Paris Match Belgique

« Il y a une nouvelle génération d’activistes féministes qui se lève »

Femen

Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles. | © Patrick Fouque / Paris Match

Société

Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles se sont rencontrées au sein du mouvement Femen en 2012. Depuis, les deux militantes ont multiplié les actions et créé le compte Instagram à succès Clit Revolution, avec lequel elles luttent pour une révolution de l’intime. Et sortent, le 12 mars, leur Manuel d’activisme féministe. Rencontre. 

 

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Paris Match : À qui se destine le livre ?
Sarah Constantin : Le livre se destine à tout le monde : aux femmes, aux hommes, aux jeunes, aux vieux, aux personnes qui ont des enfants, celles qui n’en ont pas… L’idée est de donner des outils pour mener des actions à bien, quelle que soit l’action à mener, que ce soit quelqu’un de timide qui a envie de faire des choses derrière son ordinateur, quelqu’un qui a davantage envie de s’exposer et d’aller dans la rue, celles et ceux qui veulent agir seul ou en groupe. Ça s’adresse vraiment à tout le monde. C’est un manuel d’activiste féministe mais nous donnons des conseils qui peuvent être utilisés pour d’autres luttes, ce qui était important pour nous. Mais avant toute chose, il s’adresse aux jeunes femmes.

Elvire Duvelle-Charles : En priorité à elles, qui ont émis le souhait d’avoir un tel livre. On recevait de plus en plus de messages de jeunes femmes qui voulaient entrer dans l’activisme, ne plus être passives mais qui ne savaient pas comment passer à l’action. C’est grâce à elles qu’on a fait ce livre qui recenserait tous les conseils qu’on peut donner à une jeune femme qui débute dans l’activisme, qui vient de s’éveiller au féminisme, qui veut agir mais ne sait pas comment faire. Évidemment, il s’adresse à elles en priorité mais il peut être décliné dans plein de modèles de lutte. On y donne des conseils qui s’adressent beaucoup aux femmes : oser s’affirmer, se sentir légitimes.

Lire aussi > Droits des femmes : Meghan aux côtés d’activistes sud-africaines

Ce manuel est terriblement d’actualité…
Elvire Duvelle-Charles : Il y a un réel désir de sortir des réseaux sociaux, un besoin de s’engager physiquement.
Sarah Constantin : On l’a vu à la cérémonie des César. Toutes ces femmes sans appartenance à un groupe, sans étiquette, qui se réunissent de manière plutôt organisée et arrivent à faire une action incroyable, arrivent avec leurs fumigènes dans la rue, à s’incruster sur le tapis rouge pour faire entendre leurs revendications… Je n’avais jamais vu ça, à part sur les actions de Femen. Je n’étais pas à Paris, je voyais les images et c’était hyper émouvant. Il y a une nouvelle génération d’activistes qui se lève et ce livre leur est à 100% destiné parce que nous avons perdu beaucoup de temps à trouver des méthodes, ce qui fonctionne… C’est le livre qu’on aurait aimé avoir quand on s’est lancées dans l’activisme. On a testé pas mal de choses et on a compilé celles qui marchent. L’activisme féministe prend déjà tellement de temps que si on peut en gagner sur l’organisation et la méthode… on enlève une charge. Ça fait un socle et une base qui permettent d’avancer rapidement et de faire les choses de la manière la plus efficace possible.
Elvire Duvelle-Charles : Surtout, ça permet de ne plus avoir nécessairement besoin d’adhérer à une structure déjà existante pour s’engager. Peu importe l’âge et la situation géographique. C’est une façon de montrer qu’on a besoin de peu de choses pour faire de grandes choses.

Manifestation lors des César, le 28 février 2020.
Manifestation lors des César, le 28 février 2020. ©Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA

« On a travaillé avec une équipe de femmes, c’était important pour nous »

Pour financer la production de ce livre, vous avez fait appel à un financement participatif. Comment cela s’est-il déroulé ?
Elvire Duvelle-Charles : À la base, on a été abordées par une maison d’édition qui nous a proposé d’écrire un livre. Mais on s’est rapidement rendues compte que c’était impossible financièrement d’être deux autrices plus une dessinatrice (Alice Des). C’est un travail d’écriture de plusieurs mois mais surtout de recherches qui ont duré des années. On a également compris que certains propos allaient poser problèmes, comme lorsque nous évoquons le collage sauvage, qui est illégal. Le crowd-funding était une façon de nous assurer de faire quelque chose en toute autonomie, de pouvoir faire un objet plus beau en répartissant autrement l’argent. Nous étions autonomes sur le contenus, la manière dont nous parlons.
Sarah Constantin : Et de choisir avec qui nous voulions travailler. Nous faisons intervenir certaines personnes de l’ombre qui sont évidemment citées, mais aussi une éditrice indépendante, une dessinatrice, une graphiste… On a travaillé avec une équipe de femmes, c’était important pour nous.
Elvire Duvelle-Charles : Chaque détail, nous l’avons choisi. Nous avons choisi les couleurs, la texture du papier…
Sarah Constantin : Et après, les Editions des Femmes ont suivi l’avancée du projet et nous ont proposé de reprendre le livre aux éditions pour qu’il soit distribué en librairies, qu’il ne soit pas limité aux membres de la communauté élargie.
Elvire Duvelle-Charles : C’était aussi une façon de montrer qu’on n’a besoin de personne pour créer notre communauté féministe. On en a marre de se prendre des portes de personnes qui nous disent non, que le public ne va pas adhérer, qu’on ne rentre pas dans telle case… Nous, on s’est créé notre case, elle est là et on fait le pari de dire que ça va fonctionner. Et ça a fonctionné : on a dépassé l’objectif initial des 2000 exemplaires vendus. Ça sera un outil du féminisme, de se dire qu’on n’a pas besoin de passer par ces instances. Les personnes qui décident n’ont pas les mêmes intérêts que nous, ce sont souvent des hommes de 50 ou 60 ans qui se fichent de nous. Clairement, ce sont les genres de personnes qui défendent Polanski qui se retrouvent à ces postes. Pouvoir faire appel à sa communauté, ça permet de ne pas se lisser.

