Paris Match Belgique

Avec #ILookLikeASurgeon, les chirurgiennes luttent contre les stéréotypes

Un défi inspiré par la couverture du magazine The New Yorker, en haut à droite. | © Capture d'écran Twitter

Société

De nombreuses chirurgiennes du monde entier se sont prises en photo avec le hashtag #ILookLikeASurgeon, « Je ressemble à un(e) chirurgien(ne) », pour dénoncer le sexisme et les stéréotypes qu’elles vivent au quotidien. 

Depuis plusieurs jours, Twitter est envahi de nouvelles héroïnes : les femmes masquées. Les photos présentent à chaque fois la même situation : plusieurs chirurgiennes en contre-plongée sous les lampes de la salle d’opération, comme si nous étions un patient à cœur ouvert. Elles ont toutes été inspirées par la Une du magazine The New Yorker, datant du 3 avril, qui représente quatre femmes chirurgiennes prêtes à faire leur travail. Le but de cette mobilisation étant de montrer que ce n’est pas, contrairement aux idées reçues, un métier réservé aux hommes.

Lire aussi : #Thatsharassment : La campagne percutante d’un ex-Friends contre le harcèlement sexuel

Si la Une du New Yorker en est l’inspiration, Susan Pitt est à l’origine de ce mouvement. Cette chirurgienne et chercheuse a lancé le défi à ses collègues de reproduire l’illustration de Malika Favre. « Au moment où je l’ai vu, j’ai pensé que ce serait sympa de le reproduire dans la vraie vie », a-t-elle confié à Buzzfeed. « J’espère ouvrir les yeux et l’esprit des gens sur le fait que les femmes peuvent être des chirurgiennes tout autant que n’importe quelle autre profession. Qu’il n’y a pas de monde réservé aux hommes ».

Des femmes du monde entier ont rapidement répondu à l’appel en postant leurs selfies accompagnés de #ILookLikeASurgeon pour dénoncer le manque de mixité dans le monde médical. Parmi elles, la chirurgienne Haneen Gomawi, d’Arabie Saoudite, expliqua au magazine américain : “Nous faisons face à de nombreux challenges, dans le monde médical et dans la vie, malgré les différences entre les pays ». Pour elle, le fait de participer à ce mouvement était « revigorant et rassurant« , continue-t-elle avant d’ajouter : « Désolé pour cette réponse très rapide et brouillon, je suis actuellement en service pendant 24h ».

 

CIM Internet