Paris Match Belgique

Spams, perte de confiance… Tinder et ses effets pervers

Le réseau social n'est pas tout... rose ! | © Unsplash

Société

Si Tinder rencontre un succès grandissant, il n’en reste pas moins la source potentielle de problèmes personnels.

Depuis des années, des millions d’utilisateurs tentent leur chance sur Tinder pour trouver l’amour. Après tout, telle est la promesse tenue par l’application de rencontres: trouver l’âme soeur en un swipe. Durant le confinement, Tinder et ses concurrents ont battu des records de fréquentation en raison de l’isolement imposé à des milliards de personnes à travers le monde. Une aubaine pour l’application qui a décidé d’étendre ses services en proposant dorénavant la fonctionnalité « chat vidéo ». Une option payante qui pourrait permettre à Tinder d’augmenter ses revenus, mais qui ouvre également la porte à toutes sortes de dérives.

Vers des débordements ?

Si la vidéo permet d’augmenter les interactions et de briser un peu plus les frontières du virtuel, elle pourrait aussi mener à plusieurs débordements. Harcèlement ou même pornographie sont les potentiels risques d’une telle fonctionnalité. Un véritable casse-tête pour Tinder en terme de modération. De fait, si la vidéo ne sera activée qu’une fois que les deux utilisateurs auront échangé quelques messages et donné leur consentement, l’application reconnaît à demi-mot qu’elle ne peut pas sécuriser les échanges en temps réel. Une faille, dont les possibles effets ne se feront ressentir que d’ici quelques mois.

Il n’aura néanmoins pas fallu attendre l’apparition du chat vidéo pour voir apparaître ce genre de dérive sur Tinder. Actuellement, des spammeurs circulent déjà sur le réseau social. Des faux profils qui tentent d’engager la conversation pour inciter les utilisateurs à cliquer sur des liens de sites pornographiques en tout genre, en envoyant des images pour le moins osées. Pour l’instant, face à de tels messages abusifs, il est uniquement possible de signaler l’incident. Mais avec l’apparition de la vidéo, le réseau social devra probablement compléter ce bouton de signalement par un algorithme de détection des images obscènes. Affaire à suivre donc.

Lire aussi > C’esst quoi Raya, le « Tinder Illuminati » utilisé par Ben Affleck ?

Manque de confiance

Au-delà de ces risques hypothétiques, Tinder a déjà un impact négatif sur la vie de ses utilisateurs. En effet, selon une étude réalisée par l’Université de North Texas, l’application renforcerait le manque de confiance en soi. Pour en arriver à cette conclusion, 1 300 étudiants ont été interrogés. Ces derniers ont dû répondre à diverses questions en rapport avec leur apparence. Par exemple: « Êtes-vous satisfait de la taille de vos cuisses? », « Vous arrive-t-il de vous comparer? » Ce n’est qu’à la fin de l »interrogatoire’, qu’il a été demandé aux sondés s’ils utilisaient Tinder.

Et les résultats de l’enquête montrent que les utilisateurs de l’application ont une moins bonne estime d’eux-même que les autres. Ils se compareraient davantage aux autres. Un phénomène qui est plus accentué chez les hommes, malgré le fait que les femmes soient moins bien dans leur peau selon cette dernière étude. Un sentiment qui serait fortement accentué par Tinder et les applications du même style. Ce constat a poussé les chercheurs à s’intéresser à une autre question de taille: « quelles sont les raisons qui poussent les gens à s’inscrire sur Tinder ». L’étude devrait prochainement débuter.

Lire aussi > L’amour sous algorythme : Comment Tinder manipule vos rencontres

CIM Internet