Paris Match Belgique

Mawda : Le parquet demande le renvoi de trois inculpés devant le tribunal, dont le policier

Dans ce dossier "Mawda", la chambre du conseil se réunira ce vendredi à Mons.

Société

Pour le parquet de Mons, trois personnes doivent être renvoyées devant le tribunal correctionnel. Le policier qui a tiré sur la camionnette fait partie du lot.

Dans la nuit du mercredi 16 au jeudi 17 mai 2018, sur une autoroute belge, près de Mons, un policier tirait un coup de feu en direction d’une camionnette en mouvement transportant des migrants. Mawda, une petite fille de 2 ans, touchée en pleine tête, était tuée. Comme nous l’indiquions hier, tant que la juge d’instruction que le parquet estime que l’instruction est terminée. En conséquence de quoi, l’affaire a été envoyée devant la chambre du conseil de Mons pour régler la procédure.

Cette chambre du conseil aura lieu ce vendredi 26 juin. Selon nos informations, le parquet formulera alors un réquisitoire demandant le renvoi de trois personnes devant le tribunal correctionnel. A savoir : le policier qui a utilisé son arme pour « homicide involontaire par défaut de prudence et de précaution » et deux individus arrêtés dans le cours de l’enquête, lesquels sont considérées comme des « passeurs » par le parquet.

A l’égard de ces deux personnes, le parquet retient les charges suivantes : « empêchement de la circulation avec la circonstance aggravante que le fait a causé la mort de Mawda » et « rébellion armée avec circonstance aggravante avec la circonstance que la rébellion a été commise par plusieurs personnes par suite d’un concert préalable » , considérant en l’espèce que la camionnette qui aurait zigzagué sur l’autoroute (un point qui fait débat) a été utilisée comme une « arme ».

Pour en savoir plus  : L’intégralité de la contre-enquête de Paris Match sur l’affaire Mawda

Mots-clés:
police bavure mawda
CIM Internet