Paris Match Belgique

Qui est Claude Sinké, le tireur présumé de la mosquée de Bayonne?

Mosquée

La mosquée à Bayonne. | © AFP

Société

Claude Sinké, ancien candidat FN aux élections départementales dans les Landes, a été placé en garde à vue lundi après l’attaque de la mosquée de Bayonne qui a fait deux blessés graves.

 

Lundi, Claude Sinké, 84 ans, a été placé en garde à vue pour « tentative d’assassinats ». Ce jour-là, l’octogénaire vivant à Saint-Martin-de-Seignanx, dans les Landes, a pris pour cible la mosquée de Bayonne, blessant gravement deux personnes par balles.

Lire aussi > Ce que l’on sait des fusillades dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande

Le suspect, ancien militaire et sculpteur à ses heures perdues, aurait tenté de mettre le feu lundi aux alentours de 15h20 à la porte du lieu de culte avec un bidon d’essence. Il aurait tiré sur deux personnes qui l’ont surpris dans cette tentative avant de s’enfuir. En quittant les lieux, il aurait incendié un véhicule, selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Il a été appréhendé à son domicile. Les deux victimes, âgées de 74 et 78 ans, ont été opérées et se trouvaient lundi soir en réanimation. Le pronostic « est réservé pour l’un d’entre eux », a ajouté la préfecture.

mosquée
Les gendarmes devant la mosquée. ©AFP

Un homme « atypique », ancien candidat FN aux élections départementales

Claude Sinké n’était pas inconnu dans sa commune. En 2015, il s’était présenté aux élections départementales des Landes sous l’étiquette Front national. Des habitants de Saint-Martin-de-Seignanx interrogés par l’AFP le décrivent comme un homme « atypique », voire qui « donnait l’apparence de quelqu’un pyschologiquement perturbé ».

Sud Ouest rapporte que Claude Sinké avait adressé la semaine dernière une lettre « rageuse » au bâtonnier de Bayonne et au procureur de Dax pour « porter plainte contre Emmanuel Macron », avec copie au journal qui ne l’a pas publiée en raison de son caractère « discriminatoire et xénophobe ». Le quotidien régional écrit que le suspect aurait reconnu être l’auteur des coups de feu en garde à vue.

CIM Internet