Paris Match Belgique

Hongrie : Face au boycott, Coca-Cola cède à la pression et retire sa pub pro-LGBT

coca-cola lgbt hongrie

Une campagne de boycott agressive a eu raison des belles affiches réalisées par Coca. | © Coca-Cola Company.

Société

CitizenGo, l’organisation conservatrice publiant des pétitions contre l’homosexualité, l’euthanasie ou l’avortement, s’est félicitée du succès de sa campagne contre les pubs de la marque américaine.

C’était au début du mois d’août. Une série d’affiche élaborée par la cellule marketing de Coca-Cola Hongrie, ouvertement pro-LGBT et prônant l’amour de l’autre, enclenchaient une triste polémique au pays de Viktor Orban, Premier ministre ultra-conservateur de l’État d’Europe centrale. Sur une affiche on pouvait apercevoir deux jeunes femmes s’embrasser sensuellement autour d’une bouteille de Coca, sur une autre deux jeunes hommes enlacés la boisson à la main, quand une troisième nous montrait deux amoureuses siroter le rafraîchissement à la paille, les yeux dans les yeux. Le tout sous le slogan « Love is love – Zéro sucre, zéro préjudice ».

Lire aussi > Bolsonaro fait retirer une publicité qui promeut la diversité raciale au Brésil

Love is love ❤️

Publiée par Coca-Cola sur Dimanche 4 août 2019

Rien de très choquant direz-vous, bien au contraire, surtout quand on sait que la campagne du géant américain, diffusée dans les rues et le métro de Budapest, suivait le thème « Love Revolution », slogan du gigantesque festival de musique Sziget, qui débutait le mercredi 7 août. Sauf que dans la nation du Fidesz, le parti nationaliste et conservateur de Viktor Orban – qui a écrasé la concurrence aux dernières élections européennes, surfant sur son discours anti-immigration -, ce genre de message ne passe pas.

Un boycott contre le « lobby homosexuel »

Et en premier lieu chez les membres du parti au pouvoir. Le député de l’Assemblée hongroise et membre du parti conservateur, István Boldog, appelait dans la foulée au boycott de la campagne sur son compte Facebook en partageant une photo du célèbre logo de la marque barré d’une ligne noire. « Je me démarque de la campagne d’affiches Coca-Cola. Tant qu’ils ne retireront pas leurs affiches provocantes de Hongrie, je ne consommerai pas leurs produits ! Tout le monde, s’il vous plaît ! », commentait l’homme politique. Le média conservateur Pesti Scárok lui apportait son soutien en dénonçant un « siège » du « lobby homosexuel »

Elhatárolódom a Coca-Cola plakátkampányától. Amíg nem távolítják el provokatív plakátjaikat Magyarországról, addig én nem fogyasztom a termékeiket! Erre kérek mindenkit!

Publiée par Boldog István sur Dimanche 4 août 2019

En réponse à ces attaques, le géant américain avait répondu, via CNN, en indiquant qu’elle partageait les mêmes principes que le festival Sziget et qu’il se battait pour la « diversité, l’inclusion et l’égalité ». « Nous croyons que les hétéros comme les homosexuels ont le droit d’aimer la personne qu’ils veulent, de la manière dont ils veulent », commentait notamment la marque. Sollicité sur la polémique par le magazine d’opposition HVG, le parti au pouvoir se fendait d’un laconique : « La Hongrie étant un pays libre, chacun est libre de décider de boire ou non du Coca-Cola ». Sans, bien entendu, favoriser le message positif délivré par la marque. Une usine de la multinationale a également été bloquée par des activistes du parti d’extrême-droite Mi Hazánk, à Dunaharaszti près de Budapest, pour dénoncer la campagne.

Un retrait qui pose question

Et c’était sans compter sur la force de frappe des conservateurs. Une pétition en ligne, qui a reçu plus de 40 000 signatures à ce jour, a demandé le retrait pur et simple des affiches des rues de Budapest. Et a visiblement eu gain de cause, l’organisation conservatrice CitizenGo – qui publie régulièrement des pétitions contre le mariage de personnes de même sexe ou l’avortement -, qui a initié celle-ci, s’est félicitée ce matin du retrait des affiches dans le métro de Budapest. Celles-ci ont été remplacées par des posters aux couleurs de l’arc-en-ciel, certes, mais fini les personnages incarnant la liberté.

Lire aussi > Les personnages LGBTQ sont plus nombreux à la télévision américaine (malgré les tabous qui demeurent)

La Hongrie interdit le mariage homosexuel et l’homoparentalité. Les couples homosexuels n’ont en plus de ça pas les mêmes droits que les couples hétérosexuels : ils ne peuvent pas s’inscrire à l’armée ou donner leur sang. L’initiative de Coca-Cola était belle dans un pays qui ne donne pas sa place aux minorités. Elle n’aura pas duré longtemps.

Mots-clés:
LGBTQ Hongrie Coca-Cola
CIM Internet