Paris Match Belgique

Mattel lance une poupée non-genrée aux États-Unis

barbie

Les enfants peuvent modifier leur poupée comme ils le souhaitent. | © Capture d'écran YouTube / Creatable World

Société

Mattel a dévoilé hier une nouvelle poupée qualifiée d’ « inclusive », sans identité sexuelle attribuée, qui répond – selon le fabriquant de jouets – à une demande des enfants.

 

C’est un nouveau pas en avant que fait la marque de jouets. Mattel a dévoilé hier une nouvelle ligne de poupée, qui comprend six modèles, baptisée « Creatable World ». Les enfants pourront ainsi créer leurs propres poupées modulables, avec des cheveux courts ou longs, pantalon ou jupe, chaussures à semelle compensées ou baskets. « Les jouets sont le reflet de notre culture et à mesure que le monde célèbre l’impact positif de l’inclusivité, nous avons senti que le moment était venu de créer une ligne de poupées sans label », a expliqué la vice-présidente de la division Mattel Fashion Doll Design, Kim Culmone, dans un communiqué.

Le concept d’inclusion recouvre ici le fait de s’adresser à tous les individus, quelle que soit leur identité sexuelle. « En faisant des recherches, nous avons perçu que les enfants ne voulaient pas que leurs jouets soient régis par des normes de genre », a-t-elle poursuivi. « Cette ligne permet à tous les enfants de s’exprimer librement. » Les poupées seront vendues 29,99 dollars l’unité, soit environ 27 euros rapporte Le Parisien.

Dans son post, Mattel annonce : « un monde sans étiquettes signifie que tout le monde est invité à jouer ». Le patron de la marque de jouet a précisé au magazine américain Time qu’ils ne faisaient pas de politique. « Nous respectons les décisions des parents sur la manière dont ils élèvent leurs enfants. Notre rôle est seulement de stimuler l’imagination », confie Richard Dickson.

Barbie
© Mattel

Une diversification des poupées Barbie

Depuis plusieurs années maintenant, Mattel cherche à diversifier les modèles de sa poupée star Barbie, après avoir proposé durant des décennies, à quelques exceptions près, une jeune femme blanche et blonde. Début 2016, l’entreprise californienne avait notamment lancé des versions « ronde », « petite » et « grande » de Barbie.

Lire aussi > Barbie bientôt en fauteuil roulant ou avec une prothèse

Mardi, plusieurs industriels et distributeurs de jouets ont signé à Paris une « charte pour une représentation mixte des jouets » avec la secrétaire d’État à l’Économie et aux Finances Agnès Pannier-Runacher. La charte vise à lutter contre les stéréotypes de genre dans l’industrie des jouets.

Portée par cette stratégie, les ventes de Barbie restent sur sept trimestres consécutifs de hausse, à contre-courant de beaucoup de produits proposés par Mattel, qui souffrent de la concurrence d’autres jouets et de la domination des écrans.

CIM Internet