Paris Match Belgique

Les prix des logements flambent au Royaume-Uni après le Brexit

Le prix de l'immobilier a augmenté de 2,3 % en un mois, de l'autre côté de la Manche

Le prix de l'immobilier a augmenté de 2,3 % en un mois, de l'autre côté de la Manche. | © DAVID HARTLEY / Bloomberg News / MAXPPP

Société

Après une longue période d’instabilité politique, les investisseurs achètent de nouveau. Une augmentation des demandes qui fait grimper les prix de l’immobilier.

 

C’est une conséquence du Brexit que les Britanniques n’avaient peut-être pas vu venir. Depuis le référendum de 2016, une longue période d’incertitude avait plané au-dessus du Royaume-Uni. Une phase qui semble avoir pris fin le 12 décembre dernier, avec des élections législatives donnant une victoire écrasante au Premier ministre Boris Johnson, et confirmant par la même occasion la sortie définitive du pays de l’Union européenne le 31 janvier.

Lire aussi > Cap sur le Brexit pour Boris Johnson, grand vainqueur des élections britanniques

Une décision qui a rassuré les investisseurs, frileux de la situation politique incertaine. Environ 65 000 propriétés ont été vendues durant le mois de janvier; affirme The Guardian. Miles Shipside, le directeur de Rightmove (le plus grand portail immobilier du pays), explique que « le marché du logement n’aime pas l’incertitude, et les perspectives politiques incertaines des trois dernières années et demie, depuis le référendum européen, ont fait hésiter certains déménageurs potentiels ».

Le prix de l'immobilier a augmenté de 2,3 % en un mois, de l'autre côté de la Manche
Ce n’est pas le moment d’acheter au Royaume-Uni. © Unsplash / Erda Estremera

Une augmentation de 7,5 % par rapport à l’année dernière

Avec cette soudaine augmentation de la demande, et une stagnation de l’offre, les prix immobiliers se sont envolés. Selon l’article de The Guardian, ils auraient augmenté de 2,3 % en un mois. Un record pour une si courte période. À titre de comparaison avec l’année précédente sur la même période, le nombre de ventes immobilières entre le 13 décembre et le 15 janvier a augmenté de 7,5 %.

Le prix pour des premiers acheteurs a même atteint un record, avec un prix moyen pour un F3 (deux chambres) de 229 000 euros. Miles Shipside relativise tout de même : le prix des loyers augmente moins vite que la croissance des revenus, « de sorte que l’accessibilité financière s’est en fait un peu améliorée pour les premiers acheteurs ». À voir sur la durée si la tendance restera la même pour les Britanniques.

CIM Internet