Paris Match Belgique

« Retournez à Kinshasa » : Quand un simple contrôle SNCB vire à la polémique raciste [VIDÉO]

sncb polémique raciste

Image d'illustration. | © Unsplash / Bernard Hermant

Société

L’altercation filmée entre un policier et un voyageur dans un train reliant Bruxelles à Liège soulève l’indignation depuis hier.

Bruxelles-Liège, mardi 15 octobre. Alors qu’il rentrait d’un séjour à Londres, Joshua a reçu un accueil des moins chaleureux. Dans un train reliant Bruxelles à Liège, ce voyageur belge d’origine congolaise s’est fait interpeller par un contrôleur de la SNCB accompagné d’un agent de police. En cause : son billet qui, selon le contrôleur, n’était pas valide.

Dans une vidéo filmant leur altercation, on entend le policier tenir des propos particulièrement violents à l’encontre du voyageur. Partagées en masse sur les réseaux depuis 24 heures, les images soulèvent l’indignation du public, choqué, taxant la police fédérale (et la SNCB) de racisme.

« Retournez à Kinshasa »

“Le contrôleur a eu une altercation avec une jeune femme avant moi. Il était déjà très agressif. Quand il est arrivé devant moi, je lui ai demandé : C’est comme ça que vous parlez à vos clients ? C’est parti dans les tours », explique Batgame, nom d’artiste de Joshua, à nos confrères de 7sur7. Contraint d’acheter un nouveau billet, le sien étant jugé non valable par le contrôleur, il refuse, estimant ne pas être en infraction. « Comme je ne voulais pas payer un autre ticket, parce que, pour moi, mon ticket était valable, il a appelé la sécurité du train. La police fédérale des rails. Ça a pris de l’ampleur. J’ai eu droit à des réflexions racistes », poursuit-il.

Lire aussi > Une presse unanime dénonce un « racisme débridé en Belgique »

Partagée par des dizaines d’internautes, la vidéo témoigne des propos racistes et choquants de l’officier. « Si le système belge ne vous plait pas, retournez à Kinshasa », lâche-t-il devant plusieurs témoins, dont celui qui enregistre discrètement la scène. « Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça », s’insurge alors Joshua qui n’hésite pas à hausser le ton face aux autorités. « Répétez ce que vous avez dit ! Vous avez très bien entendu ce qu’il a dit », lance-t-il, approuvé par plusieurs personnes présentes dans le wagon. « Moi j’ai entendu monsieur, c’est raciste ce que vous venez de dire », ajoute une jeune femme. « Tout ce que vous faites actuellement n’a aucun sens. J’ai un billet qui est valable », poursuit Joshua, avant d’être débarqué à Waremme et d’être accueilli par d’autres agents de police.

View this post on Instagram

 

STOP STOP STOP 🛑 Un jeune homme belge d’origine congolaise apparement paye son ticket Bruxelles Liège et prend son train. Pendant ce trajet un contrôleur passe jusque là tout est normal,malheureusement son ticket est selon le contrôleur qui avait fait subir le même traitement à plusieurs passagers avant, « invalide » il se voit alors demander la somme de 26€ alors qu’il avait bien son titre de transport et que celui ci lors de l’achat coûte 6,6€. Il refuse de payer car il a son ticket le contrôleur fait alors venir un policier en civil,il lui demande sa carte d’identité et le jeune la lui donne en se plaignant de ce qu’il lui arrive le contrôleur lui dit alors je cite « si ça ne vous plaît pas Monsieur il faut retourner à Kinshasa » il le dit à plusieurs reprises devant des dizaines de personnes et dit même « je suis raciste » Je suis profondément blessé et je n’ai rien d’autre ajouter,comment une personne ne peut même pas être en sécurité dans son propre pays? Comment de tels propos peuvent-ils être dit sans qu’il n’y est aucune répercussion? Et maintenant on supprime les vidéos de nos comptes ? Pour ma part si il faut que je la partage tous les jours je le ferai. @sncb.be

A post shared by @ lisa.ael on

Ni vu ni connu ?

Le lendemain, l’artiste de 23 ans a réagi sur son compte Instagram. « C’est juste quelque chose qui m’a sorti de ma personne parce que ce n’est pas normal. Si vous êtes dans la même situation, n’hésitez pas à mettre la bouche, à parler, parce que ce n’est pas logique », s’est-il indigné face caméra. Contacté par une journaliste de 7sur7, il raconte la suite de son interpellation. « Deux policiers m’attendaient [à Waremme, ndlr]. Je pensais que j’allais tomber sur des personnes de confiance, que j’allais pouvoir discuter avec eux, qu’ils allaient m’aider à me sortir de là. J’étais dépassé par la situation », confie-t-il. « Le policier à qui j’ai donné ma carte d’identité sur le quai l’a donnée à ces deux-là. Je me suis dit ok, ils sont tous dans le même camp. Il était minuit et quart on était à Waremme. Ils m’ont mis une amende, alors que j’avais un ticket sur moi que j’avais payé, et ils m’ont laissé là. »

Lire aussi > #allemaalvanbelang : Le hashtag pour dénoncer le racisme en Belgique devient viral

Massivement interpellée sur Twitter, la SNCB n’a pas encore réagi publiquement aux accusations racistes dont elle fait l’objet. D’après nos confrères, elle a toutefois indiqué qu’elle ouvrirait une enquête en interne, à l’instar de la police fédérale qui attend d’identifier le policier et de vérifier les faits avant de prendre les mesures nécessaires. Alors que le Liégeois s’apprête à porter plainte, les internautes continuent de relayer le scandale sur les réseaux, notamment après que le contenu ait été supprimé de plusieurs comptes. Initialement partagée sur la page Maisnoncestpasraciste, celle-ci n’est actuellement – et mystérieusement – plus en ligne. « Vous trouvez ça normal qu’Instagram ai supprimé ma story dans laquelle je m’indigne du comportement et des propos tenus par les contrôleurs de la SNCB envers mon ami ? », s’interroge-t-on parmi les commentaires, qui réclament notamment le licenciement du policier. Affaire à suivre.

CIM Internet