Paris Match Belgique

Jan Jambon propose de retarder d’une semaine la fête des mères

Jan Jambon propose de retarder d'une semaine la fête des mères

La fête des mères aurait donc lieu le 17 mai plutôt que le 10. | © Pexels / Gustavo Fring

Société

Cela permettrait de pouvoir acheter des fleurs, mais les réunions de famille restent interdites.

 

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a proposé samedi soir de reporter d’une semaine la fête des mères dans sa région, cette année, de quoi faire tourner les affaires des fleuristes et autres commerces qui ne seront pas encore rouverts le 10 mai. Selon son idée, exprimée lors du JT de la chaîne VTM, la fête des mères aurait donc lieu le 17 mai plutôt que le 10, alors que la réouverture des commerces est envisagée le 11, sous conditions.

Lire aussi > Et si on s’offrait un bouquet pour sauver les fleurs belges ?

Cela permettrait d’« aller déposer des fleurs ou une tarte devant la porte », a-t-il commenté. En effet, les réunions de famille ne seront pas encore autorisées à cette date-là, dans le cadre du déconfinement. Elles pourraient l’être… à partir du 18 mai, si la sortie de crise se confirme.

Jan Jambon propose de retarder d'une semaine la fête des mères
© Unsplash / Anna Tukhfatullina

« La vie familiale sera l’une des grandes priorités »

De nombreuses personnes se sont demandées pourquoi le citoyen pourrait probablement croiser des amis ou des membres de sa famille à partir du 11 mai dans un magasin mais pas chez lui, à la maison. « C’est plus facilement contrôlable que ce qui se passe derrière les murs d’une maison », justifie Jan Jambon. « Il est plus facile de contrôler l’espace public. Mais si la situation évolue favorablement d’ici le 18 mai, la vie familiale sera l’une des grandes priorités. »

Il rappelle qu’on pourra déjà voir l’un ou l’autre ami dès le 4 mai en pratiquant du sport, comme le tennis ou le kayak par exemples. Mais est-il permis de prendre la voiture pour effectuer un déplacement non-essentiel vers son club de tennis ? Le Premier Flamand appelle chacun à se montrer raisonnable. « Si tu vis à Genk et que tu fais du tennis à Ostende, c’est insensé. On peut par contre bien se déplacer dans un village. C’est une question de bon sens. »

Avec Belga

CIM Internet