Paris Match Belgique

Près de 200 000 Syriens ont fui les combats depuis le début de l’offensive turque

syrie

Une femme syrienne fuyant la zone de combat entre les forces turques et les combattants kurdes, le 15 octobre 2019. | © Delil SOULEIMAN / AFP

Société

Des milliers de civils ont décidé de fuir le nord-est de la Syrie depuis une semaine, suite à l’offensive turque contre les forces rebelles kurdes.

 

Quelque 190 000 civils ont pris la fuite depuis le début de l’offensive turque contre les combattants kurdes dans le nord-est de la Syrie le 8 octobre, affirme mardi l’Organisation internationale des migrations (OIM). Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance, il y a parmi eux 70 000 enfants.

Lire aussi > Un nouveau bain de sang se prépare en Syrie

Un porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré que l’agence se tenait prête à fournir des colis alimentaires pour l’équivalent de 5 jours à 450 000 personnes dans le nord de la Syrie. Jusqu’à présent, 83 000 personnes ont reçu un tel colis.

syrie
Des milliers de Syriens ont fui le nord du pays en une semaine. © Delil SOULEIMAN / AFP

La coalition menée par les États-Unis a annoncé sur Twitter avoir effectué « un retrait délibéré » d’une partie du nord-est syrien. « Nous avons quitté Minbej », a-t-elle fait savoir en référence à cette ville libérée par les forces kurdes et syriennes des griffes de l’État islamique et dont la Turquie veut assurer le contrôle. Les forces gouvernementales syriennes sont entrées dans la ville dans le cadre d’un accord avec leurs alliés kurdes afin de faire face à l’incursion turque.

Selon des sources diplomatiques, les membres européens du Conseil de sécurité de l’ONU (Belgique, Allemagne, France, Pologne et Royaume-Uni) ont demandé une nouvelle réunion à huis clos sur l’offensive militaire turque en Syrie qui devrait se tenir mercredi en fin de matinée. Londres, de son côté, a déjà suspendu les exportations d’armes vers Ankara « qui pourraient être utilisées » contre les forces kurdes, a annoncé le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab.

Lire aussi > Donald Trump ne veut pas aider les forces kurdes, et il se justifie d’une drôle de manière

Avec Belga

Mots-clés:
turquie conflit Syrie Kurdes
CIM Internet