Paris Match Belgique

Voici pourquoi l’astrologie revient en force

C’est surtout sur les réseaux sociaux que l’astrologie a retrouvé ses lettres de noblesse. | © Pexels

Société

A travers un bijou ou un post Instagram, s’approprier et revendiquer son signe astral n’a jamais été aussi tendance.

 

“C’est quoi ton signe astro ?” A l’évocation de cette question, certains lèvent les yeux au ciel. D’autres soupirent, lâchent un rire à la limite du mépris, avant de sortir “mais tu crois à ces bêtises toi ? C’est n’importe quoi !”.

L’astrologie n’a pas toujours été bien considérée. Souvent moquée, elle est réduite à un divertissement loin d’être sérieux et rationnel. Mais depuis quelques temps, elle s’affiche. Comme si notre signe astrologique faisait partie de notre identité. Des marques de bijoux ont flairé le filon comme Louyetu. L’enseigne française a lancé la gamme “Astro”. Elle décline les douze signes du zodiaque en collier, boucles d’oreille ou encore médaille en plaqué or. Le signe astrologique est gravé avec son nom en anglais pour un résultat discret et raffiné. Les prix vont de 19 euros pour des boucles d’oreille à 55 euros pour un collier.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LÕU.YETU (@louyetuparis) le

Astrologie 2.0

C’est surtout sur les réseaux sociaux que l’astrologie a retrouvé ses lettres de noblesse. Sur Instagram, les comptes dédiés à la discipline se multiplient avec pour chacun une thématique précise. Le compte Astrotruc se consacre à la personnalité de chaque signe astrologie à l’aide de graphiques. Tout est passé au crible : les signes astrologiques durant une réunion de famille ou pendant une embrouille avec leur partenaire. On apprend que les taureaux se caractérisent par leur plaisir des sens, tandis que les capricornes se distinguent par leur pragmatisme. Astrotruc est suivi par plus de 309 000 personnes. Dans les commentaires, les internautes se taguent les uns et les autres avec souvent la même phrase “Mais c’est tellement toi”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Astrotruc (@astrotruc) le

D’autres comptes Instagram, comme Notallgeminis (581 000 abonnés) ou Jakeastrology (187 000 abonnées), tournent l’astrologie en dérision à l’aide de memes tirés de photographies ou extraits de films. Le but ? Remettre un signe astral dans une situation censé le représenter ou le caractériser.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par not all geminis (@notallgeminis) le

Une application a définitivement fait basculer l’astrologie dans l’ère 2.0. Son nom ? Co-star. Ici, les horoscopes sont hyper personnalisés. Chaque matin, la personne reçoit une notification avec son conseil du jour en fonction de son signe astrologique. Dans les colonnes de Vanity Fair, la co-fondatrice de Co-Star, Bau Guler détaille pourquoi elle a lancé cette application : “Amener l’astrologie au 21e siècle, rendre l’expérience astrale plus sociale et donner aux gens des outils pour comprendre leur âme et leur cheminement personnel”. Elle poursuit : “Nos portables et les réseaux sociaux rendent les gens plus anxieux, donc ils cherchent des moyens de les aider dans leurs vies et l’astrologie contribue à ça”.

Lire aussi >Pourquoi sommes-nous tellement tentés de croire à l’astrologie ?

“Mieux saisir les enjeux du monde”

Les podcasts n’échappent pas au retour en grâce de l’astrologie. Z comme Zodiaque est un podcast “causant astrologie moderne, réalisé pour tou.te.s, même les personnes qui prennent l’astrologie en horreur !” peut-on lire sur la page d’accueil du site. Dans la première saison, Mathilde Fachan, la créatrice, passe au peigne fin les douze signes du zodiaque en alternant explications et chansons. Elle nous apprend que les sagittaires sont naturellement solidaires et réfléchissent avec leur coeur. Les cancer, eux, ont une imagination féconde et sont très souvent dans la lune.

Dans sa chronique publiée dans Vanity Fair, Mathilde Fauchan explique qu’elle est loin d’être étonnée du retour de l’astrologie, notamment auprès des plus jeunes “Que notre génération y revienne n’a rien d’anodin : si nous sommes saturés de dogmes et d’institutions religieuses au point de nous en éloigner, le besoin de spiritualité demeure. L’astrologie est une matière ouverte et exigeante qui permet de déchiffrer l’individu comme le collectif, de mieux saisir les enjeux du monde”.

Sur Twitter, certains jouent de la situation, comme ce garçon visiblement désespéré d’être né sous le signe du gémeaux. L’astrologie a encore de beaux jours devant elle.

 

CIM Internet