Paris Match Belgique

Dans un discours raciste, Trump lynche ouvertement le film « Parasite » et la réponse est épique

Donald Trump à propos du film Parasite

Lors d'un meeting dans le Colorado ce jeudi 20 février, le président des États-Unis s'est vertement attaqué au film de Bong Joon-ho. | © Jim Watson / AFP.

Société

Trump est extrêmement déçu de la victoire de Parasite aux Oscars et il n’a pas manqué de le faire savoir.

 

Lors d’un meeting dans le Colorado ce jeudi 20 février, le président des États-Unis s’est vertement attaqué au film de Bong Joon-ho. Face à une foule ostensiblement hilare, Trump a ainsi déclaré : « Et l’Oscar va à… un film qui vient de Corée du Sud. Non, mais c’est quoi ce bordel ? »

Ne désirant visiblement pas s’attarder sur la mise en scène ou le scénario du film qu’il n’a pas vu. Le magnat de l’immobilier a ajouté : « On a assez de problèmes comme ça avec la Corée du Sud, comme sur le commerce, et pour couronner le tout ils leur donnent l’Oscar du meilleur film? C’était bien ? Je ne sais pas. »

Le film est entré dans l’histoire des Oscars au début du mois en devenant le tout premier film en langue étrangère à remporter le prix du meilleur film. Parasite a également remporté les Oscars du meilleur réalisateur, du meilleur scénario original et du meilleur long métrage international.

Lire aussi > 5 thrillers Made in Korea si vous avez dévoré Parasite

Le président, définitivement très inspiré, s’est ensuite lancé dans une référence douteuse à Autant en emporte le vent, gagnant du meilleur film de 1940, qui se déroule sur une plantation d’esclaves pendant la guerre civile. Le film, produit de son époque, a été qualifié de raciste au fil des années pour sa représentation de l’esclavage dans le Sud des États-Unis.

« On pourrait nous ramener « Autant en emporte le vent », s’il vous plaît ? Tellement de super films… », a-t-il ensuite demandé. « Et le gagnant vient de Corée du Sud ! Je croyais que c’était pour meilleur film étranger ! Non ! Est-ce que c’est déjà arrivé ? »

Si ni l’Academy des Oscars, ni le réalisateur Bong Joon-ho, n’ont pour l’instant fait de commentaire, la société de distribution Neon, ne s’est quant à elle pas gênée de répondre aux quolibets de la meilleure façon qui soit. 

« Compréhensible, il ne sait pas lire », at-elle tweeté en référence à la barrière des sous-titres que le président aurait apparemment du mal à franchir.  

 

CIM Internet