Paris Match Belgique

Sur les ponts de Paris, les cadenas des amoureux vendus aux enchères

Plusieurs centaines de kilos de « cadenas d’amour » vont être vendus aux enchères le 13 mai prochain, à des fins caritatives. | © Flickr : Emmanuelle A

Société

Les « cadenas d’amour » accrochés aux grilles des ponts ont été enlevés par les services de la ville et seront vendus le 13 mai à des fins caritatives.

Ils sont des milliers de touristes amoureux à avoir scellé leur amour et promis fidélité sur les grilles des ponts parisiens. Devenus un véritable symbole du romantisme à la française, les « cadenas d’amour » ont rapidement envahi les ponts de la capitale, notamment le fameux pont des Arts.

Au profit d’associations d’aide aux migrants

Le 13 mai prochain, une vente aux enchères solidaire prévoit de vendre les kilos de fermoirs métalliques retirés des ponts. Quinze grilles portant des centaines de cadenas, pesant jusqu’à 500 kg, et 150 grappes de cadenas de tailles diverses, seront proposées à la vente, a annoncé la mairie de Paris.

Lire aussi : Une collection inédite des Beatles mise aux enchères à Paris

Pour les nostalgiques peinés de voir le souvenir de leur grand amour vendu aux enchères, sachez que l’initiative s’opère pour la bonne cause. Les bénéfices de la vente seront en effet reversés à des associations caritatives qui se mobilisent dans l’accueil et l’accompagnement des réfugiés accueillis par la Ville.

Love in Paris 🔐💕

A post shared by Marine B. (@maarine_2) on

Le poids de l’amour

En 2015, le poids de l’amour avait été tel que la ville de Paris a décidé de retirer définitivement les verrous du pont des Arts et celui l’Archevêché, près de Notre-Dame de Paris. L’accumulation des boui-boui amoureux ayant fait ployer les grilles sous le poids du métal, la mairie a jugé la situation « dangereuse » pour les touristes et dégradante pour le patrimoine de la Ville des Lumières. Depuis, les grilles des deux ponts les plus prisés de la ville ont été remplacées par des panneaux en verre. Quant aux autres passerelles grillagées, des agents de quartier veillent au grain pour retirer au fur et à mesure les cadenas qui continuent de s’accumuler là où il reste de la place.

Un couple, sur le pont des Arts qui a fait peau neuve. © AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK

Cette « vente au profit des associations qui accompagnent les réfugiés, c’est notre façon de respecter le geste de tous ceux qui ont choisi de venir célébrer leur amour dans une ville ouverte et généreuse », a assuré la mairie de Paris.

Lire aussi : L’Opéra : documentaire sur la pointe des pieds dans les coulisses de l’Opéra de Paris

Et pour les propriétaires de cadenas qui souhaiteraient revoir une dernière fois leur « sésame », il sera possible de voir trois des quinze grilles de cadenas ainsi que les cent-cinquante grappes de cadenas au Crédit Municipal de Paris du 9 au 13 mai, avant que ne débute la vente aux enchères.

CIM Internet