Paris Match Belgique

En Israël, des photos culpabilisantes de Greta Thunberg pour dissuader les employés d’utiliser du plastique

Greta Thunberg pour dissuader à l'utilisation du plastique en Israël

À Tel-Aviv, si vous souhaitez vous offrir une pause café au bureau, ce sera sous le regard inquisiteur de Greta Thunberg. | © BELGA IMAGE / Darryl Dyck

Société

Utiliser des photos culpabilisantes de Greta Thunberg pour dissuader vos employés d’utiliser du plastique, c’est la nouvelle méthode éducative qu’a trouvée une entreprise israëlienne pour sensibiliser au zéro déchet.

 

À Tel-Aviv, si vous souhaitez vous offrir une pause café au bureau, ce sera sous le regard inquisiteur de Greta Thunberg. Une entreprise a décidé d’adopter cette stratégie pour le moins originale afin de faire prendre conscience aux utilisateurs de gobelets jetables, touillettes en plastiques et autres petits accessoires polluants en tout genre, de l’impact environnemental qu’ils provoquent.

Lire aussi > On a retrouvé Greta Thunberg dans une photo vieille de 120 ans

C’est Allison K Sommer, journaliste chez Hareetz, qui a publié cette étrange stratégie sur Twitter. Attention, Greta Thunberg is watching you…

 

La journaliste a ensuite publié avec humour la réaction des employés visiblement mécontents de partager leur café avec Greta.

 

 

Cette petite technique ne s’est pas limitée à une seule entreprise. La journaliste a ensuite posté des photos similaires rencontrées dans d’autres bureaux à Tel-Aviv mais aussi à Jérusalem.

Lire aussi > L’avis à peine croyable de Kim Kardashian sur Greta Thunberg (et le zéro déchet)

 

 

« Incroyable », « Ça vaut de l’or », « Brillant », se sont amusés plusieurs twittos. D’autres se sont offusqués du « manque de respect » de cette nouvelle lubie : « Ceci est profondément étrange et plus qu’effrayant. Greta Thunberg n’est pas un « accessoire », c’est une jeune femme autonome et indépendante. C’est un manque de respect. »

 

 

Un internaute s’est même mis à parodier cette nouvelle pratique :

 

 

Le site Hareetz a précisé, dans un article sur le sujet, que la ville de Tel Aviv avait interdit les équipements jetables dans les écoles publiques et que IKEA Israel et SodaStream avaient récemment annoncé qu’ils cesseraient de vendre des articles en plastique jetables. Il précise cependant que de nombreux lieux de travail, y compris l’armée israélienne, restent toujours réticents à se débarrasser du papier et du plastique.

Lire aussi > Comment les plastiques occidentaux empoisonnent la chaîne alimentaire en Indonésie

Le quotidien israëlien a également précisé, au-delà de la blague, que le message était « plus qu’opportun » puisque « le pays se classe au troisième rang des responsables du déversement de plastique en Méditerranée ».

CIM Internet