Paris Match Belgique

Quand le manspreading écrase la reine Elizabeth II sur la photo de l’OTAN

Saisissante illustration du "manspreading" autour d'Elizabeth II sur la photo de l'Otan

Au premier rang, les hommes gardent leurs jambes ouvertes malgré le manque de place flagrant. | © Yui Mok / POOL / AFP

Société

Sur ce cliché, la reine d’Angleterre semble oppressée alors que les hommes autour d’elle n’hésitent pas à garder leurs jambes écartées.

 

Alors qu’un sommet de l’OTAN se tenait mardi et mercredi à Londres, une photo de groupe a été prise pour immortaliser le moment. Sur le cliché, on voit les différents chefs d’État faisant partie de l’OTAN, ainsi que le secrétaire général Jens Stoltenberg, la reine Elizabeth II et le prince Charles. Voulant marquer le 70e anniversaire de l’alliance, la photo a surtout fait parler d’elle pour la position des chefs d’État du premier rang.

La vision est saisissante. Sur les onze dirigeants du premier rang, huit chefs d’État ont les jambes écartées, laissant peu de place à la Reine se trouvant au milieu. Boris Johnson, Donald Trump ou encore le prince Albert, tous sont en position de « manspreading », relève Madame Figaro.

Également au premier rang, seulement deux femmes sont présentes : la reine Elizabeth II et Sophie Wilmès, jambes serrées. Seul homme à se distinguer : Miloš Zeman, président de la République tchèque, qui croise ses jambes.

Lire aussi > Le manspreading, cette pratique masculine qui dérange

Le mot anglais « manspreading » vient de la contraction des termes « homme » et « s’étendre ». Par confort, un homme ouvre ses jambes au point de déranger la personne voisine. Depuis quelques années, le terme est souvent utilisé pour dénoncer cette attitude masculine, notamment dans les transports en commun, où les hommes n’hésitent pas à ouvrir leurs jambes, laissant peu de place à leurs voisin.e.s.

CIM Internet