Paris Match Belgique

Tarifs bancaires, essence, prix de la bière : Tout (ou presque) augmente ce 1er janvier

changements 1er janvier belgique

Image d'illustration. | © Unsplash / Christian Dubovan.

Société

Qui dit Nouvel An dit changement. Petit tour des nouveautés pour l’année 2020.

Augmentation des tarifs dans plusieurs banques belges

Plusieurs banques adapteront leurs tarifs à partir du 1er janvier 2020. Le prix de certains comptes et la location de coffres-forts seront notamment à la hausse, tandis que l’envoi d’extraits papier augmentera dans l’ensemble des établissements bancaires.

Pour les clients de BNP Paribas Fortis qui ne bénéficient pas d’un « pack » forfaitaire, le compte à vue ordinaire augmentera de 0,5 euro par mois (1,25 à 1,75) pour les privés et passera de 3,75 euros par mois à 5,25 euros par trimestre pour les professionnels. Le remplacement d’une carte coûtera 10 euros (contre 8 auparavant) tandis que le retrait d’argent hors réseau progressera de 0,60 euro par opération (0,10 à 0,70) pour les clients sans « pack ».

Chez ING, les frais annuels du Compte Vert augmenteront de 4 euros pour les particuliers (40 à 44) et de 10 euros pour un compte courant professionnel (40 à 50). Le retrait d’argent avec une carte de crédit sera également à la hausse au distributeur (de 4,96 à 6 euros par retrait) et au guichet d’une autre banque (6,96 à 8 euros).

Les clients d’Axa devront eux débourser 0,6 euro de plus pour le forfait mensuel du compte Comfort2bank (4,50 euros contre 3,90 auparavant). Le retrait d’argent aux distributeurs d’autres banques coûtera par ailleurs 0,5 euro par retrait pour le compte gratuit (St@rt2bank).

Bpost bank augmentera de son côté les tarifs de plusieurs services pour les titulaires d’un compte Postcheque : le virement papier et le retrait d’argent coûteront désormais 1 euro (0,70 euro précédemment). La banque Crelan demandera, elle, 0,8 euro supplémentaire pour les frais de traitement au guichet d’un virement vers une autre banque (de 0,7 à 1,5).

Lire aussi > ING critiquée pour son soutien à l’huile de palme

Hausse du plein d’essence

À partir du 1er janvier, la part de biocarburants dans les carburants fossiles (diesel, essence) augmentera. Avec comme conséquence une augmentation légère des prix, de l’ordre de 2 centimes par litre pour l’essence 95 et le diesel.

Savourer une bière coûtera plus cher

Les bières brassées par AB InBev et Alken-Maes seront plus chères à partir du 1er janvier dans le secteur Horeca et les supermarchés. Les bières non alcoolisées ne sont pas concernées par cette hausse. Le prix du fût de Stella progressera notamment de 6 euros et celui de Jupiler de 2,70 euros. En moyenne, AB InBev augmentera ses prix de 2 centimes par verre. Alken-Maes augmentera également le prix de ses produits le 1er janvier dans les magasins, tandis que le secteur Horeca ne sera concerné qu’à partir du 1er février. Le brasseur ne fournit cependant pas de détails sur l’ampleur de l’augmentation.

Obtenir un prêt hypothécaire sera plus difficile

Les banques devront être plus prudentes pour l’octroi de prêts hypothécaires. Ce tour de vis intervient alors que la BNB et le Comité européen du risque systémique (ESRB) ont constaté une augmentation de la vulnérabilité du marché hypothécaire belge.

Les paquets de cigarettes seront désormais neutres en Belgique

Le paquet de cigarettes neutre sera désormais d’application. Cette neutralité sera obligatoire pour les cigarettes, le tabac à rouler, le tabac pour pipes à eau mais également pour les produits connexes comme le papier, les tubes et les filtres pour cigarettes. L’objectif de ces paquets neutres est de rendre le tabac moins attrayant pour les jeunes. Les produits devront se trouver dans un emballage identique peu attirant et de couleur vert-brun. Seuls le type, la marque et la quantité de produit pourront figurer sur l’emballage, dans la même police standard. L’utilisation du logo de la marque, de couleurs et de slogans publicitaires est désormais interdite, tandis que la mention des risques pour la santé reste obligatoire.

La Belgique est le cinquième pays en Europe à appliquer cette mesure, après la France et le Royaume-Uni en 2017, ainsi que la Norvège et l’Irlande en 2018. British American Tobacco (BAT) a néanmoins décidé de contester la décision devant le Conseil d’État. D’après le groupe cigarettier, une telle mesure est avant tout symbolique et n’a pas d’impact sur la consommation. 

