Paris Match Belgique

Le discours poignant d’Elsa Ramos, 8 ans et transgenre, face aux députés espagnols

Elsa Ramos enfant transgenre

Elsa Ramos à l'Assemblée d'Estrémadure, le lundi 2 décembre. | © Capture d'écran Twitter

Société

À 8 ans, la jeune espagnole Elsa Ramos a rappelé aux politiciens de son pays l’importance de « permettre aux personnes trans d’être qui elles sont vraiment ».

La presse espagnole la surnomme déjà « la Greta Thunberg des droits LGBT+ ». À seulement huit ans, soit la moitié de l’âge de la Suédoise, Elsa Ramos a eu le courage de s’exprimer face aux députés de l’Assemblée d’Estrémadure, à Merida, dans le sud-ouest de l’Espagne. Ce lundi 2 décembre, la jeune espagnole, transgenre depuis l’âge de quatre ans, est intervenue dans le cadre d’un séance consacrée à la lutte contre les discriminations à l’encontre des LGBTQ+ et le harcèlement scolaire dans son pays.

Accompagnée de la fondation Triangulo, la jeune fille n’a demandé qu’une seule chose aux politiciens : de respecter son choix et son bonheur.

Lire aussi > Transkids : pour la reconnaissance des enfants transgenres en Belgique

Avant son discours poignant pour défendre les droits LGBT+, Elsa Ramos est d’abord revenue sur son parcours. « Je m’appelle Elsa et j’ai 8 ans. Ce n’est pas la première fois qu’on parle de moi ici, dans l’Assemblée d’Estrémadure. Il y a quatre ans, ma mère est venue ici raconter mon histoire », rappelle la petite qui peut compter sur le soutien de ses parents. Sa mère, Anabel Pastor, avait déjà participé à la première plénière contre l’intimidation LGBTphobe à l’Assemblée d’Estrémadure. « Ma fille n’a subi aucun type de harcèlement. J’espère que ma fille pourra vivre dans un monde sans haine », avait-elle déclaré dans son discours. Quatre ans plus tard, sa fille Elsa continue son message plein de bienveillance. « Je suis une fille transgenre et pendant les quatre dernières années, j’ai suivi un chemin très important : celui de mon bonheur ».

Lire aussi > « Je t’aime ma fille » : La campagne de sensibilisation sur les ados transgenres

Ne laissez pas les gens nous priver du bonheur.

Originaire d’Arroyo de San Serván, elle explique que ses camarades l’ont toujours acceptée telle qu’elle est. Elle dit avoir « eu de la chance » de naître dans ce village, où elle se sent « aimée et respectée ». Ce qui n’est pas le cas partout, ni pour tout le monde. « Il est toujours nécessaire de rappeler que moi seule ai le droit de dire comment je me sens. Quatre ans plus tard, les gens continuent de se tromper. Comme si quelqu’un pouvait juger si je suis trans ou non », explique-t-elle, avant de demander à l’Assemblée de s’investir davantage dans la défense des droits LGBT+. « Le plus important dans tout ça, c’est que mesdames messieurs, vous qui vous dédiez à la politique, malgré les menaces, continuez de voter des lois qui reconnaissent la diversité de chacun, et surtout que les personnes trans aient le droit d’être qui elles sont vraiment. Ne laissez pas les gens nous priver du bonheur. Merci. »

Publiée par l’Assemblée d’Estrémadure, la vidéo de son discours est rapidement devenue virale. Mais comme la militante écolo Greta Thunberg, Elsa Ramos est également critiquée pour son jeune âge. Certains internautes affirment que ce ne sont pas ses mots et dénoncent une instrumentalisation.

CIM Internet