Paris Match Belgique

Cédric Villani répond aux attaques et défend l’émission Quotidien concernant sa question sur l’autisme

Cédric Villani répond aux accusations dont il est victime et défend Quotidien

Cédric Villani est souvent qualifié en off d'autiste, et souhaitait enfin aborder clairement le sujet. | © Abacapress

Société

« Je savais que le sujet de l’autisme faisait partie des thématiques de l’entretien », assure le candidat dans son communiqué, avant d’ajouter qu’ « une question directe sur l’autisme ne devrait pas être vue comme stigmatisante, car l’autisme ne devrait pas être stigmatisé ».

 

Cédric Villani, candidat LREM pour les élections municipales de Paris, a répondu aux questions du journaliste Paul Larrouturou pour l’émission Quotidien déclarant vouloir « mettre les choses sur la table ». « Franchement, quelque chose qui me rend fou, c’est ce bruit qui commence à se répandre que j’ai quelque chose à cacher, que je suis insincère », déplore le candidat. Lorsque le journaliste lui demande s’il est « personnellement concerné par l’autisme », Cédric Villani répond : « Je ne sais pas, je ne me suis jamais fait diagnostiquer, je n’ai jamais éprouvé le besoin de me faire diagnostiquer et qu’est-ce que ça changerait ? ».

Lire aussi > Le candidat à la mairie de Paris Cédric Villani ne sait pas s’il est autiste mais ne voit pas ce que « ça changerait »

La séquence a fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux, et souvent de manière négative. Beaucoup se sont offusqués de la question posée par le journaliste, qualifiant même cette question « d’indécente », tout en soulignant la réponse « remarquable » du candidat. « À cette question indécente, une bien jolie réponse » fustige David Belliard sur Twitter, de même avis que Valérie Pécresse qui qualifie de « remarquable » la réponse de Cédric Villani « à une question indigne ».

« L’autisme ne devrait pas être stigmatisé »

Face à la polémique grandissante, Quotidien s’est défendu dans son émission hier soir, rappelant le contexte de cette interview. Comme il était déjà précisé dans l’émission de la veille, « ‘Autiste’ est le mot le plus souvent employé en off pour qualifier Cédric Villani » explique Paul Larrouturou, que ce soit chez ses adversaires ou dans le milieu médiatique. Le candidat était au courant du sujet abordé, et souhaitait même en parler publiquement.

De son côté, le principal intéressé a également réagi dans un communiqué pour calmer les tensions. « Je tiens à préciser qu’à aucun moment je n’ai été choqué par les questions posées par le journaliste Paul Larrouturou. Certes les échanges ont été intenses et francs, mais amenés avec le plus grand respect », souligne Cédric Villani. « La courte séquence postée sur les réseaux sociaux peut donner l’impression d’une question brutale et posée à la va-vite. Cela n’a pas du tout été le cas […]. Je savais que le sujet de l’autisme faisait partie des thématiques de l’entretien. Si j’avais jugé les questions inconvenantes, j’aurais mis fin immédiatement à la conversation », assure le candidat dans son communiqué.

Cédric Villani ajoute également que cette question n’est pas infondée et était donc l’occasion pour lui de répondre aux rumeurs à son égard dont il est victime depuis plusieurs semaines. « Je préférerai toujours les questions franches aux insinuations et rumeurs malveillantes », affirme-t-il. « Une question directe sur l’autisme ne devrait pas être vue comme stigmatisante, car l’autisme ne devrait pas être stigmatisé. Les réactions sur la séquence montrent qu’il reste encore du chemin à parcourir pour que ce sujet puisse être abordé de façon apaisée », conclue le candidat à la mairie de Paris.

Lire aussi > Pour Greta Thunberg, son autisme est « un super pouvoir »

CIM Internet