Paris Match Belgique

À Bruxelles, les stations de métro renommées en l’honneur des femmes

Les arrêt stib renommés au nom des femmes

Seule 4 stations portent actuellement le nom d'une femme. | © Collectif Noms Peut-être

Société

Il s’agit d’une nouvelle action de désobéissance féministe à l’occasion du 8 mars.

 

Elles s’appellent Christine Jorgensen, Léonie La Fontaine, Joséphine Baker ou encore Fatima al-Fihriya. Elles sont résistantes, chanteuses ou féministes et, ce dimanche, elles ont pris d’assaut le métro Bruxellois grâce au collectif Noms Peut-être, une organisation féministe bruxelloise qui vise à dénoncer l’invisibilité des femmes. À l’occasion de la deuxième grève féministe belge encouragée par le collecti.e.f 8 maars ce dimanche et ce lundi, les activistes ont décidé de changer les noms des stations de métro bruxelloises pour les renommer d’après des femmes qui ont marqué l’histoire et dont les noms sont pourtant encore malheureusement très mal connus.

Hellen keller
Les activistes changent le nom des stations de métro. ©Collectif Noms Peut-être

« Nous tenons à rappeler que la Stib c’est nous toutes. En effet, la Stib étant un transport public, il est à l’usage de touTES et tous », explique Sassia, membre du collectif. En effet, sur les 59 stations de métro, 29 font référence à des hommes et 26 portent des noms de lieux, de quartiers ou qui renvoient à des événements. Cela signifie que 4 stations seulement portent le nom d’une femme.

Lire aussi > Journée du 8 mars : Est-ce que le film ou la série que vous allez regarder ce soir réussit le test de Bechdel ?

Via cette action, elles dénoncent donc le manque de visibilité des femmes dans l’espace public mais également les fréquents problèmes de harcèlement envers les conductrices par les collègues et les passagers. Elles rappellent aussi par voie de communiqué que les femmes forment seulement 10% du personnel de la Stib. Elles demandent donc que lors de la construction du futur métro 3 prévu à Bruxelles, les stations de métro pour lesquelles des noms n’ont pas encore été choisis « portent tous un nom de femme ». « Nous demandons que le masculin ne l’emporte plus sur le féminin dans l’espace public. La Stib : c’est nous tou.TE.s ! »

noms stations métro femmes
Et pourquoi ne pas changer tout le réseau ? ©Collectif Noms Peut-être

Qui sont ces femmes ?

Si vous avez emprunté le métro dans la capitale ce dimanche, vous avez peut-être été interpellés par ces noms de femmes qui côtoyaient les noms des arrêts. Mais si on ne sait pas toujours à qui ou à quoi ils font référence, le moins que l’on puisse dire c’est que les noms féminins qui sont apparus sont encore moins connus du grand public. Et c’est bien ça que tente de dénoncer le collectif. Alors, pour apprendre à connaître ces femmes dont on n’entend jamais parler, voici un bref aperçu de l’identité qui se cache derrière les noms qui ont été affichés en grand dans le métro.

  • Hellen Keller : Militante politique américaine et autrice. Bien que sourde et aveugle, elle est la première personne en situation de handicap à obtenir un diplôme universitaire. 
  • Christine Jorgensen : Connue mondialement pour être l’une des première personne transgenre connue à avoir subi une opération chirurgicale de réassignation sexuelle.
  • Léonie Lafontaine : Féministe et pacifiste belge.
  • Elizabeth Catlett : Sculptrice américano-mexicaine.
  • Mum Bett (Elizabeth) Freeman : Première esclave américaine à introduire et gagner un procès pour la liberté dans le Massachusetts.
  • Cécile Douard : Peintre belge.
  • Joséphine Baker : Danseuse, actrice et résistante française d’origine américaine.
  • Fatima al-Fihriya : Fondatrice de l’université Al Quaraouiyine, la plus ancienne université du monde encore en activité.
  • Ingrid Berghmans : D’origine belge, elle est l’une des judokates les plus récompensées au monde.
  • Lucia de Brouckère : Chimiste belge et professeure à l’ULB.
  • Marguerite Tiste : L’une des dernières femmes à avoir été condamnée à mort pour sorcellerie, à Mons, en 1671.
  • Aoua Keïta : L’une des figures les plus connues du féminisme au Mali.
  • Christine de Pizan : Philosophe et poétesse française, considérée comme la première femme de lettres de langue française.
  • Isala Van Diest : Première femme médecin de Belgique et première femme universitaire belge.
  • Fanny Mendelssohn : Compositrice et pianiste allemande.
CIM Internet