer**, non mais on délire ? L’obsession de poids, de calories et d’aliments dès l’âge de… 8 ans ? », s’est indignée sur Twitter l’actrice Jameela Jamil. « J’avais 11 ans quand mon obsession a commencé, après avoir été mise au régime car j’étais la fille la plus grosse de la classe. Je suis devenue terrifiée par la nourriture. Cela a ruiné mon adolescence et ma vingtaine », poursuit-elle.

Oh mer**, non mais on délire ? L’obsession de poids, de calories et d’aliments dès l’âge de… 8 ans ? J‘avais 11 ans quand mon obsession a commencé, après avoir été mise au régime car j’étais la fille la plus grosse de la classe. Je suis devenue terrifiée par la nourriture. Cela a ruiné mon adolescence et ma vingtaine.

La lutte anti-Kurbo contre Weight Watchers. Qui est avec moi ?

La nouvelle appli Kurbo est horrible. Et terriblement dangereuse. Les troubles alimentaires font partie des maladies mentales à prendre au sérieux et transmettre ce message à des jeunes enfants est malsain.

Discrimination et dysmorphie

De son côté, la blogueuse mode Dana Suchow ne s’est pas retenue de dénoncer la discrimination basée sur le poids. « Pour beaucoup de familles qui luttent face à la culture du régime et la désinformation médicale, ce genre d’appli apparaît comme la solution parfaite », écrit-elle dans un long post partagé sur Instagram. Or, « quand on dit à un enfant que quelque-chose ne va pas avec son corps, il garde pendant longtemps le sentiment d’être indigne et repoussant. Ce sentiment peut se transformer en symptômes tels que la dysmorphie corporelle ou le stress chronique », ajoute celle qui, en janvier déjà, déclarait : « Les enfants ne décident pas de détester leur corps, c’est la société qui leur apprend à le faire ».

« Vous êtes parent et inquiet pour la santé de vos enfants ? Vous pouvez leur apprendre à s’aimer. Quand on apprend aux enfants à s’aimer, ils savent prendre soin d’eux (et prendre les meilleurs décisions, par seulement dans leur alimentation mais aussi dans leur vie) », conclut-elle.

Lire aussi > Pourquoi prendre le petit déjeuner en famille est bon pour les ados

Suite aux nombreux commentaires négatifs partagés sur les réseaux, une pétition a été lancée sur le site Change.org, réclamant à WW de supprimer son application « avant que d’innombrables troubles alimentaires n’apparaissent ». Accusant la firme d’avoir pris une décision « dangereuse, irresponsable et immorale », la pétition relayée par la star de The Good Place a déjà récolté près de 3 000 signatures.

CIM Internet