Hausse du prix de la consultation chez le médecin

Les honoraires des médecins (consultations, visites, avis et surveillance) augmenteront de 1,95% à partir du 1er janvier 2020. Cette hausse n’aura cependant pas de conséquences pour les patients, qui seront davantage remboursés. Les consultations des pédiatres seront elles revalorisées à hauteur de 4,7% au-delà de l’indexation prévue.

La consultation chez le généraliste coûtera désormais 22,22 euros contre 21,79 auparavant pour un médecin non accrédité, et 26,80 euros au lieu de 26,27 chez le médecin accrédité. La visite à domicile s’élèvera à 39,63 euros (38,88 auparavant).

Interdiction en Flandre de servir des boissons dans des gobelets jetables aux événements

Dès le 1er janvier, il sera interdit de servir des boissons dans des gobelets jetables, des canettes ou des bouteilles en plastique lors de tous les événements en Flandre, de la fête de l’école aux festivals. Les organisateurs d’événements pourront toujours acheter des boissons dans des bouteilles en plastique ou canettes mais les boissons servies aux visiteurs devront l’être dans des gobelets réutilisables. Une obligation de tri sera d’application derrière le comptoir pour les contenants jetables.

Les organisateurs qui continuent à servir dans des contenants jetables seront tenus de prouver qu’ils en ramassent au moins 90%. À partir de 2022, ce sera 95%. Les règles seront plus strictes encore lors d’événements organisés par les autorités locales ou les institutions gouvernementales mais pas les écoles et les hôpitaux. De plus, à partir de 2022, les autorités ne pourront plus proposer d’assiettes et couverts jetables. 

La SNCB se dote d’un “coordinateur accessibilité” pour faciliter la vie des PMR

Un coordinateur accessibilité, chargé de mettre en oeuvre la politique de la SNCB relative à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR), entrera en fonction le 1er janvier 2020, indique la société des chemins de fer. Avec cette nouvelle fonction, la SNCB ambitionne de doubler le nombre de gares accessibles aux PMR d’ici 2025, alors qu’actuellement, seules 71 des 554 gares que compte le réseau ferroviaire belge sont équipées pour accueillir des voyageurs à mobilité réduite. Un service d’assistance gratuit est par ailleurs proposé dans 132 gares. Cette nouvelle fonction consistera à « formuler l’ambition et la stratégie de la SNCB pour améliorer l’accessibilité des personnes à mobilité réduite à nos gares et nos trains, de suivre sa mise en pratique et de l’ajuster si nécessaire », précise la SNCB.

Comme l’an dernier, Proximus hausse ses tarifs

L’entreprise adaptera certains de ses tarifs à la hausse lors du passage à l’an neuf. Les packs Tuttimus et Familus seront notamment plus chers. Les packs Internet+TV augmenteront de 1 euro/mois, Tuttimus de 1,5 euro/mois et Familus de 1,5 euro/mois également. Les tarifs pour la téléphonie en général seront aussi revus à la hausse. « Nous devons chaque année massivement investir pour construire notre réseau de l’avenir, notamment pour la fibre et bientôt la 5G », justifie l’entreprise télécom. Les autres opérateurs ne prévoient pas de hausse de tarifs au 1er janvier.

À Bruxelles :

Les véhicules Diesel de norme Euro 3 interdits en Région bruxelloise

À partir du 1er janvier, les véhicules Diesel de norme européenne d’émission Euro 3 s’ajoutent à la liste des véhicules interdits dans la zone basse émission couvrant la Région bruxelloise. Pour ces motorisations, seul un accès de maximum 8 jours par an et par véhicule est possible via l’achat d’un pass d’une journée de 35 euros. Une période d’adaptation est prévue et les propriétaires des nouveaux véhicules interdits ne recevront pas d’amende avant le 1er avril.

La Ville d’Anvers renforcera également ses conditions d’accès à sa zone de basse émission, qui couvre le centre-ville et la rive gauche de l’Escaut. Dans la Métropole, tous les véhicules Diesel seront interdits à l’exception de ceux répondant aux normes Euro 5 et Euro 6. Les véhicules Euro 4 auront encore accès à la zone moyennant paiement. 

Allocations familiales

À Bruxelles, tous les enfants basculeront vers le nouveau modèle, y compris ceux nés avant 2020. Le nouveau montant de base sera de 150 euros par enfant né après le 1 janvier 2020. Pour les enfants qui ont vu le jour avant cette date, le nouveau montant de base passera à 140 euros. Cette allocation de base pourra varier selon la taille et les revenus du ménage. De plus, un supplément pourra être accordé en fonction de la situation de l’enfant (handicap, orphelin, études supérieures…). Chaque famille percevra au moins le montant auquel elle avait droit en décembre 2019.

