Paris Match Belgique

Le français pour les réfugiés : un manuel qui apprend à dire « papa jette une bombe et va en prison »

Le manuel a causé l'outrage des internautes | © Belga

Société

« Papa jette une bombe et va en prison ». « J’avale une tartine en prison ». « Tu me montres la prison ? ». Tirées d’un manuel d’apprentissage du français destiné aux réfugiés, ces phrases dérangent. Diffusée par une Bruxelloise qui accueille un réfugié irakien, la photo du manuel d’alphabétisation a déclenché les foudres des internautes. 

 

Une « erreur », selon le directeur des cours de promotion sociale Erasme. Un scandale, pour les internautes, qui ont rendu virale la photo d’un manuel de français destiné aux réfugiés. À l’origine du cliché, Catherine Lemaire, une habitante d’Anderlecht qui accueille temporairement chez elle un réfugié irakien. Dans un post Facebook, elle a diffusé un cliché d’une page du manuel d’alphabétisation de son protégé, avec une légence enflammée : « voici quelques phrases édifiantes découvertes aujourd’hui dans le livre de lecture de notre protégé irakien, utilisé pour apprendre à lire aux réfugiés. La plus belle est peut-être : « Il a jeté une bombe et va en prison ». C’est proprement inadmissible. Est-on vraiment conscient qu’il s’agit de matériel didactique proposé par un pays d’accueil en vue de l’insertion ??!!! ».

 

Catherine Lemaire

Lire aussi > Menacés d’expulsion, de jeunes réfugiés tombent dans un étrange coma

« Honteux »

Une colère partagée par ceux qui ont vu la photo. « Je sais pas si je dois rire ou me taper la tête contre le mur », « honteux », « ils ne travaillent pas à la cohésion sociale mais au mépris des uns et des autres »,… Dans les commentaires, les internautes semblent hésiter entre consternation et colère. Contacté par La Libre, le directeur des cours de promotion sociale Erasme évoque une erreur humaine. « J’ai évidemment été surpris qu’une telle phrase figure dans un cahier d’exercices. C’est un syllabus qui a été rédigé il y a trois ans et qui a été repris par le professeur de français de cette année » explique le directeur de l’établissement. Les références aux bombes ? Le manuel ayant été écrit il y a trois ans, elles ne feraient pas référence aux attentats mais bien au contexte de guerre à Bagdad, où les combats faisaient rage à l’époque.

Lire également > La Statue de la Liberté fait bon accueil aux réfugiés

« Je comprends que ça choque »

Une explication qui peine à convaincre. S’il est désormais impossible de joindre le standard téléphonique de l’école, le directeur a également toutefois encore précisé à nos confrères de La Libre que « bien sûr, ce n’est évidemment pas malin et je comprends que cela choque. Je vais évidemment faire supprimer les phrases litigieuses et organiser une réunion avec les professeurs pour leur demander de réfléchir aux termes qu’ils utilisent dans leurs supports pédagogiques en fonction du contexte actuel ». En attendant, les internautes y vont de leur explication : « c’est sûrement un enseignant issu de la « Haute école Théo Francken« . Papa jette une bombe médiatique, et devient la cible des commentateurs.

CIM Internet