Lire aussi > Natalie Portman défend sa cape féministe, fustigée par une figure de MeToo

Ce n’est pas qu’un manuel pratique, vous donnez des exemples d’actions féministes. Laquelle vous a le plus marquées ? Laquelle a été, pour vous, l’élément déclencheur de votre engagement ?
Sarah Constantin : Je pense qu’on a la même : celle de Femen, avant que la branche française soit créée. Elles sont venues à Paris, elles avaient lavé la porte du domicile de Dominique Strauss-Kahn pendant l’affaire Nafissatou Diallo, déguisées en soubrettes. Elles lavaient la porte avec de grosses serpillères et avaient pour slogan : « La honte ne s’efface pas au lavage ».
Elvire Duvelle-Charles : C’était drôle, elles chantaient : « Voulez-vous coucher avec moi ce soir ? »
Sarah Constantin : Je me demandais pourquoi des Ukrainiennes venaient faire ça ? C’est une image qui ne nous a jamais quittées, le premier moment où on s’est dit : « Je veux rejoindre ces meufs ».
Elvire Duvelle-Charles : On ne se connaissait pas à l’époque, on était chacune de notre côté.
Sarah Constantin : C’était à la fois hyper percutant, hyper drôle… ça mélangeait l’activisme, la performance de rue, ce que je n’avais jamais vu en France. On est habitués maintenant car ça fait sept ans que Femen est arrivé en France et que d’autres mouvements agissent dans les rues, mais en 2011, c’était pour nous complètement incroyable.
Elvire Duvelle-Charles : À l’époque, je venais de rentrer dans le monde du travail et j’étais harcelée sexuellement. C’était mon premier contrat dans une grande entreprise, c’était ma première expérience. Personne ne disait rien autour de moi donc je pensais que c’était normal. J’avais trouvé des stratégies d’évitement, pour que cela soit le moins pénible possible. En voyant ces images, j’ai eu un déclic : ces filles avaient raison, ce n’était pas à moi de m’adapter. C’est à nous de leur foutre la honte.

Action des Femen devant le domicile de Dominique Strauss-Kahn à Paris, en octobre 2011.
Action des Femen devant le domicile de Dominique Strauss-Kahn à Paris, en octobre 2011. ©Patrick Kovariik / AFP

« Chaque personne qui a fait son #MeToo a pu se sentir moins seule »

À l’époque, c’était l’affaire DSK, on parle aujourd’hui des accusations contre Roman Polanski. Faut-il absolument une grande affaire pour entraîner un vaste mouvement ?
Sarah Constantin : Non. #MeToo est la somme d’expérience individuelle…
Elvire Duvelle-Charles : Mais ça a commencé avec Harvey Weinstein. C’est dommage : le problème est que les discriminations liées au genre et les violences sexuelles sont tellement imprégnées dans la société depuis des millénaires qu’on les quasiment assimilées. Il n’y a pas si longtemps, le harcèlement de rue était considéré comme « normal ». On n’était pas en colère, on savait très bien qu’il fallait avoir ses écouteurs même sans la batterie, ne pas s’habiller « n’importe comment » selon les endroits. J’ai l’impression qu’il est très difficile de faire exister ces sujets sans les raccrocher à l’actualité. Mais c’est l’actualité, c’est tout le temps. Donc quand il y a de grandes affaires comme celles-ci qui éclatent, ça permet un plus grand rayonnement de ces sujets. C’est malheureux de devoir attendre ce stade : les agresseurs ne sont pas tous célèbres, les victimes non plus… comme si l’intégrité physique d’une femme comptait plus que celle d’une autre, qu’un délinquant sexuel soit considéré différemment d’un autre à cause de son statut.
Sarah Constantin : Un des points positifs de #MeToo est qu’il a permis aux témoignages de personnes anonymes d’émerger, d’exister, qu’elles ne se sentent pas seules avec ce qu’elles ont vécu et se rendre compte qu’elles font partie d’un tout qui a vécu la même chose. Donc oui, cela est parti d’une affaire mais cela a permis l’émergence d’une parole collective. Chaque parole compte de manière égale. Chaque personne qui a fait son #MeToo a pu se sentir moins seule, réaliser que c’était tout un système à déconstruire.

