Paris Match Belgique

Cette page Wikipédia fustige habilement une expression sexiste bien trop répandue dans les médias

wikipédia une femme

Un article Wikipédia qui dénonce avec humour une bien mauvaise habitude. | © Capture d'écran.

Société

L’expression « Une femme » a désormais son article Wikipédia dédié. Une page humoristique qui sert à dénoncer l’invisibilisation des personnalités féminines dans les titres de presse. Génie.

 

« Une femme prix Nobel de médecine. » « Une femme CEO la mieux payée au monde. » « Une femme rédactrice en chef de The Economist. » Elle est la favorite des gros titres, s’accapare de nombreuses distinctions et détient une carrière longue comme la bras. Souvent, bien trop souvent, les médias ont tendance à réduire les femmes à leur genre dans les titres relatant leurs « exploits », oubliant de mentionner leur nom au contraire de leurs homologues masculins.

Lire aussi > Un homme se met dans la peau d’une femme le temps d’une journée pour dénoncer le harcèlement de rue

Une mauvaise habitude dénoncée à répétition par de nombreuses personnalités, telles Myriam Leroy dans ses story Instagram ou Caroline De Haas sur Twitter. Pour réparer cette injustice qui perdure, un.e internaute a eu la merveilleuse idée de consacrer à « Une femme » un article pastiche sur Wikipédia. Un acte qui sert à dénoncer avec humour (et un rire jaune) cette pratique.

On y apprend que cette fameuse « femme » a notamment été « journaliste, dirigeante d’entreprise, chimiste, diplomate, économiste, pasteur, physicienne, directrice sportive, pilote de chasse et femme politique. » Un joli cursus pour cette personnalité qui n’a toujours pas de nom.

Passer sous silence

Plus loin dans l’article, l’auteur.e nous raconte que sa date de décès n’est pas véritablement connue, mais qu’ « Une femme » « meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint, en France. » Encore un habile procédé d’humour noir qui sert à dénoncer. Drôle et percutant.

« On est extrêmement dépendants des sources journalistiques, et on est en quelque sorte ‘obligés’ de refléter leurs biais. Les femmes sont invisibilisées dans les titres, comme elles le sont dans la recherche scientifique ou dans l’histoire », explique à Arrêt sur images Kvardek du, la personne qui a créé ce petit bijou.

Un mécanisme qui passe sous silence l’identité des vraies personnalités féminines, et qui est régulièrement attaqué par la profession elle-même.

Lire aussi > Angèle se paie la tête d’un site internet célèbre et sexiste (et c’est savoureux)

Notez qu’un.e autre internaute a également créé la page pastiche « Un Noir », une autre expression aussi trop reprise dans les titres et articles de journaux, pour dénoncer l’invisibilisation des minorités. Celle-ci doit encore être complétée, si jamais l’envie vous prend.

CIM Internet