Paris Match Belgique

Des victimes de violences sexuelles sortent du silence avec #Iwas

#Iwas violences sexuelles

Image d'illustration. | © Unsplash / Molly belle.

Société

Un nouvel hashtag est apparu sur les réseaux sociaux pour dénoncer les violences sexuelles subies dans le passé.

 

En quelques jours, le hashtag #Iwas a traversé l’Atlantique. Apparu le 1er juin aux États-Unis, il dénonce les agressions sexuelles subies dans le passé en précisant l’âge de la victime. « #Iwas only 6. J’étais au centre de loisirs et c’était un animateur », écrit l’une des internautes. « #Iwas 7, quand j’ai essayé d’en parler autour de moi, on m’a traité de pute », raconte une autre.

Lire aussi > La pression dans les relations sexuelles : Une réalité pour 9 femmes sur 10

Des milliers d’autres victimes ont raconté leur histoire, certaines pour la première fois. « #Iwas 7 à 9 ans, par quelqu’un de ma famille. #Iwas 17, par mon ancien petit ami. Ces actes ont brisés ma vie et ma confiance, probablement à jamais. Première fois que j’en parle en public », confie une jeune femme. « J’ai beaucoup hésité à le dire mais vous m’avez donné la force #Iwas 14. Avant, je ne voyais pas où était le problème jusqu’à maintenant où je prends conscience que ce n’est pas normal ce qu’il faisait… », peut-on lire parmi les dizaines de milliers de tweets rédigés.

Jeudi, Marlène Schiappa a salué « le courage de toutes celles et ceux qui dénoncent les violences sexuelles subies plus jeunes ». La secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a rappelé que les victimes de viol ont trente ans après leur majorité pour porter plainte.

Lire aussi > #JeSuisVictime : Depuis les César, le hashtag sur les violences sexuelles est devenu aussi viral que #Balancetonporc

Ce hashtag rappelle évidemment les précédents #MeToo ou #BalanceTonPorc, diffusés depuis octobre 2017 à la suite de l’affaire Weinstein.

CIM Internet