Paris Match Belgique

En Écosse, les protections hygiéniques seront bientôt gratuites

protections hygiéniques

C'est une première dans le monde. | © Josefin/Unsplash

Société

En tout cas, le Parlement autonome d’Écosse a fait un premier pas en ce sens.

 

Le Parlement autonome d’Écosse a voté mardi pour la gratuité des protections hygiéniques pour toutes, afin de lutter contre la précarité menstruelle, ont rapporté la BBC ainsi que de nombreux médias écossais et internationaux. Les députés devront dans un second temps présenter une série d’amendements concernant la législation. En 2018, l’Écosse avait déjà annoncé la distribution gratuite dans les écoles et universités des protections hygiéniques, une première mondiale.

Lire aussi > Après le Black et le Green, voici venu le Red Friday, pour lutter contre la précarité menstruelle

L’impact des règles sur l’éducation

C’est la députée travailliste Monica Lennon qui est à l’origine de cette proposition de loi, adoptée en première lecture par 112 députés. Certains ministres s’étaient initialement opposés au projet, inquiets notamment du coût que cela représenterait, mais ont finalement changé d’avis. « L’accès aux protections hygiéniques devrait être un droit pour toutes », estime Monica Lennon. Une telle loi obligerait l’Écosse à veiller à ce que ces protections soient disponibles gratuitement pour toutes ses citoyennes.

Lire aussi > Et si les hommes avaient aussi leur cycle menstruel ?

Selon une enquête menée en Écosse auprès de 2 000 jeunes, relayée par la BBC, un quart des répondantes dans les écoles et les universités ont déjà éprouvé des difficultés pour acheter ces produits. Au Royaume-Uni, 10% des filles ne peuvent pas se le permettre et 15% ont du mal à en acheter, tandis que 19% ont opté pour un produit moins adapté en raison du coût. Ce projet de loi veut aussi lutter contre d’autres impacts des règles, comme sur l’éducation, des études ayant montré que près de la moitié des filles ont déjà manqué l’école à cause de cela.

Le coût d’une telle mesure est évalué à 24 millions de livres, soit environ 28,5 millions d’euros par an.

Avec Belga

CIM Internet