Paris Match Belgique

Les Anglais ont trouvé la solution pour ne plus se faire doubler au bar quand on commande un verre

Les anglais ont trouvé une solution pour ne plus se faire doubler au bar quand on commande un verre

Accéder au comptoir relève parfois du miracle. | © Pixabay / Christian Birkholz

Société

Finies les attentes interminables au comptoir, où 3 personnes arrivées après nous se font servir en premier.

 

Commander une boisson dans un bar est toujours une expédition. Entre le serveur qui ne nous voit pas, et les autres clients plus grands qui nous passent devant, on est toujours à l’affût de LA place qui va nous permettre d’obtenir notre précieux breuvage. Et il semblerait que les Anglais aient trouvé la solution-miracle.

Lire aussi > Le meilleur endroit au monde pour déguster de la bière se trouve en Belgique

Depuis le mois d’août, l’attente au comptoir est beaucoup plus sereine dans un bar de Londres – The Underdog. Grâce à un système de reconnaissance faciale, le serveur sait quel sera le prochain client à devoir être servi. « Développé par la société britannique DataSparQ, le système identifie les personnes qui attendent au bar, affiche leur place dans la file d’attente et indique leur temps d’attente estimé », explique un article du média britannique Metro. Le système, mis au point en juillet dernier, a été installé pour la première fois dans le monde dans ce bar de Londres en août.

« Premier arrivé, premier servi »

Grâce à un écran disposé derrière le bar, chaque client connaît sa position dans la file et le temps d’attente estimé. Ce système de « premier arrivé, premier servi » calme bien des tensions chez les clients, mais soulage également les serveurs. En plus de connaître le prochain client à servir, la reconnaissance facile aiderait également les employés à savoir s’il faut contrôler l’âge d’un potentiel client qui serait trop jeune.

« Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui sont trop timides ou trop petits ou qui n’attirent pas l’attention du barman, pour eux cela apporte juste un peu plus d’équité », affirme John Wyllie, le directeur de DataSparQ.

Lire aussi > Un cocktail non-alcoolisé qui simule les effets de l’alcool ? Oui, c’est possible

Bien que pour les défenseurs de la vie privée cette technologie pose question, le directeur de DataSparQ affirme que les données collectées par la webcam ne sont pas stockées. Les données ne quittent pas les lieux, et les images sont supprimées à la fin de chaque session.

Pour l’instant, cette technologie n’est pas réellement utilisée dans le bar qui souhaiterait l’appliquer aux heures de pointe. Nécessitant un consentement explicite de toute personne entrant dans l’établissement, cette technologie est pour l’instant utilisée uniquement lors d’événements spéciaux où le consentement a été obtenu au préalable.

CIM Internet