Paris Match Belgique

Égalité des genres : La position (paradoxale) de la Belgique dans le classement européen

égalité

Image d'illustration. | © Unsplash/Claudio Schwarz Purzlbaum

Société

L’indice d’égalité de genre montre que les progrès sont particulièrement lents dans l’Union Européenne. Par rapport au classement de 2005, la Belgique recule, mais ce n’est pas non plus inquiétant.

« Une grande partie du potentiel des femmes demeure inexploité, du fait d’importantes inégalités entre les femmes et les hommes dans l’ensemble de l’Union Européenne. Si nous voulons créer une Europe plus forte, plus équitable et plus unie, nous devons éliminer ces inégalités », avance sur son site l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes, la seule agence de l’Union européenne qui soit uniquement consacrée à l’égalité des genres. Dans son nouvel indice d’égalité de genre, l’EIGE remarque que l’UE « continue d’avancer », mais « à petits pas ». « Nous allons dans la bonne direction mais nous sommes encore loin de la ligne d’arrivée. Notre indice, critère de référence de l’égalité de genre dans l’UE, montre que presque la moitié des États membres sont en deçà des 60 points. Alors que le nouveau Parlement et la nouvelle Commission définissent et renouvellent les priorités de l’UE pour le prochain cadre stratégique, il est crucial que l’égalité de genre passe à la vitesse supérieure », estime mardi sa directrice, Virginija Langbakk.

La Belgique se classe 8e des 28 pays de l’UE et améliore progressivement son score, à 71,1 sur 100 actuellement contre 70,5 dans l’Index 2017. Mais le rythme de progression étant assez lent par rapport à la moyenne, le pays a reculé dans le classement européen par rapport à la publication du premier index de l’EIGE. En 2005, il était en effet classé 6e. Globalement, la Belgique est une bonne élève : elle reste au-dessus de l’UE des 28 pour son score global, et s’améliore d’année en année. C’est particulièrement dans le domaine « argent » que les Belges sortent du lot, avec le deuxième score européen. Les inégalités de genre sont davantage présentes dans les domaines de « pouvoir » et de « temps » consacré aux soins, au travail domestique et aux activités sociales.

Lire aussi > L’égalité hommes-femmes dans le monde, ce n’est pas pour demain

Suède n°1

L’indice imaginé par l’EIGE doit servir à évaluer les améliorations en matière d’égalité hommes-femmes dans différents domaines. Pour calculer le « score » global de chaque État, six domaines sont examinés : travail, argent, savoir, temps, pouvoir et santé. Un score de 100 équivaudrait à une égalité parfaite. La Suède est le pays qui s’en rapproche le plus, avec 83,6 points, suivi du Danemark avec 77,5. Les pays ayant le plus de retard à rattraper sont la Grèce et la Hongrie, tous deux à moins de 52 points. Le pays qui a le plus progressé est le Portugal, avec une hausse de 3,9 points, suivi de près par l’Estonie qui s’améliore de 3,1 points.

Avec Belga

CIM Internet