Paris Match Belgique

Entre pro et anti-indépendantistes, la Catalogne se déchire

catalogne

La Catalogne est divisée en deux. | © Josep LAGO / AFP

Société

Des dizaines de milliers de Catalans partisans de l’unité de l’Espagne ont défilé dimanche à Barcelone pour dénoncer la stratégie des indépendantistes et les violences qui ont suivi la condamnation de dirigeants séparatistes. La veille, 350 000 personnes avaient défilé en faveur de l’indépendance.

 

Les manifestants, que la police municipale a évalué à 80 000, ont descendu l’élégante avenue du paseo de Gracia, brandissant des drapeaux espagnols et catalans, et criant « ça suffit » ou « les rues sont à tout le monde », en référence à un des slogans des indépendantistes : « les rues seront toujours à nous ». Cette riche région de 7,5 millions d’habitants est divisée depuis la montée de la vague indépendantiste en 2012. Le dernier sondage publié en juillet réalisé par le gouvernement régional séparatiste de Catalogne donnait 44 % de partisans de l’indépendance contre 48,3 % d’adversaires.

La marche avait été convoquée par l’association Societat civil catalana (SCC), pour démontrer que les anti-indépendantistes forment « une majorité silencieuse ». « C’est un message important pour la Catalogne, l’Espagne et le monde, où l’on confond souvent indépendantisme et Catalogne », alors que « nous sommes la majorité », a déclaré à l’AFP le président de la SCC, Fernando Sánchez Costa.

350 000 personnes ont défilé la vieille pour l’indépendance

Des centaines de milliers de militants indépendantistes catalans sont descendus hier dans le centre de Barcelone dans une nouvelle démonstration de masse après les violences qui avaient suivi la condamnation de dirigeants séparatistes pour avoir tenté de faire sécession de l’Espagne. Brandissant des drapeaux indépendantistes, ils criaient « liberté pour les prisonniers politiques » ou « dehors les forces d’occupation » lorsqu’ils apercevaient des policiers. « Nous manifestons pacifiquement, nous ne sommes pas violents contrairement à ce que disent les médias espagnols », a assuré Manuela Muñoz, 57 ans, employée dans une usine chimique.

Lire aussi > La Catalogne sous haute tension [PHOTOS]

En début de soirée, quelques milliers de manifestants, répondant à l’appel des Comités de défense de la république (CRD), plus radicaux, étaient rassemblés près du quartier général de la police et faisaient face à un cordon de policiers anti-émeutes, criant « indépendance » et « dehors le drapeau espagnol ». C’est la première grande manifestation à Barcelone depuis les troubles qui ont fait au total quelque 600 blessés en Catalogne dans les jours qui ont suivi la condamnation par la Cour suprême de neuf leaders séparatistes à des peines allant jusqu’à 13 ans de prison.

Au soir même de la sentence, le 14 octobre, quelque 10 000 personnes avaient tenté de paralyser l’aéroport de Barcelone, se heurtant à la police qui les a empêchés d’entrer. Le ministre des Affaires étrangères, le catalan Josep Borrell, a dénoncé « un niveau de violence inacceptable, jamais vu depuis les années ’80 ». Les principales villes de Catalogne avaient été le théâtre pendant quatre nuits de scènes de combat de rue qui ont fait plus de 600 blessés, dont près de la moitié étaient des policiers. La tension est retombée depuis et vendredi soir quelques milliers d’étudiants ont manifesté dans le calme à Barcelone contre « la répression policière« .

CIM Internet