Paris Match Belgique

Pourquoi Maggie De Block a-t-elle renoncé à 3 millions de masques FFP2 ?

Répondant à la demande du cabinet De Block, Pharmasimple avait donc réussi vendredi 20 mars à mettre la main sur un stock de masques... | © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Société

Une offre de commande faite à l’entreprise hennuyère Pharmasimple a été annulée dans d’obscures circonstances. Les masques pouvaient pourtant être livrés à la Belgique cette semaine.

 

Trois millions de masques FFP2 et dix millions de masques chirurgicaux auraient pu être livrés à la Belgique cette semaine. Comme en attestent nos documents, leur offre de commande avait été passée par le cabinet de la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, jeudi 19 mars dernier. C’est l’entreprise louviéroise Pharmasimple qui devait l’honorer dans un délai de sept jours. Le contrat portait sur un montant global d’une trentaine de millions d’euros, à raison de 4,50 euros l’unité (hors TVA) pour le modèle FFP2 et 89 cents l’unité pour le modèle chirurgical.

Pharmasimple S.A. est l’un des acteurs majeurs sur le marché de la parapharmacie en ligne en France et au Benelux. Son fondateur, Michaël Willems, est à la tête de cette véritable success story lancée en 2010 à laquelle prennent notamment part la SRIW (Société régionale d’investissement de Wallonie) et l’IMBC (Invest Mons Borinage Centre). Côtée à l’Euronext growth (une plate-forme de transactions destinée aux PME de la zone euro), la jeune société hennuyère a le vent en poupe sur son marché et connaît une croissance à deux chiffres.

Lire aussi > La tragédie de Julie, 16 ans, morte du coronavirus

 

©DR
©DR

Au début du mois de mars, Michaël Willems avait publiquement fait savoir que son entreprise était en mesure de fournir trois millions de masques médicaux chez nous. Pharmasimple n’avait toutefois pas été sollicitée dans le cadre de la fameuse commande publique passée par le SPF Santé dont on connaît l’issue : un fiasco ayant abouti à un dépôt de plainte pour fraude. Vraisemblablement en panne de solutions, le Service publique fédéral s’est alors tourné vers la société louvièroise. « Entretemps, il s’est écoulé une quinzaine de jours et la situation sur le marché a radicalement changé », explique Michaël Willems. « Le monde entier est aujourd’hui à la recherche de masques. C’est triste à dire, mais les pays se livrent une véritable guerre pour en obtenir. De surcroît, les frontières se sont fermées et quantité de vols ont été annulés. Néanmoins, nous avons remué ciel et terre pour procurer des masques à la Belgique ».

Lire aussi >Covid-19 : le gouvernement annonce la prolongation des mesures jusqu’au 18 avril

Revirement de dernière minute

Répondant à la demande du cabinet De Block, Pharmasimple avait donc réussi vendredi dernier à mettre la main sur un stock de masques, dont les très recherchés FFP2, disponibles auprès d’un fournisseur en Turquie. Mieux encore, l’entreprise se voyait proposer la mise à disposition non pas de trois millions de masques FFP2, mais de cinq millions par le partenaire turc. Toutefois, ce dernier souhaitait préalablement encaisser un acompte de 50 % afin de garantir la totalité de la commande dans un contexte tendu d’hyperconcurrence internationale. Les responsables de Pharmasimple se sont alors prioritairement assurés de l’accord du cabinet de la ministre de la Santé relativement à la fourniture de deux millions de masques supplémentaires, avant de négocier à la baisse un acompte de 15 % sur le seul lot de FFP2, soit 3,5 millions d’euros dont l’État belge devait s’acquitter en échange d’une livraison au plus tard ce jeudi 26 mars. Tout semblait en bonne voie de finalisation. Restait à signer le projet de convention. Puis, vendredi dernier en soirée, le cabinet s’est soudain ravisé.

Il était de près de 21 heures quand le conseiller au budget de Maggie De Block a fait savoir par mail à Pierre-Yves Dauvister, le directeur chargé des relations de Pharmasimple, que leur offre n’était finalement pas retenue. Le courrier de désistement faisait laconiquement état d’une autre source d’approvisionnement « fiable et stable ». Sans autre explication. « Durant tout le week-end, nous avons tenté de comprendre ce qui avait pu se passer en contactant les différents responsables du SPF Santé et du cabinet avec lesquels nous étions en relation »raconte Pierre-Yves Dauvister. Mais en vain. Silence radio. « Nous leur avons redit que notre offre était elle aussi tout ce qu’il y a de plus fiable. Nous avons même proposé qu’un expert du SPF Santé se rende sur place en Turquie afin de vérifier par lui-même la disponibilité et la conformité du stock. Nous étions d’ailleurs prêts à l’accompagner, ce n’est jamais qu’à trois heures d’avion de Bruxelles. S’agissant de l’acompte, à défaut de le payer, il était encore possible de lui préférer une lettre de crédit ».

