Paris Match Belgique

United Airlines : L’énorme scandale d’un passager expulsé violemment de son avion pour cause de surbooking

L'homme expulsé de l'avion est un médecin, qui devait retourner rapidement chez lui. | © AFP PHOTO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / JUSTIN SULLIVAN

Société

La compagnie américaine United Airlines refait parler d’elle, quelques semaines seulement après avoir interdit à des jeunes filles en legging de monter à bord de l’un de ses avions. Cette fois-ci, le passager, déjà à bord, a été forcé de quitter l’appareil de force pour cause de surbooking.

Comme tous les passagers du vol 3411 reliant Chicago à Louisville, l’homme avait payé son billet. Mais c’est de force, contre sa volonté, qu’il a été expulsé de l’avion – après avoir été tiré au sort. Les faits se sont déroulés à l’aéroport de Chicago, alors que l’appareil était encore sur le tarmac. Alors que la plupart des voyageurs étaient installés sur leurs places réservées, le personnel à bord leur a demandé si certains acceptaient de se porter volontaire pour prendre un autre vol le lendemain en échange d’une compensation financière.

Surbooké, l’appareil devait en effet accueillir quatre membres d’équipage qui devaient se rendre le plus rapidement possible à Louisville pour travailler dans un autre avion. Mais aucun des passagers n’a accepté de céder son siège et de reporter son départ, indique CNN.

©AFP PHOTO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / JUSTIN SULLIVAN

C’est là que les choses ont dégénéré. Fautes de volontaires, United Airlines a pris la décision de désigner d’office les passagers qui allaient devoir quitter l’appareil. D’après un porte-parole de la compagnie, les noms n’ont pas été tirés au hasard puisque le personnel à bord a pris en compte plusieurs facteurs dont les possibles correspondances pour les passagers. « L’un des clients a refusé de quitter la cabine volontairement et la police a été appelée à la porte d’embarquement », a détaillé un porte-parole d’United, Charlie Hobart, cité par le Chicago Tribune.

Lire aussi > La photo épique de Donald Trump et Dark Vador à bord de l’Air Force One

Selon un témoin, Tyler Bridges, cité par CNN, l’appel aux volontaires a été fait une fois tout le monde à bord. Selon lui, il était donc normal que personne ne souhaite répondre à la demande de la compagnie, d’autant que le prochain vol ne décollait pas avant le lendemain.

Une escorte musclée

Face au refus catégorique du passager, expliquant être médecin et devoir rentrer rapidement, United Airlines a choisi d’appeler la police, qui a alors tenté de sortir de force le pauvre homme. La scène a été filmée par plusieurs passagers. On peut y voir la tête de l’homme cogner violemment un accoudoir, puis, les forces de l’ordre le traîner au sol jusqu’à la sortie, alors qu’il a le visage en sang. « C’était vraiment choquant que cela dégénère ainsi. C’est certainement un peu de la faute de cet homme, quand la police est arrivée, il n’aurait pas dû résister, il aurait juste dû partir. Mais c’était incroyable de les voir l’attraper ainsi et le traîner », a raconté Tyler Bridges.

La controverse a pris encore plus d’ampleur lorsque la compagnie a décidé de réagir dans un communiqué. Oscar Muñoz, le PDG de United Airlines a expliqué que c’est un « événement qui nous bouleverse tous ici chez United » avant de présenter ses excuses pour « avoir dû replacer ces clients ailleurs ». « Nous tentons également de contacter ce passager pour lui parler directement et pouvoir résoudre ce problème », peut-on encore lire. Un communiqué froid dans lequel aucune excuse directe n’est présentée au passager violenté, provoquant la colère de nombreux clients et d’internautes. Beaucoup appelaient lundi au boycott de la société déjà au cœur du cyclone le mois dernier après avoir interdit à deux fillettes vêtues de leggings de monter à bord.

Les compagnies aériennes américaines sont autorisées à forcer des passagers à quitter des vols surbookés, en échange de dédommagements, si elles ne parviennent pas à trouver suffisamment de volontaires, selon le ministère américain des Transports.

CIM Internet