Pour la première naissance/adoption, les parents toucheront une prime de 1.100 euros, pour les suivantes, une prime de 500 euros sera accordée.

Stationnement aux abords de Forest National

Une zone « événement » sera d’application dans les rues avoisinantes la salle de concert bruxelloise afin de diminuer la pression automobile et d’apporter une solution aux problèmes de stationnement rencontrés par les riverains, indique le site de la commune.

Concrètement, les clients de Forest National qui chercheront à se garer dans cette zone seront soumis à un tarif de 5 euros par heure de stationnement, avec un maximum de 4h30. La mesure ne sera d’application que les soirs de spectacles, précisément de 18h à 24h, et remplacera les autres zones habituellement en vigueur dans les quartiers de la commune.

La carte riverain permettra de se soustraire à ce tarif. Les habitants qui accueillent des visiteurs le jour d’un événement pourront par ailleurs obtenir une carte visiteur et leurs invités ne devront dès lors pas s’acquitter des 5 euros de l’heure. De leur côté, les personnes travaillant à Forest pourront demander une carte professionnelle tandis que celles pratiquant un sport dans le périmètre de la zone « événement » pourront obtenir une carte sport. La création de cette zone sera testée pendant un an. Le dispositif sera ensuite évalué avant une éventuelle reconduction.

Baisse des frais de distribution de l’électricité et du gaz à Bruxelles

Les frais de distribution de l’électricité et du gaz en Région de Bruxelles-Capitale diminueront en 2020 avant de remonter par la suite, selon la grille tarifaire 2020-2024 de Sibelga, le gestionnaire du réseau de distribution bruxellois, approuvée par le régulateur Brugel. Les nouveaux tarifs seront d’application à partir du 1er janvier.

Concrètement, les frais de distribution sur la facture globale du client « mixte » moyen (consommation de 2 800 kWh en électricité et 12 000 kWh en gaz) baisseront de 5,8 % en 2020, soit de 33,70 euros, avant de repartir à la hausse. L’augmentation entre 2019 et 2024 est estimée à 2,7 %, soit 14,50 euros par an pour les consommateurs résidentiels. Elle restera cependant « nettement inférieure » à l’indexation (8,9 % cumulés sur la période), souligne Brugel. La distribution représente 28 % de la facture globale de gaz d’un ménage bruxellois et 32 % de la facture d’électricité, rappelle le régulateur.

La facture d’eau va légèrement augmenter à Bruxelles

L’intercommunale Vivaqua va indexer le prix de l’eau à Bruxelles dès le 1er janvier 2020. Pour un ménage de deux personnes à la consommation moyenne de 70m³ par an, le prix de la facture annuelle d’eau augmentera de 5,52 euros (TVAC), ou 2,19%, l’an prochain, selon les calculs de Brugel, régulateur bruxellois pour les marchés du gaz et de l’électricité et contrôleur du prix de l’eau. Le prix de l’eau était gelé dans la capitale depuis 2014. 

Lire aussi > Les discriminations économiques entre hommes et femmes ne se limitent pas à un écart salarial

Le photovoltaïque

Le principe de compensation pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques (d’une puissance inférieure à 5kW) sera supprimé à partir du 1er janvier en Région de Bruxelles-Capitale. Ce principe leur permettait de déduire l’électricité qu’ils injectaient de la quantité qu’ils prélevaient sur le réseau et d’ainsi réduire la partie « coût de réseau » de leur facture d’électricité. La compensation reste par contre d’application pour la partie énergie (dite également « commodity ») de la facture.

Avec cette décision, prévue depuis plusieurs années, le régulateur bruxellois de l’énergie Brugel souhaitait mettre fin à « une discrimination ». « Dans l’ancien système en effet, les consommateurs ’classiques’ étaient discriminés vis-à-vis des ’prosumers’ par rapport aux frais du réseau de distribution, puisque les ’prosumers’ ne contribuaient à ces frais qu’en raison de la quantité nette d’énergie prélevée (après compensation), alors même qu’ils avaient utilisé le réseau de distribution pour toutes les quantités brutes prélevées », avait-il expliqué lors de l’annonce de la fin du mécanisme.

Selon Brugel, la hausse de la facture annuelle du consommateur moyen ne dépassera pas 150 euros.

Avec Belga

CIM Internet