Lire aussi > Les activistes du plaisir

Avec votre compte Instagram Clit Revolution, vous montrez que l’activisme ne se limite pas à la rue : c’est aussi dans les chambres à coucher.
Elvire Duvelle-Charles :  C’est surtout dans les chambre à coucher!
Sarah Constantin : Dans le livre, on commence par là. C’est compliqué d’aller faire la révolution dehors sans avoir fait une révolution intime, une réflexion. Nous l’avons fait dans l’autre sens et c’est pour ça qu’on le conseille ainsi ! On a été activistes pendant des années avant de se rendre compte qu’il y avait quelque chose qui ne fonctionnait pas dans notre intimité et qu’on n’appliquait pas forcément ce qu’on défendait dans la rue à partir du moment où on était dans un lit avec quelqu’un. Mais on est à une ère où toutes ces questions sont mises sur la table, notamment avec les comptes qui parlent de sexualité, la logique voudrait qu’on fasse une révolution intime avant une révolution pour toutes dans la rue. À chacune son chemin mais c’est essentiel car l’une ne va pas sans l’autre. Depuis les années 70, « l’intime est politique » est un slogan.
Elvire Duvelle-Charles : Je ne dirais pas qu’il y a un ordre, c’est un « work in progress » permanent. C’est encore plus difficile de se révolutionner dans son intimité que d’aller clamer des revendications dans la rue. Ça doit être pour ça qu’on l’a fait dans ce sens (rires). C’est important de faire les deux car c’est le point sur lequel on a le plus d’emprise. Si on veut faire changer les mœurs, il faut les appliquer au sein de sa famille, de son couple… ce sont des mini révolutions qui prennent beaucoup d’énergie.
Sarah Constantin : C’est souvent plus facile d’aider la voisine que de s’aider soi-même.
Elvire Duvelle-Charles : On l’a beaucoup vu dans les échanges avec la communauté sur Instagram. Certaines femmes qui racontaient avoir subi des violences avaient tendance à les amoindrir, mais prenaient conscience en lisant un témoignage similaire au leur. Quand c’était raconté par quelqu’un d’autre, elles disaient plus facilement : « Ce n’est pas de ta faute, cet homme n’avait pas à te faire ça ». Ce sont deux révolutions en parallèle. On a eu tendance à penser que l’intime relevait de la sphère privée et non politique, mais on se rend compte que nos expériences intimes, mises bout à bout, sont une expérience collective. On retrouve des points communs, c’est à la fois perturbant et rassurant. Ce sont des violences systémiques, pas particulières. C’est le patriarcat, pas ton mec ! C’est plus grand que ça.

« On a la chance d’avoir une communauté bienveillante »

Vous évoquez le burn out militant. Entre la violence que l’on peut rencontrer sur les réseaux sociaux, les interactions ou les témoignages parfois durs… Comment l’avez-vous vécu, pour vous protéger ?
Elvire Duvelle-Charles :  Il y a des règles de base quand on est activiste, comme de ne pas lire les commentaires. On a la chance d’avoir une communauté bienveillante et de travailler sur Instagram, qui est un espace avec moins de violence qu’ailleurs. Les témoignages reçus, c’est toujours compliqué à gérer, mais il faut y répondre.
Sarah Constantin : On essaie de les réorienter au mieux possible. On peut recevoir la parole mais pas grand chose de plus, il existe des associations spécialisées, des centres d’écoute…
Elvire Duvelle-Charles : Rien que les récits sont très durs à lire. Si je vois que je ne suis pas prête, je vois les premières lignes du message, j’attends d’être dans une situation où je peux gérer. Notre force est qu’on a décidé d’avoir un créneau hyper positif, on fait des blagues, ça adoucit tout le reste, ça allège. On reçoit aussi beaucoup de messages bienveillants, encourageants. On reçoit des récits très durs mais aussi ceux de survivantes qui ont réussi à remonter la pente, de femmes qui nous font un suivi de leur histoire et reprennent le dessus. Sans cela, ça serait trop violent, ça n’irait pas. Et ça aide d’être à deux, de pouvoir parler entre nous et savoir quoi répondre.
Sarah Constantin : On a aussi des trucs très réjouissants, comme « grâce à vous j’ai découvert que j’avais un clitoris ! » Ça, c’est cool ! Il y a plein de choses comme ça, beaucoup de gens qui ont appris des choses, qui sont reconnaissants et qui ont la générosité de nous le dire. Ça te rebooste pour le reste des messages !

Capture d’écran 2020-03-07 à 13

«Manuel d’activisme féministe», de Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles, illustrations Alice Des. Aux Éditions des femmes, 220 pages, 17 euros. Sortie le 12 mars 2020

CIM Internet