Paris Match Belgique

Une fillette trouve un message de prisonnier dans une carte de Noël imprimée en Chine

Une fillette trouve un message de prisonnier dans une carte de Noël imprimée en Chine

« Forcés de travailler contre notre volonté. S'il vous plaît, aidez-nous et prévenez (une) organisation de droits de l'Homme », implore le message écrit dans la carte. | © Pixabay / Biljana Jovanovic

Société

Florence Widdicombe, une jeune britannique, ne s’attendait pas à découvrir un tel message. Le géant britannique des supermarchés Tesco a annoncé avoir cessé la production de ses cartes de Noël dans cette usine en Chine.

 

Selon les informations du journal The Sunday Times, une fillette de 6 ans de la banlieue sud de Londres a découvert le message en lettres majuscules, disant provenir de prisonniers de la prison de Qingpu, à Shanghai. « Nous sommes des prisonniers étrangers dans la prison Qingpu Shanghai Chine », dit le message retrouvé dans la carte illustrée d’un chaton portant un chapeau de Noël. « Forcés de travailler contre notre volonté. S’il vous plaît, aidez-nous et prévenez (une) organisation de droits de l’Homme. »

« Choqué », le numéro un des supermarchés au Royaume-Uni Tesco a « immédiatement suspendu (la production à) l’usine où ces cartes sont produites et lancé une enquête », a réagi une porte-parole. « Nous avons également retiré ces cartes de la vente », dont le produit est reversé à des organisations caritatives. Tesco donne chaque année environ 300 000 £ aux associations luttant contre le cancer, le diabète et les problèmes cardiaques. « Nous abhorrons le recours au travail pénitentiaire et nous ne l’autoriserions jamais dans notre chaîne de production », a-t-elle ajouté.

Les cartes ont été retirées de la vente des magasins Tesco
Les cartes ont été retirées de la vente des magasins Tesco. © Capture d’écran du site web de Tesco

Selon la porte-parole, Tesco dispose d’une « système de contrôle exhaustif ». L’usine, identifiée par le groupe comme étant Zheijiang Yunguang Printing, a fait l’objet d’un « contrôle indépendant » en novembre et « aucun élément n’a été trouvé tendant à suggérer qu’ils avaient enfreint notre règle interdisant le travail pénitentiaire », a-t-elle souligné, ce qui l’aurait conduit à être radié « immédiatement et de manière permanente ».

Lire aussi > Comment Hugo Boss s’est retrouvé lié au travail forcé en Inde

Le journaliste du Sunday Times, directement contacté

Selon le Sunday Times, le message retrouvé dans le carte demandait également à la personne qui le trouverait de « contacter M. Peter Humphrey ». Le père de la fillette a recherché ce nom sur Google et a découvert qu’il s’agissait de l’ex-journaliste et enquêteur privé qui avait été arrêtés durant l’été 2013, puis condamné en août 2014 à deux ans et demi de prison pour violations des lois chinoises sur la vie privée alors qu’il travaillait dans le pays pour le compte du groupe britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Peter Humphrey, qui a signé l’article du Sunday Times, a purgé une partie de sa peine dans la prison de Qingpu. Il a expliqué avoir contacté d’ex-prisonniers de l’établissement qui lui ont confirmé avoir été forcés d’emballer les cartes de Tesco.

Avec Belga

CIM Internet