Dans une ultime tentative de rassurer le SPF et le cabinet de la Santé s’il était besoin, Pharmasimple a fait réaliser une vidéo par son représentant en Turquie. Paris Match a pu se procurer cette séquence (Notre document) tournée ce lundi 23 mars, dans laquelle on voit l’intermédiaire déballer des caisses de FPP2 supposées appartenir à une première cargaison d’un million et demi de masques prête à être expédiée vers la Belgique. Mais rien n’y a fait et la commande n’est jamais partie.

Contrat non respecté ?

La ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block. ©BELGA PHOTO POOL DAINA LE LARDIC

Nous avons eu beaucoup de peine à obtenir des éclaircissements auprès du cabinet de la ministre de la Santé. En définitve, par l’entremise de sa porte-parole, il nous a été répondu que les raisons du revirement de Maggie De Block étaient liées au non respect des engagements pris par Pharmasimple. Concernant tout d’abord la quantité de masques fournie qui n’était pas celle convenue (cinq millions au lieu de trois millions) ; concernant ensuite le paiement d’un acompte (ce que ne prévoyait pas le bon de commande).

Ces explications se heurtent cependant à des échanges de mails et de messages dans lesquels il apparaît, d’une part, que la ministre avait donné son accord de principe quant à l’acquisition de cinq millions de FFP2 et, d’autre part, que sa directrice financière avait octroyé son feu vert au préfinancement de la commande via le versement d’un acompte. Pierre-Yves Dauvister confirme nos sources à ce sujet et ajoute : « En tout état de cause, si le cabinet souhaitait en rester à sa commande initiale, il suffisait qu’il nous le dise et il n’y aurait eu aucun problème. D’autre part, nous avons obtenu de notre partenaire commercial qu’il réduise au maximum le montant de l’acompte à verser, mais il faut bien être conscient qu’à l’heure qu’il est, plus aucun fournisseur sérieux dans le monde n’accepte de vendre d’aussi grandes quantités de masques, sans un minimum de garantie financière préalable ».

La Belgique a-t-elle été livrée et par qui ?

Que s’est-il donc passé ? Manifestement, les raisons invoquées par le cabinet De Block pour justifier sa volte-face semblent peu crédibles à l’heure où le besoin en masques (singulièrement les FFP2) est on ne peut plus urgent. Quelle était cette autre source d’approvisionnement mentionnée par le collaborateur de la ministre ? Une autre entreprise a-t-elle hérité de la commande et, si oui, l’a-t-elle honorée ? Le cas échéant, est-ce qu’un stock de masques médicaux équivalent à celui que Pharmasimple aurait pu fournir est arrivé en Belgique cette semaine ? Nous n’avons pu obtenir aucune réponse précise à toutes ces questions. Du côté du cabinet de la Santé, on se contente de nous assurer en substance que tout est mis en œuvre pour trouver des solutions et répondre aux besoins sur le terrain. Auprès du ministre Philippe De Backer – qui a depuis peu la tutelle sur la task force en charge d’accroître la capacité de dépistage du covid-19 et d’acquérir du matériel de protection -, certains chiffres ont cependant été communiqués ce vendredi soir. Il est question d’un million de masques FFP2 disponibles parmi lesquels 500 000 auraient déjà été répartis. 175 000 autres devraient l’être ce samedi, affirme-t-on. Depuis quand ce matériel se trouve-t-il en Belgique et qui l’a acheminé ? Pas de précisions à ce sujet. On est toutefois encore loin des trois à cinq millions de FFP2 de Pharmasimple. S’agissant des masques chirurgicaux, la task force en comptabilise seize millions dont onze déjà distribués.

Quoi qu’il en soit, le CEO de Pharmasimple refuse de polémiquer : « J’ignore ce qui a pu bloquer mais l’essentiel n’est pas là. Si une autre entreprise a reçu la commande et s’est trouvée en capacité de fournir des masques dans nos hôpitaux, je m’en réjouis sincèrement », observe Michaël Willems. « Le gouvernement avait le droit de ne pas donner suite à notre offre. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle était sérieuse et conforme au standard de qualité attendu. Nous avons travaillé comme des malades pour obtenir ce stock. Il est regrettable que ça ce soit terminé de la sorte, mais qu’importe, nous demeurons mobilisés et bien décidés à venir en aide aux soignants. Mon entreprise fait de toute manière des affaires dans d’autres secteurs, ce qui me motive avant tout, c’est de contribuer dans la mesure de nos capacités à protéger ceux qui sont en première ligne face au virus ».

CIM Internet