Paris Match Belgique

« On n’est pas couché » : Les chroniqueurs « chouchous » de Laurent Ruquier et ceux qui l’ont déçu

On n'est pas couché Laurent Ruquier

Extrait de l'émission "On n'est pas couché", datant de 2011, avec les chroniqueurs de l'époque Éric Zemou et Éric Naulleau. | © PHOTOPQR / LE PARISIEN / O. Lejeune.

Société

Laurent Ruquier a dressé un bilan des chroniqueurs de son émission « On n’est pas couché », qui touche à sa fin.

 

Après 14 ans d’antenne, « On n’est pas couché » se terminera en juillet sur France 2. Laurent Ruquier avait justifié cette décision de mettre fin à son talk-show du samedi soir par son souhait de se consacrer à d’autres projets. Dans les colonnes de Télé 2 semaines, l’animateur est revenu sur l’arrêt de l’émission de France 2 et sur les duos de chroniqueurs qui ont défilé sur son plateau. S’il explique avoir « aimé travailler » avec Yann Moix, s’être « super bien entendu » avec Léa Salamé et avoir « adoré » Vanessa Burggraf, d’autres l’ont déçu après leur départ. Il cite par exemple Aymeric Caron, chroniqueur entre 2012 et 2015. « J’ai beaucoup défendu Aymeric Caron quand il faisait l’émission. On ne peut pas ensuite cracher dans la soupe comme il l’a fait. Sur ce point, il m’a déçu », a-t-il déclaré.

Lire aussi > Laurent Ruquier se défend et qualifie de « blague » son appel au boycott de Miss France

Il poursuit avoir été aussi déçu « parfois » par Audrey Pulvar, présente durant la saison 6. « Par exemple, Éric Zemmour a été d’une grande élégance que tout le monde n’a pas eue. Je dois le reconnaître, même si je ne partage pas une seule de ses idées et qu’il s’est radicalisé. Ça m’agace, d’ailleurs, quand on dit que l’émission a contribué à faire émerger ses idées. En 2002, Jean-Marie Le Pen était au second tour de la présidentielle et personne ne connaissait Éric Zemmour », s’est-il défendu. Eric Zemmour a participé à « On n’est pas couché » entre 2006 et 2011, d’abord avec Michel Polac, puis Éric Naulleau.

S’il n’a encore rien signé pour la rentrée de septembre, Laurent Ruquier réfléchit avec France Télévisions à de « nouveaux projets » pour la case du samedi soir de France 2.

CIM Internet