Paris Match Belgique

Vaches maigres pour les Jours Sans Viande

Fiasco peu surprenant : le Belge mange 600g de viande par semaine, le double de la ration recommandée | © Belga

Société

Sur la lancée de l’engouement suscité par la Tournée minérale, les Belges avaient été invités à prendre part aux Jours sans viande, du 1er mars au 15 avril. Une campagne décriée par les agriculteurs wallons, et qui n’a pas séduit le grand public : seuls 3 000 francophones ont marqué leur soutien. 

Le timing était idéal : en période de Carême, la campagne « Jours Sans Viande », lancée il y a 6 ans en Flandre, avait été lancée pour la première fois en Wallonie et à Bruxelles. L’objectif : non pas défendre un végétarisme complet mais bien inspirer un maximum de citoyens à adopter un mode de vie plus durable en mangeant moins de viande et de poisson pendant 40 jours, du 1er mars au 15 avril. Un changement de mode de consommation qui n’a pas séduit : selon les chiffres recueillis par Le Soir, 3 000 francophones seulement ont marqué leur soutien à la campagne. Un enthousiasme mitigé qui aura certainement contribué à rassurer les agriculteurs de la région.

Lire aussi : Les huit nouvelles tendances alimentaires des Belges

« Campagne de diffamation »

Car dès le lancement de la campagne, ils ont été nombreux à s’opposer à ce qu’ils considéraient comme une « campagne de diffamation« . Pour Stéphane Delogne, porte-parole de la Fédération Unie de Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs, Jours Sans Viande était une attaque envers « le travail des éleveurs wallons, qui se trouvent à des années lumières de ce qu’ils semblent dénoncer. C’est une inversion des valeurs ». La campagne ?  Un coup marketing du lobby agroalimentaire, avec des sponsors qui « espèrent récuperer tout un marché de végétariensUne tonne de viande vaut entre 5000 et 6000 euros alors qu’une tonne de soja vaut de 300 à 350 euros. Si demain on vous vend le steak de soja au même prix que la viande, l’industriel a gagné de l’or en barre », a ainsi déclaré l’agriculteur. Par soutien, le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, avait lancé son propre challenge : « 40 jours, 40 menus locaux ». Bilan : 8 000 francophones séduits par le défi.

 

Se passer de viande pendant 40 jours ? Un défi qui n’a pas séduit le sud du pays – Belga

Les agriculteurs wallons en colère

La Fédération Wallonne des Agriculteurs (FWA) n’avait-elle pas hésiter à franchement contre-attaquer en lançant « Je suis agriculteur », un site mettant les consommateurs au défi de soutenir les agriculteurs wallons durant 40 jours. Outre la campagne de soutien, le site était également l’occasion pour la FWA de nuancer les arguments de la campagne Jours Sans Viande. 15 litres d’eau pour produire un kilo de viande ? « Un bovin boit en moyenne une trentaine de litres d’eau par jour. Durant sa vie, il consommera environ 20.000 litres d’eau. Donc s’il donne 350 kilos de viande, chaque kilo de viande aura « coûté » au grand maximum 60 litres d’eau en consommation directe ». Les gaz à effet de serre ? « Notre agriculture occupe près de 50% du territoire et produit 10% des gaz à effet de serre. Parmi ces 10%, l’élevage de ruminants est responsable de 6% des GES. En comparaison, le chauffage de nos domiciles est responsable de plus de 13% de ces GES, et nos transports plus de 14% ».

Lire aussi : Le plaidoyer de Fanny Maurer, make-up artist et vegan

Consommation à modérer

Sans compter que les alternatives proposées par les organisateurs « sans viande », soit le tofu, le pois chiche et les lentilles sont produits majoritairement hors Europe. Et parcourent donc des milliers de kilomètres avant de finir dans les assiettes des consommateurs européens. Ce qui n’empêche pas les Belges d’être de plus en plus séduits par les produits veggie. Ainsi que l’a expliqué au Soir Roel Dekelver, le porte-parole de Delhaize, « On ne voit pas vraiment d’impact sur la viande (mais) les produits végétariens fonctionnent par contre très bien.Tant au nord qu’au sud du pays, les ventes de la gamme végétarienne ont augmenté de 10 à 15 % ». Un changement nécessaire :  le Belge mange en moyenne 600 g de viande rouge par semaine, soit plus du double de la quantité recommandée. Manger wallon, oui, mais avec modération.

CIM Internet