Paris Match Belgique

Pourquoi les Pays-Bas ne veulent plus qu’on les appelle « Hollande »

pays-bas

Non, cela n'a rien à voir avec l'ancien président français. | © Unsplash/Jace & Afsoon

Société

À partir du 1er janvier, les Pays-Bas veulent se débarrasser du nom de Hollande pour la promotion du pays à l’étranger.

En 2020, ne dites plus jamais « la Hollande » pour désigner les Pays-Bas. Pour la nouvelle année, le pays des tulipes et du gouda a pris une bonne résolution : mieux contrôler son image sur la scène internationale, en se débarrassant de l’appellation « Hollande ». À partir du 1er janvier, les communications officielles du pays ne pourront ainsi utiliser que son titre légitime : « Pays-Bas ». Une décision stratégique majeure, alors que l’année sera marquée par plusieurs rendez-vous immanquables – l’Euro 2020, les Jeux Olympiques de Tokyo et le concours Eurovision de la chanson, organisé à Rotterdam.

Cette campagne de rebranding ne va pas être lancée sans raison. Le terme « Hollande » ne désigne en réalité que deux des douze provinces du pays : la Hollande-Septentrionale, où se trouve la capitale Amsterdam, et la Hollande-Méridionale, qui abrite des villes importantes telles que Rotterdam et La Haye. Ensemble, elles forment la région hollandaise, considérée comme le poumon économique du pays depuis le 19è siècle. Petit à petit, cette région s’est imposée comme un raccourci pour désigner l’ensemble des Pays-Bas.

Lire aussi > L’herbe est-elle toujours plus verte aux Pays-Bas ?

Nouveau logo

Les Pays-Bas eux-mêmes y ont recourt, puisque même le site officiel dédié au tourisme néerlandais redirige automatiquement vers celui de la région hollandaise, holland.com. « C’est un peu bizarre de faire uniquement la promotion d’une petite partie du pays à l’étranger », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères néerlandais à l’agence de presse EFE.

Le pays a également dévoilé un nouveau logo. Toujours orange, il intègre cette fois la tulipe grâce aux lettres N et L.

Désengorger la Hollande

L’objectif de cette campagne est d’attirer les visiteurs dans d’autres provinces, alors que Amsterdam est confrontée au tourisme de masse (et à ses conséquences désastreuses) depuis plusieurs années. En 2018, 18 millions de touristes ont visité les Pays-Bas, dont la population dépasse à peine 17 millions d’habitants. Selon certaines prévisions, le flux de visiteurs devrait atteindre 42 millions en 2030. Cette envie d’attirer des touristes au-delà de la Hollande permettrait de répartir cet afflux dans les régions moins fréquentées du pays, la Zélande ou encore la région de Maastricht par exemple.

CIM Internet