Paris Match Belgique

20 États américains en guerre contre la détention illimitée d’enfants

migration

Une mère et son enfant à la frontière mexicaine. | © Belga/AFP

Société

Depuis 1997, décision judiciaire dite « Flores » imposait une limite de 20 jours à la détention des enfants. La semaine passée, le gouvernement américain a annoncé vouloir y mettre fin.

 

Il y a une semaine à peine, le gouvernement américain annonçait vouloir durcir sa politique d’immigration en permettant la détention à durée indéterminée et illimitée d’enfants migrants passés clandestinement sur le territoire américain. Cette semaine, les États américains montent au créneau et 20 procureurs généraux ont annoncé vouloir attaquer en justice l’administration Trump contre cette décision.

Lire aussi > Des milliers d’enfants migrants victimes d’abus sexuels pendant leur détention aux États-Unis

Le règlement Flores

Depuis 1997, le règlement Flores, une décision judiciaire imposant de ne pas maintenir les enfants en détention plus de 20 jours, protège les plus jeunes parvenus clandestinement sur le territoire américain. Il  établit également le cadre minimal des conditions d’hygiène et de biens de base tels que la nourriture, l’eau et les soins qui doivent être accordés aux enfants. Et c’est précisément cette protection que l’administration Trump souhaite abolir. Pour l’en empêcher, 20 États américains se sont unis pour empêcher cette décision de devenir réalité. « Avec cette règle, l’administration Trump va permettre à la police de l’immigration d’emprisonner des enfants innocents pour des durées indéterminées », dénonce la procureure de l’État du Massachusetts, Maura Healey, dans un communiqué.

Le gouvernement américain souhaite que la limite de 20 jours soit levée d’ici deux mois. Face à lui, près de la moitié des États américains veulent tout faire pour empêcher la décision d’aboutir. « Détenir des familles de pour une durée indéterminée et sans raison particulière provoquant des traumatismes chez les jeunes enfants n’est pas une politique d’immigration, c’est un abominable abus de pouvoir », a déclaré Jay Inslee, gouverneur de l’État de Washington, sur Twitter.

Le procureur général de Californie, Xavier Becerra, a lui annoncé vouloir « défendre les enfants contre le préjudice irréparable causé par une détention illégale ».

Sans surprise, ces États ont été rejoints dans leur lutte par plusieurs organisations de défense des droits humains, annonce l’AFP.

CIM Internet