Paris Match Belgique

Missile nord-coréen : la communauté internationale et les organisations font part de leur inquiétude

Le nouveau président sud-coréen Moon Jae-In a souligné qu'il constituait une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. | © AFP PHOTO / YONHAP / str

Société

Le tir de dimanche a été effectué depuis la base de l’armée nord-coréenne à Kusong, dans la province du Nord Pyongan.

Ce nouveau tir nord-coréen, survenu quelques jours seulement après l’élection du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In, constitue une « provocation dangereuse », a réagi ce dernier. Moon, qui a pourtant ouvert la porte à un dialogue avec le voisin du nord dès son entrée en fonctions, a condamné le tir, après une réunion d’urgence de son conseil de sécurité national, rapporte l’agence Yonhap.

Il a souligné qu’il constituait une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et mettait en péril la sécurité de la région, selon la même source.

Lire aussi : Moon Jae-in, le nouveau président sud-coréen a prêté serment

Menace envers le Japon

De son côté, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a qualifié ce nouvel évènement de « totalement inacceptable », ajoutant que les tests répétés du régime de Kim Jong-un étaient une « grave menace » envers le Japon. Un porte-parole du gouvernement nippon a précisé dans la matinée de dimanche que le missile tiré depuis Kusong a voyagé durant trente minutes, parcourant environ 800 kilomètres avant de s’abîmer en mer du Japon, à environ 400 kilomètres à l’est du territoire nord-coréen.

Inquiétude générale

De nombreux pays et organisations ont également fait part de leur inquiétude face à cette nouvelle démonstration de force nord-coréenne. Ainsi, la Russie et la Chine se sont dites « préoccupées par l’escalade des tensions » dans la péninsule coréenne. La Maison Blanche a estimé que cette « nouvelle provocation » constituait un « appel (…) pour mettre en œuvre des sanctions bien plus fortes ».

Lire aussi : Je t’aime moi non plus : Donald Trump, la schizophrénie et la Corée du Nord

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders « condamne fermement » ce lancement, dans lequel il voit une nouvelle violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

La poursuite du programme balistique nord-coréen menace la sécurité régionale et internationale, contrarie considérablement la volonté d’explorer les voies pour rouvrir le dialogue et affaiblit les efforts en faveur du désarmement et de la non-prolifération.

Le chef de la diplomatie belge demande à Pyongyang de s’abstenir de tout nouveau test et de s’acquitter de ses obligations internationales en vue d’une relance du dialogue. Il encourage la communauté internationale à mettre en œuvre les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies et à augmenter ses efforts pour réduire les tensions, afin d’arriver à l’objectif déclaré d’une péninsule coréenne pacifiée et dénucléarisée.

En réaction au tir nord-coréen, les États-Unis avaient quant à eux appelé la communauté internationale à implémenter des sanctions bien plus fortes envers la Corée du Nord. L’Union européenne a pour sa part appelé à la désescalade.

Une menace pour la paix et la sécurité internationales, selon l’Otan

« Le lancement d’un nouveau test de missiles balistiques par la Corée du Nord ce (dimanche) matin représente une nouvelle violation flagrante d’une série de résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, constituant une menace pour la paix et la sécurité internationales », a déclaré la porte-parole de l’Alliance, Oana Lungescu.

Lire aussi : Tir de missile balistique : lourd de conséquences pour la Corée du Nord

L’Otan estime qu’il s’agit d’un moment où « la désescalade est nécessaire et non la provocation ». En outre, l’organisation militaire de défense collective appelle la Corée du Nord à se conformer à ses obligations internationales. Ainsi qu’à « cesser toutes les activités liées à ses programmes de missiles balistiques et nucléaires, abandonner tous les programmes existants d’armes de destruction massive d’une manière complète, vérifiable et irréversible et engager un dialogue crédible avec la communauté internationale. »

(Avec Belga)

CIM Internet