Paris Match Belgique

La campagne choc de Child Focus contre la pédopornographie

Le Chalet, la dernière campagne de Child Focus

Chalet, la campagne choc de Child Focus inspirée de faits réels. | © Capture d'écran Child Focus

Société

À l’occasion de la Journée européenne pour la protection des enfants contre les abus sexuels, Child Focus lance une campagne qui vise à éradiquer le plus grand malentendu du monde de la pornographie : « parce que la pornographie juvénile n’est pas de la pornographie. C’est de l’abus ».

Child Focus lance une campagne choc contre la pédopornographie à l’occasion de la Journée européenne pour la protection des enfants contre les abus sexuels, organisée le 18 novembre. L’organisation diffuse une vidéo qui est une reconstitution explicite d’abus sexuels sur un enfant, jouée par des adultes, afin de « créer un effet de choc, de briser les tabous autour de la problématique et de tirer la sonnette d’alarme ».

« En reconstituant une scène réelle entrée par le point de signalement, et rejouée de manière explicite par des acteurs adultes, Child Focus veut créer un effet de choc, tant auprès du grand public que chez les décideurs politiques, et éliminer la plus grande confusion dans ce domaine : la pédopornographie n’est pas de la pornographie ; chaque photo ou vidéo est une preuve de violence sexuelle terrible dans laquelle des enfants de chair et de sang sont impliqués. Derrière chaque image se cache un enfant abusé, une victime qui n’arrive jamais à oublier cet événement et devra traîner cet abus toute sa vie, tout en sachant que ces images continuent à circuler sur internet », explique Child Focus.

Lire aussi > Child Focus a 20 ans : « Quand un enfant disparaissait, c’était chacun pour soi »

« La réalité est encore plus cruelle »

La vidéo choc, réservée à un public averti, est diffusée sur le site www.chaletfilm.be. On y voit deux adultes dans une chambre, l’homme écrit « fuck me » sur le ventre de la femme, avant de lui donner une poupée et de la violer. L’image devient ensuite floue et un message apparait à l’écran. « Ceci n’est pas du porno. Mais une reconstitution d’images interceptées sur Internet ». « En réalité, c’est une fillette de 8 ans qui a été maltraitée de cette façon », explique Heidi De Pauw, PDG de Child Focus. « Chaque jour, plus de 19 millions d’images d’abus pédosexuels sont diffusées dans le monde. Nous comprenons donc que certaines personnes trouveront cette vidéo choquante, mais la réalité est encore plus cruelle. »

Avec cette campagne, Child Focus part en guerre contre les images d’abus sexuel d’enfants, un problème « beaucoup trop peu abordé car il reste invisible pour beaucoup d’entre nous ». « Mais ne vous y trompez pas, c’est une réalité horrible et qui croît de façon exponentielle. Une réalité à laquelle nous devons faire face. C’est confrontant, bien sûr. Mais aussi nécessaire pour que notre message soit clair : il est important de toujours signaler toute image suspecte sur stopchildporno.be« , peut-on lire à la fin de la vidéo. « Parce que la pornographie juvénile n’est pas de la pornographie. C’est de l’abus. »

En 2018, Child Focus a reçu 1 728 signalements (+136% par rapport à 2017), dont 530 étaient en fait des images d’abus sexuels d’enfants. En outre, la police fédérale belge a reçu 18 000 rapports de l’industrie technologique, dont 42% ont été qualifiés d’abus.

Avec Belga

CIM Internet